Afin que nos martyrs reposent en paix - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 20 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
21
2018

Attentat terroriste d’Aïn Soltane

Afin que nos martyrs reposent en paix

Mardi 10 Juillet 2018
نسخة للطباعة
• Gare aux errements et à l’exploitation du drame pour n’importe quelle raison, parce qu’il y va de l’avenir du pays

Le terrorisme est aveugle et peut frapper n’importe où et n’importe quand, surtout que ses actes odieux profitent de tout moment d’inattention et de manque de vigilance. Pire encore que les actes terroristes, les attentats donnent l’occasion au Tunisiens combien ils sont divisés et combien ils sont, parfois, mesquins, opportunistes et divisés, en ces temps où ils doivent, pourtant, faire preuve de solidarité et de compassions pour les familles qui ont perdu un être cher qui a payé de son sang et offert sa vie pour la protection de la Patrie.
 

En ces temps de grave crise qui risque de devenir un tsunami pour le pays, certains ont profité de l’occasion, si c’en est une, pour défendre un ministre dont le limogeage demeure une énigme. Mais, ils doivent se rappeler que les structures de l’Etat n’ont jamais dépendu d’un seul homme quel que soit son rang et que la machine sécuritaire demeure vigilante, malgré les derniers bouleversements. Ils doivent se rappeler que toute chose a ses raisons secrètes, comme c’est le cas pour le départ de l’ancien ministre de l’Intérieur, Lotfi Braham.
Le ministère de l’Intérieur vient de mettre en garde dans un communiqué, et rappeler que l'institution sécuritaire doit rester à l'abri des tiraillements qui risquent d’entraver la mission délicate qui lui est dévolue et l’accomplissement efficace de son rôle.
L'institution sécuritaire ne doit pas être entraînée dans des conflits quels qu'en soient la nature et pouvant avoir des conséquences négatives sur la sécurité et la stabilité du pays, a prévenu le ministère de l'Intérieur.
Dans le traitement des faits sur le déroulement des évènements à Ain Soltane, certains médias ont relayé des informations pouvant entraver les efforts déployés par les unités sécuritaires et militaires pour traquer les éléments terroristes et mettre en échec leurs plans, a indiqué le ministère de l'Intérieur. Le département de l'Intérieur ne donne cependant pas des précisions sur le contenu de ces informations.
Six Gardes nationaux sont tombés en martyrs dans une embuscade contre une patrouille des garde-frontières, à Ain Soltane (gouvernorat de Jendouba). L'attaque a eu lieu dimanche aux environs de 11h45. Une mine a explosé au passage de la patrouille des garde-frontières.
Tous les Tunisiens dignes de ce nom compatissent à la perte des valeureux défenseurs du pays, face à cette lâche agression, avec des moyens de traîtrise de rats aux aguets qui ont accepté de vivre d’une manière primitive pour accomplir leurs forfaits.
Des personnes inconscientes, malintentionnés ou malveillantes vont continuer à profiter de cet événement douloureux pour poursuivre la sape orchestrée de l’économie nationale, alors que l’été est là et qu’on annonce une saison touristique assez bonne avec une reprise de nombreux marchés étrangers, surtout européens.
Toutefois, cet acte odieux vient rappeler aux Tunisiens et même aux autres pays, surtout nos voisins, que le terrorisme est un mal pernicieux et qu’il est nécessaire de ne jamais baisser le degré de vigilance, parce qu’il peut frapper partout.
Il est donc nécessaire, pour tous les citoyens et, surtout, pour ces médias de quatre sous qui cherchent le buzz et le sensationnel qu’ils ne montent en épingle cette affaire douloureuse, de se rappeler que, partout dans le monde, le terrorisme lâche frappe même les grandes puissances qui ont des moyens plus sophistiqués pour lui faire face.
Entretemps, les tiraillements politiques exposent le pays aux plus graves dangers, puisque Nidaa Tounès s’effrite, avec un directeur exécutif qui ne cherche que ses intérêts personnels et qui n’a fait que détruire le parti que son père a édifié d’une manière des plus miraculeuses,
La capacité de la Tunisie à faire face à ce fléau nocif réside dans l’union sacrée de ses forces vives et de ses enfants, les vrais, sans cela, c’est le déluge.

Faouzi SNOUSSI