Le gouvernement n’a pas fait tourner la planche à billets - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 23 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
23
2018

Paiement du salaire des fonctionnaires

Le gouvernement n’a pas fait tourner la planche à billets

Jeudi 21 Juin 2018
نسخة للطباعة

Le gouvernement a-t-il  recouru à  la planche à billets pour payer les salaires des fonctionnaires ? Tant de rumeurs qui ont amené, le ministère des Finances et la Banque Centrale de Tunisie  à infirmer tout en bloc  en rétorquant tout simplement que c’est de l’intox.

Se voulant rassurant, le ministère des Finances  soutient fermement que le trésor  public est capable de mobiliser les ressources nécessaires pour payer les salaires et  respecter les engagements du pays  et ce en puisant dans les ressources propres de l’Etat. En effet et selon les statistiques de la BCT et à la date du 20/06/2018, le solde du compte courant du trésor se chiffre à  657,7 MDT contre 219.4 MD une année auparavant, soit une variation positive de 438.3 MDT. Le ministère des finances précise par ailleurs que les titres d’emprunts émis par l’Etat (BTA)   sont conformes aux montants prescrits  par la loi de Finances 2018.

« Par définition le bon du Trésor Assimiliable est un titre émis par  l’Etat et donc disposant de la garantie de l’Etat et permettant ainsi à un investisseur de placer son patrimoine sans risque. Les nouvelles émissions ont les mêmes caractéristiques que les anciens Bons du Trésor, d’où leur assimilation. Les bons du trésor sont l’un des nombreux instruments financiers dont dispose l’Etat pour se financer ou refinancer sa dette. Les bons du Trésor peuvent être émis à court terme, ou alors à plus long terme ».

La loi de finances 2018 prévoit des ressources d’emprunt et de trésorerie de l’ordre de 9536 MD. Selon l’état d’exécution provisoire du budget de l’Etat, le gouvernement a jusque là mobilisé un portefeuille de 2342.4 MD dont 2 111,7 MD ressources d’emprunt et 230.7 MD de ressources de trésorerie.

Aux aguets et pour couper court à cette cacophonie, la Banque Centrale et le ministère des finances  se sont empressés de mettre en garde contre ce genre de rumeur qui porte préjudice  à l’intérêt général  et altérer le paysage d’un pays confronté qu’il est en cette période  à une crise économique et financière tous azimuts.

Yosr GUERFEL AKKARI