Bande de Gaza: Le second cessez-le-feu tiendra-t-il? - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 23 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
25
2018

Bande de Gaza

Bande de Gaza: Le second cessez-le-feu tiendra-t-il?

Dimanche 22 Juillet 2018
نسخة للطباعة
Bande de Gaza: Le second cessez-le-feu tiendra-t-il?

Le pire a peut-être été évité, vendredi 20 juillet au soir à Gaza. Les Nations unies redoutaient une nouvelle guerre entre le Hamas et Israël, après les violents bombardements des dernières heures sur l'enclave palestinienne. Avec ces mots très forts de l'ONU : il fallait « s'éloigner du précipice ». Mais un accord de paix a finalement été trouvé entre les deux parties et un calme relatif est revenu à la frontière entre la bande de Gaza et Israël.

Après une escalade militaire sans précédent depuis la guerre de 2014, le calme est revenu le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël. Un cessez-le-feu est entré en vigueur et il semble tenir à l'exception d'un incident mineur hier matin. L'armée israélienne a d'ailleurs autorisé la population locale à reprendre ses activités normales.

 

Le deuxième cessez-le-feu en une semaine

C'est la seconde trêve en une semaine et on n’en connaît pas vraiment les détails à ce stade. On sait, selon le porte-parole du Hamas, qu’il a été négocié par l'intermédiaire de l’ONU et de l’Egypte. Mais il a été précédé dans la soirée de vendredi et dans une partie de la nuit de violents échanges.

Tout d’abord : un incident à la frontière, au cours duquel un soldat israélien a été tué par un tir de sniper palestinien. C’est le premier militaire israélien à trouver la mort dans ce secteur depuis l’opération « Bordure protectrice » lors de l’été 2014. Aussitôt, Benyamin Netanyahu a réuni une cellule de crise et l’armée israélienne a réagi en force. A l’aide de son aviation et de ses blindés. Quelque 60 objectifs ont été visés, selon le porte-parole de l’armée israélienne, qui affirme que les postes de commandement de trois bataillons du Hamas ont été détruits.

Le porte-parole n’a pas exclu une offensive terrestre majeure, mais a déclaré que l’armée israélienne ne cherchait pas à entrer dans un conflit à grande échelle. De l’autre côté, trois roquettes ont été tirées lors d’une seule et unique salve dans la soirée. Deux d’entre elles ont été interceptées en plein vol par le système de sécurité Dôme de fer.

Pour le Hamas, une nouvelle guerre serait dévastatrice

Dans l'enclave palestinienne, cette nouvelle journée de violences était attendue: après la mort d’un combattant des brigades al-Qassam cette semaine, la branche armée du Hamas avait prévenu qu’elle se vengerait. Et c’est finalement ce qui s’est passé vendredi avec la mort du soldat israélien le long de la barrière de séparation. C'était la première fois, depuis le début de la « Marche du retour » lancée en mars dernier, que les Palestiniens faisaient ainsi feu sur l’armée israélienne.

Au fond, le Hamas sait qu’une nouvelle guerre avec l’Etat israélien sera dévastatrice, à la fois pour la bande de Gaza et pour le mouvement islamiste. Le retour au calme n'en demeure pas moins très précaire, mais le conflit n’est peut-être pas inévitable.

 

L’Etat israélien compte bien mettre fin aux cerfs-volants incendiaires lancés depuis Gaza amsi il n'est pas sûr que le Hamas soit en mesure d’enrayer ce phénomène. Car l’enclave palestinienne est exsangue : Israël a suspendu les livraisons de fioul et de gaz jusqu’à hier au moins. Date à laquelle les effets de la pénurie pourraient commencer à se faire sentir.