Pas d’augmentation immédiate des prix à la pompe - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 20 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
20
2018

Carburant

Pas d’augmentation immédiate des prix à la pompe

Mercredi 6 Juin 2018
نسخة للطباعة
• La prochaine majoration est envisagée en juillet 2018 conformément à l’ajustement trimestriel des prix à la pompe aux prix internationaux

On en parle depuis quelques jours. La majoration des prix des hydrocarbures serait décidée dans les jours qui suivent. Mais, finalement, cette augmentation des prix à la pompe n’aura pas lieu. Du moins selon Khaled Kaddour  le ministre des Mines et des Energies renouvelables. L’information telle qu’elle a été relayée par notre confrère Al maghreb, indique de  toute augmentation des prix à la pompe demeure liée au principe d’ajustement automatique des prix chaque trimestre. Une augmentation mensuelle est non envisageable, puisque la dernière augmentation date depuis le 1er avril de l’année en cours. A vrai dire, la prochaine augmentation des prix aura lieu  fort probablement en juillet 2018. Cette augmentation est principalement due aux fausses hypothèses sur lesquelles la loi des finances 2018 est établie : 54 dollars prix de baril de pétrole et 1500 millions de dinars comme subventions. D’après le ministre, le total des subventions allouées aux hydrocarbures peut dépasser 3,5 milliards de dinars contre 1,5 milliard de dinars prévus dans le cadre de la loi des finances 2018.
A cet égard, il convient de rappeler que le système d’ajustement  automatique des prix des hydrocarbures a été mis en place depuis 2009. Il a fallut attendre 2016, pour appliquer ce système. Tout au long de chaque trimestre, le ministère de tutelle examine les prix des hydrocarbures pour finalement decider une baisse ou une hausse des prix. Généralement, ce ne sont que des hausses.

Z.D

 

A noter
10 millimes d’augmentation dans le taux de change engendrent 40 millions de dinars de dépenses supplémentaires.

 

- Pétrole prix stabilisé entre 75 et 80 dollars

Selon Mustapha Guitouni ministre Algérien de l’Energie, certains problèmes géopolitiques au sein des régions productrices de pétrole trouvent des solutions de façon ordinaire et n’ont pas d’incidence sur le prix du pétrole, stabilize entre 75 et 80 dollars. Selon l’agence officielle TSA, le ministre a minimisé les craintes suscitées autour d’une chute des prix du pétrole, induite par une éventuelle proposition de la Russie et de l’Arabie Saoudite, portant sur un relèvement du seuil de production convenu au sein de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) lors de la prochaine rencontre programmée le 22 juin courant.
Guitouni a rappelé, à ce titre, «la signature d’un accord entre les pays membres de l’OPEP en septembre 2016, portant sur une baisse de la production de l’ordre de 1.800 million de barils/jour et qui demeurera en vigueur jusqu’à fin 2018».

 

- Deux majorations en 3 mois

Depuis Janvier 2018, le gouvernement a décidé deux majorations des prix des hydrocarbures. Une première appliquée depuis le 1er janvier 2018, alors que la deuxième augmentation était décidée depuis le 1er avril de l’année en cours.
Cette augmentation s’inscrit d’après le ministère de tutelle, celui de l’Énergie, dans le cadre de la politique d’ajustement périodique des prix à la pompe.