un crédit de 140 millions de dollars pour intensifier l’agriculture irriguée en Tunisie - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 19 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
20
2018

Tunisie/ Banque Mondiale :

un crédit de 140 millions de dollars pour intensifier l’agriculture irriguée en Tunisie

Vendredi 8 Juin 2018
نسخة للطباعة

Le ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Zied Ladhari et le Représentant Résident de la Banque Mondiale(BM) en Tunisie, Tony Verheijen, ont signé, jeudi à Tunis, un accord en vertu duquel l’institution de Bretton Woods accordera à la Tunisie un crédit d’une valeur de140 millions de dollars (360 millions de dinars) pour la réalisation du projet d’intensification de l’agriculture irriguée.
Ce projet, dont le coût total s’élève à 171,700 millions de dollars, vise à restaurer les systèmes d’irrigation dans les régions agricoles de six gouvernorats ; à savoir Béja, Bizerte, Jendouba, Nabeul, Sfax et Siliana.
L’objectif est de réduire les pertes qui peuvent atteindre jusqu’à 40 % de l’eau utilisée, et de réguler l’approvisionnement en eau.
Le remboursement du crédit de ce projet se fera sur une période de 28 ans, avec une période de grâce de 6,5 ans et un taux de 0,7%.
Le projet qui sera réalisé par le ministère de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche (2018-2023), financera la remise en état des systèmes d’irrigation afin d’accroître leur fiabilité et leur efficacité, conditions nécessaires au développement d’un secteur agricole plus productif.
Il s’agit, également, d’aider 3500 agriculteurs à identifier des cultures plus rentables, à augmenter les rendements et à faciliter leur accès aux marchés.
Le projet d’intensification de l’agriculture irriguée prévoit un programme de subventions de contrepartie grâce auxquelles les agriculteurs locaux investiront dans des activités à plus forte valeur ajoutée. Des subventions encourageront, également, les investissements dans des infrastructures qui peuvent permettre d’accroître la valeur de la production après la récolte.
Dans une déclaration aux médias à l’issue de la cérémonie de signature de l’accord, le ministre de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche Samir Taieb, a souligné que ce projet s’inscrit dans le cadre de la stratégie de son département visant la modernisation du secteur agricole.