Du côté du prétoire - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 18 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
18
2018

Du côté du prétoire

Du côté du prétoire

Dimanche 15 Juillet 2018
نسخة للطباعة

Au palais de Justice
 Un avant-goût  des vacances judiciaires

C’est aujourd’hui que commencent officiellement les vacances judicaires. Pas pour tout le monde, hélas, car outre les affaires qui ne souffrent pas de retard pour une  question de délais imposés par la procédure, il y a des chambres qui continuent à examiner d’autres encore pendantes, notamment les affaires pénales où il y va de la liberté  des justiciables. En tout état de cause les greffes sont saturés entre les demandes de copies de jugements qui ne sont pas tous fin prêts et le suivi des affaires encore en cours et dont les dossiers comptent par centaines.
Sans parler de la séance unique qui contribue au retard mis pour répondre aux demandes des justiciables, lesquels sont parfois irrités sans comprendre le processus et la cause de ce inconvénient principal à savoir le manque de personnel, aussi bien dans les rangs des magistrats que dans celui des greffiers. Bonnes vacances quand même à ceux qui sortent et  bon courage à ceux qui restent, surtout par la chaleur suffocante qui s’est  installée ces derniers jours et qui  n’a pas l’intention  de partir pour de sitôt.

Tribunal de Tunis
Divorce pour absence et méandres de la procédure

Entre les difficultés que rencontrent une femme larguée par son époux voilà près de deux ans, et les méandres de la procédure, il y a de quoi s’inquiéter  du sort d’une telle femme ; d’autant plus qu’elle n’arrive pas à joindre les deux bouts avec le manque de moyens, après qu’elle a été délaissée par son époux quelques jours après le mariage, par cet époux qui lui avait  promis monts et merveilles.  Ne sachant pas à quel saint se vouer, elle  se trouve acculée à assurer les frais de procédure.
Renvoyée plusieurs fois, l’affaire revient à la case départ, car l’huissier n’a pas notifié la convocation à la bonne adresse de l’intéressé.  Là est tout le problème, car ce dernier est absent et n’a pas d’adresse fixe, à part celle de ses parents. Pour la énième fois l’affaire est renvoyée pour signifier encore  la convocation à la bonne adresse… inconnue. Entretemps, la pauvre femme reste toujours dans l’expectative, car elle ne peut pas refaire sa vie, tant le divorce n’a pas été prononcé.

Cour d’appel de Tunis
 Les accusés de corruption dans la fameuse affaire  « d’espionnage », tous libérés

La chambre 17 près la cour d’appel de Tunis, spécialisée dans les affaires de corruption a jugé bon de libérer tous les accusés dont notamment l’homme d’affaires français Jacques Demri, ainsi que ses complices, hauts cadres aux ministères de la Santé et des Domaines de l’Etat. C’est évidemment une liberté provisoire, l’examen de l’affaire se poursuit, la prochaine audience ayant été renvoyée à une date ultérieure.
Le tribunal de première instance avait condamné l’auteur principal, l’homme d’affaires en question à 2 ans d’emprisonnement ainsi qu’à 5 mille dinars d’amende. Ses complices, les deux cadres précités ont été condamnés quant à eux, à un an d’emprisonnement et à 5 mille dinars d’amende chacun.
Ces nobles figures
qui nous quittent

Le barreau tunisien a été endeuillé par la décès de l’un de ses ténors
Me Abada Kéfi,
Avocat à la cour de cassation
Ayant rejoint la profession en  1974, il a été inscrit au grand tableau en 1977, et à la cour de cassation en 1984 ;
Il était connu pas ses positions courageuses dans la défense des droits et des libertés,  le courage de ses idées, outre sa courtoisie, son affabilité et sa correction par laquelle il a marqué tous ceux qui  l’ont connu et pu apprécier ses qualités.
Paix à son âme
 
Un autre avocat vient également de tirer sa révérence :
Me Amor Ayari
Avocat à Siliana
Ancien magistrat, depuis 1985, il a rejoint le barreau en 1996 et a été inscrit à la cour de cassation en 2001.
Pendant 22 ans de carrière dans la profession, il a fait preuve de sérieux et bénéficié du respect de ses confrères et de ses amis ainsi que les justiciables et tous les gens de la profession.
Paix à son âme.

Nous apprenons également le décès
-Du frère de Me Mehdi Telmoudi avocat à Gabès.
Le défunt a été inhumé , mardi dernier  10 juillet au cimetière de la région.
-Du frère de Me Noura Soudani avocat à Tunis
Le défunt sera rapatrié de la ville de Lyon en France dans les prochains jours.
Puisse Dieu Le Tout Puissant leur accorder Son Infinie Miséricorde et les accueillir en Son Eternel Paradis.

Ahmed NEMLAGHI