Ammar Souayah disponible pour la succession de Madhoui - Le Temps Tunisie
Tunis Samedi 20 Octobre 2018

Suivez-nous

Oct.
20
2018

ِESS

Ammar Souayah disponible pour la succession de Madhoui

Jeudi 31 Mai 2018
نسخة للطباعة

L’humilité devant  les  faits est  une  vertu.  On dit  souvent aussi  que  la  plus belle  femme du monde ne peut donner plus ce qu’elle en  a. Vérité implacable !  Le moins  que l’on  puisse dire  c’est que  ce constat  s’identifie  à l’actuelle situation que  vit le club phare du Sahel, l’ESS. Sans  entraineur  depuis le départ  de Madhoui pour  « insuffisances de résultats » dit-on, la  section  football  de l’ESS,  même si  en ce moment  cette dernière  est  en  vacances,  pâtit par  l’absence  d’un  staff technique  supposé  préparer  le programme de travail  en ce début de phase d’intersaison. C’est que  les dirigeants du club  et à leur  tête  le président   Ridha Charfeddine, préfèrent  prendre  tout  leur  temps  pour  trouver  l’oiseau  rare  capable  
Une situation  spéciale
En fait,  la  rupture  consommée dans la  relation  de confiance entre le  public  et le président du  club ne date pas  d’aujourd’hui. Il faut  remonter  au moins  à la saison  dernière  quand l’ESS  a été  battue  de demi-finale de la Ligue des Champions   par  un score  lourd face au Ahly  du Caire. Depuis,  faut-il  le rappeler,  les  purges  tant au niveau  des dirigeants  administratifs que sportifs et techniques  se sont  multipliées  laissant  un  vide autour du premier  responsable du club, Ridha Charfeddine.  Cet échec   dans  la  manière  de gérer  le club  a négativement  impacté  sur les  résultats  cette saison.  L’Etoile et son président  ne doivent s’en prendre qu’à eux-mêmes.  Bureau  Directeur  souvent  en mal de cohésion,  manque  d’efficacité dans l’encadrement , gestion  inefficiente d’un certains nombre de dossier,  et surtout  mauvaise gestion  du  relationnel avec les  instances  fédérales, bref  le  constat  est  inquiétant.  Pour tout dire,  certains  dirigeants   n’ont été  pour le président  d’aucun  secours, d’aucune  aide. Là ! Ridha  Charfeddine, faut-il le reconnaitre  a été seul,  suffisamment exposé  pour recevoir  tous les  coups. Pourtant,  dans  son élan de générosité et d’amour pour le club,  n’a pas  lésiné  sur les  moyens pour porter  à bout de bras  l’ESS. Là aussi,  il  faut l’admettre,  cela  n’est  guère  suffisant. Comme quoi  l’argent à lui seul ne suffit pas  souvent  pour « déplacer les  montagnes ».  
Lemerre, Souayeh et Benzarti  sur  la  même  ligne   
L’opération de  recrutement  d’un entraineur  à la tête du staff technique de l’ESS  se  complique de  jour en jour. Avec  Kadri  le BD  de l’ESS  a essuyé un  échec  total  tant  le refus manifeste  du public  a  forcé  la main au président  qui a du renoncer  à   finaliser l’opération. Depuis,  les  recherches  ont porté  essentiellement  sur deux  anciens coachs de l’ESS , Benzarti et r Lemerre. Même  si les deux   coachs  ont donné  leur  accord de principe  il n’en demeure pas moins vrai  que les réticences  persistent  notamment côté  Lemerre. Pas  plus tard qu’avant-hier,  des  réunions  se sont succédées  entre Ridha Charfeddine d’une part,  et (séparément )  Benzarti, et Lemerre ( par  téléphone) pour  tenter de rapprocher  les  points de vue. Même  Ammar  Souayeh  est rentré  dans la  course  puisqu’il  a  rencontré  le président  étoilé. Il n’empêche  et malgré  tout ce branle-bas de combat,  le nom du  futur  entraineur de l’ESS  n’est pas  connu  et ce  seulement  à quelques  jours de la reprise d’activité de la section. Est-ce raisonnable ?  

Sadok SLIMANE

Mots-clés: