n 2017, les banques cotées ont réalisé 1,1 milliard de dinars de bénéfices nets cumulés - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 19 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
20
2018

Banque –Amen Invest analyse le secteur bancaire (Partie II) E

n 2017, les banques cotées ont réalisé 1,1 milliard de dinars de bénéfices nets cumulés

Mercredi 8 Août 2018
نسخة للطباعة

Nous continuons la publication de la  deuxième partie de la nouvelle note publiée par l’intermédiaire en bourse Amen Invest, dédiée  notamment à l’anayse du secteur bancaire en Tunisie. Il est à souligner que cette étude consacre particulièrement les banques déjà cotées en bourse.

Profitant d’une amélioration du produit net bancaire du secteur de près de 18,6% couplée à une évolution moins rapide des charges opératoires, les banques cotées sont parvenues à réaliser un RBE global de 2,105 milliards de dinars à fin décembre 2017 contre 1,76 milliard à fin juin 2016, soit une hausse de 20,8%. Cette progression devrait permettre aux banques de faire face aux exigences en matière de provisionnement lié aux crédits à la clientèle.

La BIAT consolide

son positionnement de leader avec un PNB de plus de 18%

Toutefois, les charges opératoires continuent de peser sur la rentabilité de certains établissements bancaires de la place à l’image de la BTE, l’UBCI et l’ATB. L’analyse des résultats opérationnels montre que les charges opératoires du secteur s’alourdissent de 14,4% en 2017, une conséquence due  notamment à l’accroissement des frais de personnel.

Avec un RBE de 412 MD, la BIAT a consolidé son positionnement de leader capitalisant notamment sur l’évolution de son PNB de plus de 18% et la poursuite de la maitrise de ses frais généraux. Par ailleurs, Amen Bank a réalisé une évolution record de son RBE de plus de 27,5%, cette dynamique lui permet d’afficher le deuxième meilleur RBE de la place, soit 247 MD.

Le résultat net du secteur

bancaire tunisien a gagné 21,8%

En dépit d’un contexte de montée de risque liée aux effets de la conjoncture défavorable, les banques cotées ont  réalisé en 2017, près de 1,1 milliard de dinars de bénéfices nets cumulés. Un chiffre en forte progression comparé à 2016. Le résultat net du secteur a gagné 21,8% sur une année.

Très dynamique en 2017, la BIAT affiche une hausse de 12,56% de son bénéfice par rapport à 2016 et se classe 1ère avec un résultat net record de 214 MD.  Talonnée par la BNA qui  occupe la seconde position du classement de la profitabilité avec un bénéfice net de 198,6 MD et réalise la meilleure croissance de résultat (+41,85%).

Sur la lignée de 2016, l’année 2017 s’est caractérisée par une meilleure maîtrise du risque crédits et une amélioration des indicateurs de solidité financière, malgré l’introduction de nouvelles exigences au titre de la couverture des risques opérationnels.

Le taux de couverture

des créances douteuses du secteur bancaire s'est amélioré en 2017

En effet, le taux de couverture des créances douteuses du secteur bancaire s'est amélioré en 2017, Cette tendance résulte des efforts réalisés en matière de provisionnement et de réservations d'agios sur les créances non performantes mais reste en deçà des normes internationales. L'examen comparatif du taux de couverture des créances classées par les provisions entre les banques cotées de la place à fin 2017, fait ressortir une forte disparité du niveau de couverture des créances classées qui varie de 57,1% à 97,1%.

Comportement boursier

L’indice bancaire TUNBANK a clôturé l’année 2017 sur un gain de 19,46% pour atteindre les 4199,02 points. Rappelons que l’indice Tunindex a clôturé l’année 2017 sur une note positive de 14,45% porté par la croissance du secteur bancaire et celui des biens de consommation. L’amélioration des profits des banques a été l’un des facteurs de soutien de l’indice bancaire TUNBANK, malgré le contexte économique dégradé et les risques de défaut de paiement et d’assèchement de la liquidité qui pèsent toujours sur le secteur.

De son côté, la capitalisation boursière des 12 banques cotées à la Bourse de Tunis a atteint 9 433 MD à fin 2017, représentant ainsi 42,7% de la capitalisation globale du marché. Pour sa part, la BIAT se positionne en tête de liste des grandes capitalisations du secteur avec 2 074 MD (+534 MD). La BT  campe en 2ème rang, suivie par ATTIJARI BANK qui a gagné 356 MD. Signalons que ces trois valeurs accaparent 52,8% de la capitalisation totale du secteur bancaire coté avec des poids respectifs de 22,0%, 15,5% et 15,3%.

En 2017, les hausses des cours des valeurs bancaires étaient pour la plupart soutenues par une bonne visibilité sur la perspective d’amélioration des profits des banques (dépassant les 1,1 milliard de dinars en 2017) et nourrie par des anticipations de révision à la hausse des dividendes à distribuer plutôt que par une amélioration des normes de gestion des risques (normes prudentielles), de bonne gouvernance ou de contrôle interne. En effet, les banques se sont orientées vers l’activité de placement, principalement en Bons de Trésor, leur permettant de compenser la régression des revenus générés de leur métier classique d’intermédiation bancaire et de se prémunir en partie contre le risque d’impayés de plus en plus croissant.

Par ailleurs, les cours des valeurs bancaires se sont globalement inscrits en hausse en 2017 par rapport à leur niveau enregistrés en 2016. Seules trois banques ont signé des contre-performances. Les titres BIAT (+40,4%) et Attijari bank (+40,2%) ont affiché les meilleures performances boursières du secteur, une conséquence de l’amélioration sensible de leurs indicateurs d’activité et de rentabilité.

La Cote clôture le mois de juillet 2018 avec un gain de 33,86%

La bourse de Tunis clôture le mois de juillet 2018 en grande forme où l’indice Tunindex a franchi le seuil des 8400 points en clôturant à 8404,80 points, soit un gain de 33,86% depuis le début de l’année, porté par une vague d’indicateurs d’activité globalement rassurante.

Regroupées au sein de l’indice sectoriel bancaire TUNBANK, les valeurs du secteur bancaire ont  progressé de 42,13%, soit la plus forte hausse d’indices sectoriels de la BVMT, bénéficiant de l’engouement manifesté par les investisseurs pour les titres bancaires.

Par valeur, le titre BNA s’est offert la meilleure performance boursière du secteur depuis le début de l’année, en effet l’action a bondi de 95,6% à 20,80 DT, mobilisant des échanges de 84 MDT. Le titre UIB s’est envolé de 52,1% porté par un courant acheteur, dans un volume d’échange de 42,4 MDT suivis par Attijari Bank avec un gain de 51,2% et un volume d’échange de 90,5 MDT. Bien inspiré, le titre AB a avancé de 34,4% au titre de la période avec un volume d’échange de 13,3 MDT, tirant profit de l’annonce de bons indicateurs d’activité. Au registre des baisses, négativement impactés par leur réalisation 2017 en berne, BTE et WIFK fléchissent respectivement de 23,8 et de 6,1%.

Les recommandations  fournies par l’analyse BIAT, la première banque de la place

La BIAT a affiché à fin 2017 des résultats bien orientés, notamment grâce à un accroissement de 18,1% du son PNB à 701 MD lui permettant de se positionner en tant que leader de la place. Première banque en termes de dépôts qui se sont établis à 10 585MD (+16,6%) et en matière de crédits nets grâce à une évolution de 22,3% pour atteindre 9 394 MDT. Nous estimons que la BIAT continuera de présenter un potentiel d’appréciation significatif de son cours en 2018. Ce trend haussier sur le marché d’action devrait être porté par la progression de la capacité bénéficiaire de la banque, largement supérieure à celle du marché. Nous réitérons notre recommandation à l’achat du titre BIAT qui traite aujourd’hui à des niveaux de valorisation toujours attractifs, avec un P/E de 12,6 aligné à la moyenne du secteur bancaire (12,1).

UIB : Un cycle de croissance

qui devrait se confirmer

L’UIB  s’est signalée par une bonne santé financière et commerciale en 2017  atteignant ainsi de nouveaux paliers de rentabilité. Grâce à l’appui de son partenaire stratégique la Société Générale,  ajoutée à une stratégie commerciale plus dynamique et agressive, UIB devrait poursuivre le déploiement de son plan stratégique 2017-2020 et réaliser les objectifs qu’elle s’est assignés en termes de part de marché et de rentabilité. La croissance encore attendue en 2018, ainsi que le niveau actuel de valorisation (11,9x ses bénéfices 2018) laissent au titre un potentiel de croissance en 2018.

BH : De bonnes perspectives

à l’horizon

Le plan de restructuration mis en place en 2014 commence à donner ses fruits, ainsi la BH a vu ses dépôts évoluer de 14,4%, son produit bancaire augmenter de 25,4% et son résultat net croiître de 25,5%, alors que le taux de couverture des créances classées passe de 76.2% à 78%. Cette bonne orientation de l’activité a été l’un des facteurs de soutien du cours en Bourse avec une hausse de 27,5% en 2017 (15% depuis le début de l’année 2018) et une distribution de 0,600DT par action, soit un payout de 24,7% contre 11% une année auparavant. Cette nouvelle phase de développement offrirait de bonnes perspectives en termes d’amélioration des dividendes sur le moyen terme. Au vu des performances parfaitement en ligne avec le business plan 2015-2019, du niveau de valorisation attrayant (P/E2017 de 7,1x), présentant encore un potentiel d’évolution pour le cours, nous recommandons de RENFORCER la position sur le titre.

BNA : un titre sous-valorisé

Le plan d'assainissement du bilan de la BNA prend forme, avec un volet de recapitalisation (1) où la banque a cédé certains titres de participation (SFBT) ayant permis le renforcement des capitaux propres de 93,8 MD en 2015, 96,1 MD en 2016 et 96 MD en 2017 et un volet de renforcement du respect des normes prudentielles (2) en matière de liquidité et de solvabilité, avec l’émission de trois emprunts obligataires subordonnés, l’un en 2016 pour un montant de 100 MD et deux en 2017 pour 100 MD qui ont permis à la banque de récolter  un Tier 2 (Ratio de solvabilité) de 11,2%. Ce plan a  procuré une nette embellie pour le titre BNA sur la cote avec un gain de 28% en 2017 et les fondamentaux solides du 1er semestre 2018 viennent justifier cet engouement des investisseurs avec une envolée du cours de +95,6% jusqu’à fin juillet 2018. Par ailleurs, la valorisation du titre reste très attractive avec un PER 2018 prévisionnel de 5,2x (retraité des bénéfices exceptionnels), contre 12,1x pour le secteur.

AB : fortement décoté

L’activité d’AMEN BANK a connu une  bonne performance en 2017 avec un PNB en progression de 22,5% à 360,1 MDT et un résultat net qui s’améliore de 26,6% à 113,9 MDT, tout en consacrant un montant de 152 MDT entre provisions et agios réservés. Le titre AMEN BANK s’est illustré en 2017 avec une hausse de 9,4% et une envolée de 34,4% à fin juillet 2018, tout en apportant une rémunération correcte à ses actionnaires (Div. Yield de 4%). Nous recommandons ainsi d’acheter le titre AMEN BANK d’autant qu’il offre une forte décote en terme de PER avec 6,6x des bénéfices contre 12,1x pour le secteur.