Bruits et chuchotements - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 20 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
21
2018

Bruits

Bruits et chuchotements

Dimanche 8 Juillet 2018
نسخة للطباعة

41ème édition du festival international Djerba Ulysse

Après une interruption d'une année, le festival international de Djerba Ulysse revient cet été dans sa 41ème édition avec au programme entre autres Cheb Khaled, Marcel Khalifa, Nassif Zeitoun et Lina Chamamyan. De la Tunisie seront présents notamment Nour Chiba, Balti, Yosra Mahnouch et Hassen Doss. Dans une conférence de presse, le directeur du festival Mourad Rihane a indiqué que le festival qui se tiendra du 17 juillet au 16 aout proposera aux festivaliers 12 spectacles au théâtre de plein air de Houmet Essouk et d'autres spectacles de rue animés par des troupes nationales et étrangères.

L’ouverture sera ave une production du festival, intitulée "Djerba accueille l'Algérie", un spectacle conçu par Kais Melliti avec la participation des artistes algériens Souad Massi et Abdou Deriassa, et qui réunira notamment le tunisien Fehmi Riahi. La clôture sera avec la chanteuse tunisienne Yosra Mahnouch.

Parmi les moments forts de ce festival le retour sur scène de Marcel Khalifa après son concert en 2010 et la montée sur scène pour la première fois dans l'histoire du festival de Cheb Khaled. Dans ce contexte, le comité d'organisation prévoit l'affluence de 7000 festivaliers pour ce spectacle qui, pour ces raisons, se tiendra dans la zone touristique et non pas au théâtre de plein air.

Pour la participation tunisienne, le comité organisation a prévu en tout sept spectacles tunisiens avec Nour Chiba, Balti, le chanteur lyrique Hassen Doss, la chanteuse Yosra Mahnouch, le spectacle 'Djerba hkeya", la pièce "Draga" (produite par Naoufel Ouertani, mise en scène de Bassem Hamraoui) et une soirée avec l'humoriste Karim Gharbi.

 

"Layeli el Abdelliya" se poursuit jusqu'au 22 juillet avec 14 soirées

La 7ème édition de "Layeli El Abdelliya" s'est ouverte vendredi soir l'artiste et maestro Zied Gharsa dans un concert intitulé "Mdina Arbi" dans lequel il a proposé à son public des mouachahats de malouf et un cocktail de son répertoire toujours en vogue auprès de ses fans.

Après cette soirée d'ouverture aux couleurs du patrimoine musical tunisien, le palais El Abdelliya sous la direction de la femme de théâtre Wahida Dridi propose jusqu’au 22 juillet 14 soirées de malouf, de musique soufie et des spectacles en provenance des régions intérieures outre des représentations théâtrales.

Pour ce samedi 7 juillet, le public aura rendez-vous à partir de 21H00 avec la voix de l'artiste Zohra Lajnef qui sera présente avec un spectacle "Rakrak". Le dimanche 8 juillet, le rendez-vous sera avec Amina Srafi et sa formation au féminin. La soirée du lundi 9 juillet sera réservée à Hela Melki.

Des couleurs du patrimoine indien seront au programme de la soirée du 10 juillet. Le programme prévoit une soirée d'opéra avec l'artiste Ichraf Sallem le mercredi 11 juillet alors que la soirée du 12 juillet sera réservée à l'artiste Riadh Zaouche. Pour la soirée du 13 juillet, le public aura rendez-vous avec un spectacle de Riadh Bahloul. Le patrimoine musical de la région du Kef "El Ghneya" est au programme de la soirée du 16 juillet. La soirée du 17 juillet sera avec des sonorités du malouf de Testour et le malouf de Tataouine sera à l'affiche de la soirée du 21 juillet.

Le théâtre sera présent avec deux pièces de Jalel Eddine Saadi (14 juillet) et Abdelaziz Mehrezi (19 juillet).

Le reggae sera présent pour la soirée du 18 juillet. La clôture sera avec la Hadhra "LaTunisie des profondeurs" d'Abdallah Dhaouadi.

Il est à signaler que tous les spectacles débutent à 21H00. Les prix des tickets varient entre 10, 15 et 20 dinars.

 

L'amphithéâtre de Carthage s'illumine avec l'opéra "Aida"

Après une première représentation samedi dernier à l'amphithéâtre d'El Jem, l'Opéra Aida s'est invité, jeudi soir, à l'amphithéâtre romain de Carthage en guise de préouverture de la 54ème édition du Festival International de Carthage qui débutera le 13 juillet prochain et se poursuivra jusqu'au 17 août 2018.

En présence du ministre des affaires culturelles Mohamed Zinelabidine et de plusieurs membres du gouvernement et chefs de missions diplomatiques à Tunis dont l'ambassadeur d'Italie Lorenzo Fanara, l'Opéra "Aida" a démarré après une heure de retard face à public venu nombreux occuper les gradins du mythique amphithéâtre de Carthage dès 21H00 afin de découvrir l'une des plus grandioses des opéras de Giuseppe Verdi.

Chef d'œuvre incontestable de Verdi composé en 1870 sous commande du Khédive égyptien Ismail Pacha pour l'inauguration du canal de Suez en 1871, l'Opéra "Aida" est l'une des œuvres d'Opéra qui a su traverser toutes les époques en préservant toute sa force, ses sonorités et la subtilité de ses métaphores.

Produite par l'Orchestra Sinfonica E Coro del Luglio Musicale Trapanese en collaboration avec l'Orchestre et Chœur de l'Opéra de Tunis et l'Orchestre Symphonique Tunisien, la nouvelle interprétation d'Aida illustre l'art de l'Opéra dans toute sa splendeur, sa délicatesse et sa subtilité.

Suite à l'interprétation de l'hymne national tunisien et italien, le spectacle a démarré sous la baguette du Chef d’Orchestre Andréa Certa dans une mise en scène de Raffaele di Florio. Grâce à une mise en scène épurée transfigurant l'esthétique du temps à travers le filtre artistique "primitif", des costumes mélangeant les codes vestimentaires de l'époque à la touche artisanale tunisienne, et dans un décor amovible, la tragédie d'Aida se dévoile à petite touche tout au long de quatre actes.

Ponctués par les applaudissements d'un public émerveillé, les quatre actes de cette tragédie humaine se sont défilés sur la scène mythique de l'amphithéâtre de Carthage durant 2h30. Autour de l'Amour, la jalousie, la vengeance et la trahison, l'Opéra Aida raconte l'histoire d'un amour impossible entre le général des armées égyptiennes Radamès et l'esclave Aida fille du roi d'Ethiopie Amonasro. La tragédie de Aida s'appuie sur un triangle amoureux composé par Radamès, Aida et Amneris fille du roi d'Egypte éprise de Radamès. Ce triangle amoureux sous fond de rivalité politique entre le roi d'Egypte et le roi d'Ethiopie alimente l'intrigue tout au long du spectacle. Entre le devoir dicté par l'amour de la patrie et la passion amoureuse exaltée par les trois protagonistes, Radamès Aida et Amneris, la tragédie humaine se dessine dans l'interprétation à la fois sensuelle, forte et dramatique du soprano Maité Alberola (Aida), de la mezzo soprano Daniela Diakova (Amneris) et du ténor Dario Prola (Radamès).

Durant plus de deux heures, les spectateurs ont été transportés, ainsi, au temps des Pharaons pour suivre une intrigue amoureuse mettant en scène des thèmes universels toujours d'actualité : le pouvoir de l'amour, la trahison, la paix et l'essence de la vie. Plus de 150 artistes entre instrumentistes, chanteurs solistes de grande renommée mondiale, choristes, danseurs et figurants ont réussi à faire voyager le public dans le monde complexe des sentiments humains.

Coréalisé par l’Orchestre et Chœur de l’Opéra de Tunis, l'Orchestra Sinfonica E coro del Luglio Musicale Trapanese, l’Orchestre Symphonique Tunisien et des danseurs Tunisiens, l'Opéra "Aida" illustre une aventure humaine de partenariat et de collaboration entre la Tunisie et l'Italie dans le domaine culturel.

Articles liés