L’équipe de Nefza - The Embassy Lionesses (7 - 3) Hope Powell : « L’endurance et la persévérance finiront par donner des résultats » - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 19 Août 2018

Suivez-nous

Aug.
20
2018

Football féminin

L’équipe de Nefza - The Embassy Lionesses (7 - 3) Hope Powell : « L’endurance et la persévérance finiront par donner des résultats »

Mercredi 13 Juin 2018
نسخة للطباعة

 L’entrée au bal de la Coupe du monde pour la Tunisie, commencera, comme tout le monde le sait,  le 18 juin  contre l’Angleterre,  à Volgograd Arena en Russie. Pour nous en donner un avant-goût, l’ambassade du Royaume Uni à Tunis a organisé le 08 juin au Stade Raja Haider à la Marsa, un match amical  qui a mis face à face, notre jeune équipe de Nefza, (une réelle découverte),  contre  The Embassy Lionesses. Une rencontre qui a drainé un nombreux public marsois, composé essentiellement de jeunes venus applaudir la performance des deux équipes respectives, avec un score assez surprenant  de 7 buts  contre 3 ,  en faveur de l’équipe  de Nefza qui mérite tout intérêt,  pour son jeu et sa prouesse.
 L’autre surprise de la soirée, la présence parmi l’assistance,  de Mme Hope Powell, ancienne joueuse  internationale anglaise que nous avions interviewée avant le déroulement du match.
Entretien :
Le Temps : Est- ce que vous allez assister au match qui opposera l‘Angleterre à la Tunisie dans le cadre de la Coupe du monde. A titre de rappel, nos deux équipes respectives se sont rencontrées deux fois, en 1990 et en 1908.
Hope Powell : bien sûr que je vais essayer d’assister à certains matches mais tout dépendra de mon emploi du temps. J’essaierai de  planifier le maximum de parties.
*Mme Hope Powell, vous êtes joueuse de foot- ball, coach  de l’équipe nationale   de foot   féminin, de 1998 à 2013. On aimerait vous connaitre davantage.
-J’ai été en effet, joueuse pendant  plusieurs années. Après la retraite en 1998, j’ai assumé la responsabilité de coach,  jusqu’en 2013. Et depuis, je travaille pour la FIFA,  comme consultant technique, et en même temps, coach de l’équipe Brighton and Hove Albion,  classée 1ère division .
*Vous avez participé à la première Coupe du monde féminine de l’Angleterre en 1995,  et en tant que sélectionneur de votre équipe nationale, vous l’avez amenée à la Coupe du monde en Chine, en 2007.  Y a t-il d’autres femmes qui sont sur vos pas,  dans votre pays et dans le monde ?
-Oui, beaucoup de femmes sont sur mes traces,  non seulement dans mon pays, mais aussi   en Europe, comme : la France, la Suède, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Finlande… pour ne nommer que ceux-ci.  Et,  nombreuses d’entre elles qui étaient des joueuses de haut niveau,  sont devenues des coachs internationaux.
*Le foot ball  féminin africain  est loin devant le foot ball féminin arabe ;   le Nigéria par exemple,  est arrivé à la demi-finale de la Coupe du monde.  Avez-vous déjà une idée sur le foot ball féminin tunisien et arabe ?
-Non, pas encore ;  je  vais pouvoir en avoir une idée avec le match des joueuses de Nefza contre The Embassy Lionesses du Royaume Uni.
*Avez-vous l’intention de pouvoir soutenir le foot ball féminin tunisien et d’organiser des compétitions entre joueuses tunisiennes et anglaises ?
-Pour le moment, rien n’est encore clair. On est en cours de réunion et de consultation avec nos partenaires tunisiens,  pour avoir une idée sur le foot ball et ses structures dans le pays. Je pense que la décision est entre les mains des deux fédérations respectives, Tunisienne et Anglaise. On est encore au stade des concertations et des discussions. C’est une visite initiale pour tâter le terrain, quant aux décisions finales, elles reviendront aux responsables.
Je pense qu’il doit y avoir beaucoup de visites de la part d’autres associations afin d’échanger l’expertise.
*Quelles sont les difficultés  rencontrées lors de  l’exercice de votre passion ?
-Les difficultés sont énormes ; le fait d’être acceptée par les autres, jouer et devenir coach… Ajoutons à cela,  le nombre limité d’opportunités pour les filles de jouer et d’entrainer les autres. Ce n’était vraiment pas facile du tout, mais l’endurance et la persévérance finiront par donner des résultats.

 

Propos recueillis par : Sayda BEN ZINEB