C’est pour quand ? 1ère Partie - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 20 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
21
2018

Un musée national d’art moderne et contemporain à Tunis

C’est pour quand ? 1ère Partie

Vendredi 10 Août 2018
نسخة للطباعة

Un musée national d’art moderne et contemporain à Tunis, c’est pour quand? Cette question que nous avons posée dans le journal Le Temps du mercredi 05 juillet 2017 vient d’avoir une réponse, que nous aurions voulu ne pas relater parce qu’elle nous semble dramatique, négative. La création de ce musée aurait pu être aussi importante pour notre pays que la création du musée Alaoui, aujourd’hui musée national du Bardocréé réellement le 07 mai 1888 par la France coloniale. Cette création semble poser problème et suscite nos préoccupations.

Certains voudraient peut-être que la France garde la primauté dans la création de grands musées nationaux. La création du musée national d’art moderne et contemporain dont la Tunisie, les artistes, les historiens de l’art, la société civile et tous les hommes de culture rêvent depuis des décennies n’existera probablement jamais dans les conditions d’aujourd’hui, et n’existera peut-êtrepas avec le ministre actuel de la culture.

Un ministre qui est connu aujourd’hui pour lancer des cités artistiques… fantomatiques et des projets qui ne brassent que du vent, des mensonges populistes, inconsistants… à deux sous.

 

L’Historique

L’historique du projet de création du musée d’art moderne et contemporain, dont la création a été souvent reportée, mérite l’examen et surtout que le patrimoine dont il a la charge connait une situation dramatique au niveau de sa sauvegarde (vol, malversation, détérioration des œuvres, humidité, etc…)

Cette situation nous a interpellés depuis très longtemps, elle nous interpelle encore. Nous sommes arrivés à penser qu’il y a comme une calamité qui frappe notre fonds national d’art plastique entreposé à Ksar Saïd, et qu’il y a des actions de sabotage que certains entreprennent pour cacher certaines vérités et, en fait des intérêts sordides que nous ne saurions identifier maintenant.

 

Le premier projet

Le premier projet, celui du centre d’art vivant du Belvédère, fut lancé dans les années quatre-vingt du siècle dernier. Ce projet a été entamé sous la protection de ZoubeïrTurki, figure illustre du mouvement des arts plastiques en Tunisie, et réalisé par Ali Louati.

Ce centre d’art vivant n’est jamais arrivé à devenir un musée national, mais il est arrivé sérieusement à poser la véritable problématique des arts en Tunisie, et il est arrivé à promouvoir une animation scientifique, culturelle de la collection du fonds national des arts plastiques en Tunisie. Cette première initiative fut très fructueuse et a dynamisé le secteur d’une manière fondamentale, mais fut stoppée nette juste après 1987.Le centre d’arts vivants du Belvédère dût céder ses espaces du Casino à l’armée nationale qui y élut son cercle militaire.

Cette tentative des années quatre-vingt a échoué, comme échouera celle du projet de reconversion du palais El Abdelliya à la Marsa en musée d’art moderne et contemporain sur l’initiative de l’institut national du patrimoine et de son directeur Daoulatliet du ministre MongiBousnina.

La réalisation fut confiée à l’historien de l’art H.Tlili en 1988. Le palais devait être restauré, il le fût. La reconversion intéressa les espagnols et l’étude du projet a été de nouveau confiée à une équipe comprenant des architectes tunisiens, espagnols et aussi des scénaristes, des thermiciens, etc... L’étude d’opportunités et de réalisations furent terminée, ces études ont démontré qu’il était possible de réaliser ce projet à La Marsa, à proximité de Tunis et dans une zone hautement archéologique et culturelle (parc achéologique Carthage-Sidi Bousaïd-Marsa). Le projet était élu projet présidentiel prioritaire.

Le palais El Abdelliya est un palais Hafside construit en 1505, utilisé par les Hafsides, les Beys, les anglais, et autres. Le palais était prestigieux.Le palais et sa surface autour recouvrait et recouvre encore 13 000 m.

Les espagnols, qui construisaient à l’époque comme maitre d’œuvre le stade de Radès, cherchaient à réaliser un projet d’ordre culturel. Comme compensation, ou peut-être pour éviter de payer de grosses ‘‘commissions’’… Ils ont offert des millions de dollars pour prendre en charge l’étude de faisabilité et de réalisation technique et effective du projet de musée d’art moderne et contemporain.L’argent que les espagnols destinaient à la réalisation de ce projet disparut, à l’inauguration du stade de Radès, dans les poches d’un ex-dirigeant important d’un grand club de football de la place.

Le ministre de la culture de l’époque, qui a bénéficié d’une longévité exceptionnelle, sur le conseil de quelques journalistes et de quelques associations déclara le projet d’El Abdelliya caduc… pour cause d’humidité ! Le projet a perdu alors son statut présidentiel prioritaire et El Abdelliya, après avoir abrité une grande exposition sur la femme dans l’histoire de la Tunisie, est rentré de nouveau dans un « silence… du palais »

Ce silence ne sera dérangé qu’au début des années 2000 avec l’organisation en 2005 d’une série d’expositions « Printemps des arts » du festif Mahmoud Chalbi, qui vont aboutir en 2012 à l’opération salafiste et iconoclaste. El Abdelliya a joué un grand rôle dans l’animation des arts plastiques dans presque dix sessions d’art contemporain. Le projet de reconvertir un site historique en un site d’art moderne et contemporain a échoué.

Depuis environ trente ans, le musée national d’art moderne et contemporain aurait dû exister. Et s’il avait existé depuis, il aurait pu éviter que lacollection d’art plastique de l’état entreposéeà Ksar Saïd - comptant plus de 12 500 œuvres, certes de qualité inégale - ne connaisse les déboires et les insultes du temps, qui se sont traduites par les détériorations de toutes sortes dues à l’humidité, à la poussière, au mauvais entretien, et peut-être même au vol et à la malversation. Que de gâchis ! Que de pertes !

Les raisons de l’échec du projet d’El Abdelliya furent nombreuses. Elles furent juridiques et concernent plus particulièrement la relation à établir entrele fonds national des arts plastiques (Le ministère des domaines de l'état et des affaires foncières mais aussi le ministère de la culture qui en a la charge) et le musée d’art moderne. Elles concernent également la nature du projet qui relèverait directement du ministère de la culture. Des tas de questions qui n’ont pas été résolues jusqu’à nos jours…

La troisième tentative, celle d’aujourd’hui, semble avoir abouti à l’élaboration enfin des statuts portant création du musée national d’art moderne et contemporain. Ces statuts ont manqué dramatiquement aux deux tentatives précédentes, celles des centres d’arts vivants et du projet d’El Abdelliya. Le professeur Sami Ben Ameur, chargé de mission, fut nommé pour la réalisation de ce musée. Des séminaires ont eu lieu, préparant concrètement le lancement du projet. Les statuts furentenfin publiés le 23 avril 2018 et devaient aboutir immédiatement à la confirmation au poste de directeur général de Mr Ben Ameur, à l’instar de la nomination des autres directeurs généraux pour les autres unités artistiques (opéra et marionnettes) de la cité de la culture.

Le musée a en principe aujourd’hui une adresse. Des institutions pour le gérer sont prévues, un conseil d’établissement et un conseil scientifique aussi. Presque tout est prêt à faire fonctionner les espaces disponibles, même s’ils n’ont pas été prévus pour cela. Les rayonnages et les paravents sont commandés… mais non livrés, chose déjà suspecte.

HoucineTlili

La suite demain