Financées par l’étranger ? - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 20 Juillet 2018

Suivez-nous

Jul.
20
2018

TÉLÉS PRIVÉES

Financées par l’étranger ?

Vendredi 13 Juillet 2018
نسخة للطباعة

Je ne suis pas télé. Mais quand je suis obligée, pour une raison ou pour une autre, de regarder nos chaînes de télé, j’ai l’impression que je vais devenir une abrutie qui gobe tout ce qu’on lui dit. J’ai l’impression que toutes nos chaînes sont formatées de telle manière à faire de la manipulation mentale. Ce n’est pas une question d’images subliminales, vous savez ces images invisibles à l’œil nu mais que notre cerveau et notre inconscient captent jusqu’à envahir notre subconscient. Peut-être une question de discours oraux subliminaux. Quand j’entends tout ce qui s’y raconte, j’ai l’impression que certains mots sont choisis à escient. Le problème est que nombre de Tunisiens sont incapables de faire la part des choses, incapables d’analyser, de critiquer, et prennent pour argent comptant tout ce qu’on leur sert, servant, à leur tour, ce qu’ils ont entendu sur le petit écran, dans les transports, les cafés, au bureau, etc., comme s’ils avaient la science infuse. Il faut bien des sujets de conversation, parce que, quelque part, de nombreux Tunisiens ressemblent à des coquilles vides (c’est un constat pas une insulte !).

J’ai l’impression que nos télés –ici je parle des chaînes privées parce que les deux nationales c’est une autre question !– reçoivent de l’argent de l’étranger pour formater et tirer vers le bas l’intellect des Tunisiens, déjà victimes d’un abêtissement (presque) général. Oui, j’ai l’impression que nos télés privées reçoivent de l’argent de l’étranger, car, franchement, sinon, et j’ai beau me creuser la tête, je ne vois pas comment elles peuvent se financer.N’allez pas me dire que c’est grâce à la pub ou aux «sms» pour les jeux et autres débilités de ce genre, car cela ne nourrit pas son homme. Pensez à la masse salariale, au coût des programmes et émissions, à la location des fréquences satellitaires, aux besoins techniques, à tous les petits à-côtés qui n’entrent pas ou plutôt ne sont pas entrés, volontairement, dans la comptabilité, etc. Théorie du complot ? Non, plutôt un questionnement sur le financement de nos télés privées. S’agit-il d’argent sale, de blanchiment d’argent, ou d’une autre magouille ?

En plus, certaines émissions proposent des sujets à la limite de l’irrespect d’une culture millénaire, comme si on pouvait mettre tout à la vue de tout le monde, petits et grands. Puis, il y a autre chose que je trouve vraiment aberrante, et qui, du fait que nombre de Tunisiens n’ont pas l’esprit analytique et critique, peut s’avérer extrêmement dangereuse : présenter des histoires de délinquants à la petite semaine comme des success story. C’est comme si le message était : «Tu veux devenir un artiste connu et reconnu, riche et adulé, passe par la case prison !»ou encore «Passe par la case émigration clandestine en Italie, tu seras accueilli comme un pacha en Tunisie !». Absolument… stupéfiant !

 

Zouhour HARBAOUI