Les trois cris du cœur d'Amina Srarfi - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 20 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
21
2018

Festivals locaux, budgets insuffisants, éparpillement des musiciens

Les trois cris du cœur d'Amina Srarfi

Samedi 28 Juillet 2018
نسخة للطباعة

Se produisant dans la petite ville de Hajeb Layoun, la musicienne Amina Srarfi revient sur les conditions matérielles du spectacle et les limites budgétaires des petits festivals. Un plaidoyer pour un soutien accru à ces manifestations et un hommage pour les animateurs culturels locaux.

Amina Srarfi est rentrée heureuse de Hadjeb Layoun où, selon ses propres termes, l'attendait un public "attentif et magnifique". Pourtant, les choses ne s'annonçaient pas sous d'aussi bons auspices.

 

Ni sono, ni régie, ni techniciens

En effet, l'artiste a du se rendre dans cette petite ville avec sa propre sono et ses propres techniciens. Admirative de l'équipe de la maison de la culture locale, la musicienne est d'ailleurs devenue une fervente avocate de cet espace qui se bat pour exister et dont les responsables travaillent avec les moyens de bord pour que la culture soit diffusée.

Amina Srarfi note ainsi: "J'ai été programmée pour un concert à Hadjeb Laayoun, à soixante kilomètres de Kairouan. Je vais y aller parce que le délégué culturel ainsi que le directeur du festival sont très polis. Avec le cachet qui a été décidé par la commission des festivals, j'ai juste de quoi payer l'orchestre, la sono et le transport".

 

Un déséquilibre à résorber

Elle plaide dès lors la cause des manifestations locales qui, en général ont du mal à exister pleinement à cause du manque de moyens. Elle déclare: "Les festivals régionaux souffrent. Ils n'ont pas de budget. Du jamais vu: l'artiste doit payer son transport et sa sonorisation! Qu'est-ce que cette misère? Au téléphone, les directeurs pleurent et jurent qu'ils ajoutent de leur propre poche pour faire fonctionner tel ou tel festival. Une honte alors qu'on sait que des sommes énormes sont dépensées dans les grands festivals pour des artistes qui ne méritent en aucun cas nos scènes prestigieuses".

 

Des musiciens trop sollicités

Par ailleurs, la grande musicienne déplore que les instrumentistes tunisiens ne jouissent pas d'une assise musicale stable et s'échinent à louer leurs services à tout va. Elle souligne en ce sens: "Les musiciens tunisiens, vous les trouvez à toutes les sauces. Musique orientale ou occidentale, troupe nationale, orchestre symphonique,"aouada", etc. Aujourd'hui, il y a même des orchestres qui se créent spécialement pour faire la tournée des festivals. Belle marmelade! Les orchestres nationaux ou étatiques doivent avoir leurs propres musiciens. C'est quand même très important pour l'homogénéité du travail".

Trois cris du coeur pour cette artiste qui continue son bonhomme de chemin et vient de signer avec "Lella", une oeuvre de grande qualité en hommage à la tradition du chant soufi chez les femmes tunisiennes.

Hatem BOURIAL

 

 

.