Le CSS déblaie la voie de la qualification après le nul contre le Naft Irak (1-1)… Mais de nombreuses carences encore à soigner - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 14 Décembre 2018

Suivez-nous

Dec.
15
2018

CSS

Le CSS déblaie la voie de la qualification après le nul contre le Naft Irak (1-1)… Mais de nombreuses carences encore à soigner

Dimanche 12 Août 2018
نسخة للطباعة
Le CSS déblaie la voie de la qualification après le nul contre le Naft Irak (1-1)… Mais  de nombreuses carences encore à soigner

Pour sa première sortie de la saison, le Club Sfaxien s'est contenté d'un match nul (1-1) contre le Naft Irak qui a terminé l'exercice écoulé à la deuxième place derrière le champion en titre, les Forces Irakiennes. Certes, la parité obtenue sur la mauvaise pelouse du stade François Hariri d'Erbil qui rendait difficile le contrôle du ballon et sous une chaleur torride, doublée d'une humidité asphyxiante  constitue un résultat, somme toute, positif. A cet égard, le but marqué en fin de match par Hamza Methlouthi sur penalty est particulièrement précieux dans la perspective du match retour, prévu le 30 septembre prochain à partir de 20h au stade Mhiri.

Il va de soi que tout reste encore à jouer pour les protégés de Ruud Krol. Même s'ils ont pris une sérieuse option pour la qualification, ils devraient cravacher dur face à leur adversaire irakien, très dangereux sur le contre grâce à la technique et la rapidité d'exécution de ses deux avants internationaux, Mazen Fayadh et Mhammed Daoud.

Nombreuses défaillances individuelles

Ce probant résultat ne devrait pas cependant occulter les carences entrevues à tous les niveaux du jeu par la formation sfaxienne.

C’est ainsi que la défense, où seuls le gardien Gaaloul, les axiaux Hnid et Zammouri ont tiré tant bien que mal leur épingle du jeu, nécessite d'être revue, notamment sur le couloir gauche où Achraf Zouaghi continue de décevoir par son petit rendement et ses erreurs à répétition. La récupération de Houcem Dagdoug qui se rétablit d'une blessure musculaire contractée à l'entraînement pourrait constituer une solution pour la faiblesse du flanc gauche de la défense.

Une animation offensive, approximative

La seconde carence a été enregistrée au niveau de la relance et de l'animation offensive au niveau desquelles le CSS a péché par sa lenteur, ce qui a permis à la défense irakienne de contrer la plupart des attaques sfaxiennes, notamment au cours de la première période. Là aussi, la nécessité de recruter un bon régisseur s'est faite bien sentir.

De son côté, le compartiment de l'attaque a besoin d'être renforcé par un avant centre de métier, ayant les qualités requises et donc en mesure de conférer plus d'efficacité à l'équipe qui continue de rater beaucoup d'occasions sérieuses devant les bois adverses. 

Conscients des carences déplorées par son équipe, Ruud Krol a, depuis quelques semaines, recommandé aux responsables du club à procéder à des recrutements ciblés, en fonction des besoins de son équipe. Mais, jusque là, le technicien néerlandais n'a rien vu venir au niveau de ce volet. Peut être bien que les tout prochains jours apporteront du nouveau, surtout que nous apprenons que les responsables sfaxiens sont actuellement sont sur la piste de trois joueurs d’Afrique subsaharienne à propos desquels aucune information n’a, pour le moment, filtré.

 

Ameur KERKENNI

Mots-clés: