COLIBE dans le collimateur et ordre social.. Et pourtant elle tourne ! - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 19 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
20
2018

Chronique Juridique

COLIBE dans le collimateur et ordre social.. Et pourtant elle tourne !

Mercredi 4 Juillet 2018
نسخة للطباعة

La commission des libertés et de l’égalité (COLIBE) a donc remis dernièrement son  rapport au président   de la République, contenant les propositions de réforme  autour des points qui constituent à leurs yeux un obstacle voire une atteinte à la liberté individuelle et à l’égalité des sexes et d’une manière générale, et ce pour des raisons d’ordre socioculturel ou religieux.
En effet,   des questions telles  que l’homosexualité, ou l’égalité des sexes sont considérées comme étant des questions tabou qu’on n’aborde jamais sans susciter des difficultés et avec souvent des dégâts à la sortie.  C’est que les questions des libertés dérangent toujours, quels que soient le pays, le modèle de société ou le régime politique où l’on se trouve. A titre d’exemple, la loi sur le mariage des homos a causé des remous par ceux  qui s’y opposaient énergiquement et inconditionnellement. Mais elle a fini par passer, malgré tout et c’est là qu’on se dit que le dernier mot revient toujours  à la démocratie, dans des pays toutefois où les « démos » se respectent entre eux  sans abus ni violence tendant à faire triompher certaines idées par des moyens de choc. Dernièrement l’ancien président de la République François Hollande, a déclaré au cours d’une émission télévisée où il était invité que ladite loi est une fierté pour les Français. Certes, sous l’angle des libertés individuelles ça l’est, mais pas sous l’angle religieux ou social selon la classe des conservateurs. Ce n’est donc pas la loi elle-même qui constitue une fierté, mais le fait qu’elle soit votée  et passée. Il en va de même pour  l’abolition de la peine de mort qui est passée malgré le fait qu’elle était dénoncée par une partie de  la société.
Les  propositions présentées  par la COLIBE, sont aussi bien d’ordre religieux que social, et ceux qui les ont violemment critiquées et dénoncées, avant même d’en prendre connaissance  et de essayer de les étudier, sont ceux qui s’obstinent  à perpétuer un ordre social déterminé et ne veulent pas de changement, en prétextant leur non conformité à la religion ou aux règles de la bienséance.
Discuter et non se disputer
Parmi ces questions, l’égalité dans  l’héritage  entre les deux sexes  a suscité déjà le courroux de ceux qui au fond d’eux-mêmes  craignent de perdre cet avantage acquis dès la naissance et par lequel ils affirment leur supériorité par rapport à la femme, situation dans laquelle ils se complaisent. Ils avancent la cause religieuse afin de motiver leur désaccord.
Alors que selon le Verset Coranique il s’agit d’une recommandation divine qui peut être discutée entre les intéressés, lesquels peuvent se mettre d’accord entre eux pour une égalité des parts. Cela ne constitue pas une transgression à la  Chariâa tout comme le fait de partager par le père ou la mère de leur vivant, leurs biens entre leurs enfants à part égales.
Il en va de même de la question de la dépénalisation  de l’usage des stupéfiants, qui est proposée par la COLIBE et c’est peut-être le meilleur moyen de cerner les trafiquants qui se retranchent derrière les petits consommateurs accros et prêts à « mettre le prix ».
Concernant les homosexuels, ce qu’il faut combattre surtout ce sont la pédophilie et l’exploitation sexuelle des mineurs. Ce sont des questions qui sont négligées car ils ont été  la plupart du temps occultées. Ce qu’il faut changer dans la loi surtout,  c’est le fait d’interpeller quelqu’un rien qu’à cause de son allure pour lui faire subir un test honteux , humiliant  et dégradant  pour toute la société. C’est surtout une atteinte à la liberté individuelle.
Ceux qui s’opposent à ces changements invoquent des motifs religieux sans pour autant être en mesure de discuter avec toutes les parties prenantes en vue de parvenir à un consensus.
Le motif invoqué souvent  est celui de la non-conformité avec la Constitution, en vertu de laquelle il est stipulé que la Tunisie est un Etat arabe de religion musulmane. Ce qui implique qu’il ne s’agit pas d’un Etat islamique mais de religion musulmane et c’est bien différent. Dans le premier les lois en vigueur sont celles de la Chariâa, tandis que  selon le second, les lois sont civiles tout en  ne contrevenant pas aux principes de l’Islam.
La chariââ elle-même s’est démarquée  dans certains cas, dans  ses commandements,  des principes de l’Islam en cas de confusion ou de vide juridique.
Dans nos lois, ce sont les réalités sociales qu’il faut considérer tout en tenant compte des principes intangibles de l’Islam tels que l’Unicité de Dieu et de la non soumission à quiconque qu’à Dieu.
Durant des siècles, dans la plupart des pays musulmans les lois charâiques sont restées figées, car certains se complaisaient et s’accommodaient d’un certain ordre social.
En Tunisie, la question de l’égalité et des libertés s’est toujours confrontée  à certains tabous avec comme prétexte la religion, alors qu’il n’y a rien dans les préceptes de l’Islam qui favorisent  l’un des deux sexes sur l’autre. Dans plusieurs versets les recommandations  =sont adressés aux deux sexes  sans aucune distinction. Par ailleurs il faudrait qu’on soit convaincus que défini par la Constitution comme étant de religion musulmane.
Il y a donc une nécessité, afin que la société puisse évoluer et afin que cessent certaines pratiques exécrables basées sur les discriminations.
Par ces nouvelles propositions de la COLIBE , qui seront encore discutées par toutes les parties prenantes,  toutes les discriminations doivent être abolies. La crainte  de l’autre, à cause de sa race de ses croyances ou de ses origines n’a plus raison d’être.
La COLIBE a évoqué dans son rapport les grandes réformes relatives aux libertés individuelles et à l’égalité conformément aux dispositions de la Constitution,  ainsi qu’aux normes internationales des droits humains et aux orientations modernistes
Les libertés doivent être préservées  afin que notre société puisse évoluer  et sauvegarder ses acquis.
Ce n’est que par le dialogue entre tous les membres de la société civiles avec toutes ses composantes que l’idéal  d’égalité , de justice et de liberté puisse enfin être atteint.

Ahmed NEMLAGHI