Le stock des réserves en devises retombe à 72 jours d’importation - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 19 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
20
2018

Le stock des réserves en devises retombe à 72 jours d’importation

Le stock des réserves en devises retombe à 72 jours d’importation

Vendredi 8 Juin 2018
نسخة للطباعة

Hakim Ben Hammouda, ex-ministre des Finances au Temps : « Nous avons déjà dépassé la barre de sécurité du stock des réserves en devises avec 18 jours d’importation »
Selon les dernières statistiques publiées par la Banque Centrale de Tunisie, les avoirs nets en devises  s’éléve à 10 747 MD au 5/6/2018,  soit 72 jours d’importation contre 99 jours d’importation la même date une année auparavant. L’institut d’émission a indiqué que le volume global de refinancement s’est établi à 14 083 MD. La valeur du dinar tunisien continue à chuter : le dollar américain s’est négocié  à 2,5750 DT et l’euro s’est stabilisé à 3,05 DT le 5/6/2018.
Partant du fait que les réserves en devises sont une arme économique à part entière, d’autant que le pays traverse une  période d’apathie politique et  économique aggravée par le manque flagrant de la production. Actuellement,  le pays  a urgement besoin d’un plan de sauvetage urgent  au lieu de palaborer et verser dans une overdose de polémiques sans que les actions suivent.
Une situation intenable pour la Tunisie qui n’a même pas de quoi financer 72 jours d’importation de produits de touts types.
En 2017, le niveau des réserves en devises a enregistré une certaine amélioration après l’encaissement de l’emprunt de 850 millions d’euro en février 2017. Toutefois, les avoirs nets en devises ont viré de nouveau à la baisse suite au règlement des dettes,  du tarissement des entrées en devises et des pressions sur la balance commerciale malgré le bol d’oxygène de l’exportation  connu récemment.   Il est à signaler que mis à part  les avatars  enregistrés dans  le stock des réserves, la gestion des avoirs  a  connu  un décalage entre les recettes et les dépenses.
Le maintien du stock des réserves  à des niveaux convenus nécessite une maitrise du déficit commercial et en particulier le rétablissement des secteurs générateurs de devises tels que le tourisme.
L’institut d’émission a déclaré en février 2018 que la situation des avoirs nets en devises devrait  être améliorée bientôt par les exportations de l’huile d’olives et des dattes mais  aussi par les recettes prévues du secteur touristique. Mais et jusqu’à présent,  les réserves  en devises n’ont pas pu s’étoffer. 
Les avoirs nets en devises est au dessous du seuil de sécurité par 18 jours d’importation
Dans ce sens, Hakim Ben Hammouda, ancien ministre des Finances et expert économique nous a déclaré que nous avons déjà dépassé la barre de sécurité du stock des réserves en devises avec 18 jours d’importation. Et d’ajouter : «  La situation économique nationale est critique, il faut relever les défis de la croissance et de l’investissement. Le stock des réserves  ne couvre que 72 jours d’importation. C’est un signe très inquiétant, significatif de la détérioration de nos grands équilibres macro-économiques  et particulièrement de la balance des paiements courants et de la balance commerciale ». 
Pour sa part, M. Ben Hammouda n’a pas manqué d’insister que pour améliorer davantage  les avoirs nets en devises, il faut travailler davantage sur les exportations. Par ailleurs la 3ème  tranche du prêt du FMI, prévue provisoirement pour juillet 2018  pourrait  enrichir en quelque sorte  le stock des avoirs nets en devises.

Khouloud AMRAOUI