l’EST s’en sort à bon compte - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 20 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
21
2018

A Alexandrie,

l’EST s’en sort à bon compte

Samedi 11 Août 2018
نسخة للطباعة

Les « Sang et Or », partis à Alexandrie avec des intentions bien affichées, se sont finalement contentés d’une parité qui leur permet, néanmoins, d’attendre le match retour du 2 septembre avec un zeste de sérénité.

Dans la mesure où nous ne voyons pas les co-équipiers de Chemmam se faire surprendre par une équipe égyptienne qui force, certes,  le respect mais visiblement beaucoup moins rompue que son vis-à-vis espérantiste pour ce genre de rendez-vous.

Un seul être vous manque

Il s’agit bel et bien de Youssef Blaïli absent pour cause de blessure. Un Blaïli dont la présence aurait sûrement changé le cours du match. D’autant plus qu’Anis Badri a été la mauvaise surprise de la rencontre. Un Badri loin de la forme affichée durant la campagne de la sélection nationale lors du Mondial de Russie. Il faut également reconnaître que l’équipe d’Al Ittihad n’était sûrement pas celle crucifiée quelques jours auparavant par le Zamalek du Caire.

Nous avons eu à le remarquer d’entrée en jeu avec des joueurs locaux plus que déterminés à mettre un terme à cette période de doute par le biais de cet premier rendez-vous avec la compétition arabe. Un premier quart de jeu au cours duquel Cissé et consorts ont mis une pression continue sur une défense « sang et or » qui s’en sortait à chaque fois à son avantage.

Victime encore d’ une bévue défensive

Le jeu s’équilibra au fil des minutes en dépit du traitement à la limite du fairplay réservé à Franck Kom sous les yeux d’un passif Mohamed Al Haouich l’arbitre saoudien de la rencontre. Une parité nulle à la pause et une seconde période de jeu quasi-identique à la première. Une équipe d’Al Ittihad beaucoup plus portée en attaque et une Espérance ST un peu plus menaçante après le remplacement de Jouini par Mejri.

Toujours est-il, qu’encore une fois, le flanc droit de la défense « sang et or » va être à l’origine du but réalisé par Cissé qui prit de vitesse Derbali pour aller battre Ben Chérifia par un tir croisé à la 62ème minute.

Changement de décor après ce but, un tant soit peu attendu, avec une Espérance de Tunis qui prit les choses en main, facteur qui permit à Majeri d’égaliser huit minutes plus tard. Le sort du match aurait changé dans ses dernières minutes si Moncer, qui a remplacé Chaalali, avait mieux ajusté son tir et si, celui de Nour, n’avait pas été bloqué par Ben Chérifia.

Les deux équipes se retrouveront le 2 septembre prochain à Radès dans un match retour que les « Sang et Or » sont appelés à négocier avec plus de rigueur partant du fait que les Egyptiens d’Al Ittihad ne sont pas aussi maniables que l’on croyait.

Rafik BEN ARFA