Les entreprises pourront soumissionner aux marchés publics internationaux en devises - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 11 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
14
2018

Secteur des TIC

Les entreprises pourront soumissionner aux marchés publics internationaux en devises

Vendredi 27 Juillet 2018
نسخة للطباعة

Dans un communiqué rendu public ,hier, la Fédération Nationale du Numérique informe ses adhérents que, suite à une autorisation reçue de la Banque Centrale de Tunisie (BCT) avec qui la fédération méne une coordination positive, les entreprises du secteur du numérique pourront désormais soumissionner aux marchés publics internationaux en devises étrangères pour les produits et services importés, tout en étant payés en Dinar tunisien  en fonction du taux de change à la date de paiement, et ce conformément à l’article 21 du Code des Changes.

Omar Oubich, responsable au sein de la fédération  nous a déclaré dans une déclaration à l’adresse du journal « Le Temps » que cette décision  représente une valeur ajoutée pour le secteur TIC. Il explique qu’avant cette décision, les chefs d’entreprise spécialisée en ce domaine soumissionnaient aux marchés publics internationaux en dinar tunisien. Procédure qui occasionne au chef de l’entreprise d’essuyer une marge de perte due au flottement du dinar chanque jour. Et d’ajouter : « Prenons l’exemple  que le jour de la soumission au marché public international, l’euro  observe une valeur de 3 dinars,  mais après la proclamation des résultats, qui pourraît être après 4 mois de la sortie de l’appel d’offres,  la valeur de l’Euro peut  évoluer à une tendance haussière, soit une perte pour le chef de l’entreprise », explique-t-il.

Suite à cette décision, les chefs d’entreprise dans le domaine des TIC peuvent désormais postuler aux marchés publics internationaux en devise, sans subir les conséquences de la dévaluation du dinar tunisien. Le chargé du dossier au sein de la fédération a indiqué que les démarches pratiques qui concernent cette décision suivent leurs cours.

Il est à préciser que cette décision   profite seulement au secteur des TIC.

 

Khouloud AMRAOUI