Les taxes saoudiennes à l’origine de cette hausse - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 19 Août 2018

Suivez-nous

Aug.
20
2018

Augmentation des tarifs du pèlerinage

Les taxes saoudiennes à l’origine de cette hausse

Mercredi 13 Juin 2018
نسخة للطباعة

Le Temps - Tout le monde parle de la crise économique et sociale, mais personne ne fait rien pour aider à l’éradiquer, comme l’ont montré le gaspillage du mois de Ramadhan et les dépenses consentis en devises sonnantes et trébuchantes, pour l’accomplissement du rite du pèlerinage.
 

Le nombre des candidats au pèlerinage n’a cessé d’augmenter, malgré la hausse des coûts et qui s’élèvent cette année à 11.750 DT, contre 9.510 DT, l’année dernière, et cette augmentation n’a dissuadé personne. Pourtant, tous les candidats au pèlerinage qui ont vu leur nom sortir de la loterie sont certains d’avoir été arnaqués quelque part. D’ailleurs, pareilles occasions sont propices pour la spéculation, les pots-de-vins et les malversations.
Les taxes imposées par les autorités saoudiennes sur l’ensemble des services sont à l’origine de l’augmentation, cette année, du tarif du pèlerinage, a fait savoir le ministre des Affaires religieuses Ahmed Adhoum.
Présidant, lundi soir, à Kairouan, une cérémonie marquant la célébration de la nuit du destin, Adhoum a assuré que son département est tout à fait prêt pour la saison du pèlerinage 2018, louant les efforts fournis par toutes les parties intervenantes pour réunir les meilleurs conditions de succès du Hajj.
" Le ministère s’engage à tout mettre en œuvre pour que la saison de pèlerinage 2018 puisse se dérouler dans les meilleurs conditions ", a-t-il promis.
Alors qu’ils coûtaient 9510 en 2017, " les frais du pèlerinage pour la saison 2018 ont été fixés à 11710 dinars ", avait annoncé le ministre lors d'une conférence de presse.
Sur un total de 236672 candidats inscrits au pèlerinage, 10982 ont été retenus pour accomplir les rites du pèlerinage pour cette saison, a-t-il ajouté, faisant état, à ce propos, de l’augmentation du nombre des pèlerins pour cette année par rapport à la saison précédente.
Par ailleurs, Adhoum a indiqué que les guichets consacrés au parachèvement des formalités de voyage vers les lieux saints seront ouverts, à partir de mercredi 20 juin 2018.
Pourtant, il aurait suffi de dépenser l’argent destiné au pèlerinage pour venir en aide à des pauvres, à des handicapés ou autres familles dans le besoin, pour que ce geste soit considéré par Dieu comme un pèlerinage, selon les préceptes du Coran.
Mais, les candidats au pèlerinage n’ont pas la même conception, puisque, pour eux, le Hajj, c’est la visite des Lieux Saints de l’Islam et l’accomplissement des rites qui s’en suivent.
Une certaine année, le Maroc a donné l’exemple, avec l’appel du roi relatif au mouton du sacrifice.
Aujourd’hui, la Tunisie vit une situation pire que celle du Maroc, lors de l’Appel… mais faut-il, encore, que les citoyens soient convaincus de la valeur et de la noblesse d’un geste qui peut rendre heureux des milliers de pauvres.