L’UTICA soulève les questions relatives aux règles d’origine et à la question des quotas - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 20 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
20
2018

ALECA

L’UTICA soulève les questions relatives aux règles d’origine et à la question des quotas

Mercredi 30 Mai 2018
نسخة للطباعة

Le nouveau round de négociations entre la Tunisie et l’Union Européenne pour la conclusion de l’Accord de Libre Echange Complet et Approfondi (ALECA), a été au centre d’un entretien tenu lundi au siège de l’UTICA, entre Hamadi Kooli et Hichem Elloumi, vice-présidents de l’UTICA et Ignacio Garcia Bercero, Directeur à la Direction Générale Commerce de l’UE, a fait savoir mardi la centrale patronale.
Naceur Jeljeli, membres du bureau exécutif et Chiheb Slama représentant de la fédération nationale de l’agroalimentaire ont également participé à cette réunion.
Les représentants de l’UTICA ont rappelé que l’Union Européenne est le plus important partenaire économique de la Tunisie, ajoutant que cet accord «ALECA», « doit favoriser l’émergence d’un environnement des affaires, stable, incitatif avec des marchés ouverts aux produits et aux investissements réciproques et ce, afin de permettre aux échanges bilatéraux économiques, culturels et humains de se démultiplier et aboutir à la dynamisation des flux d’investissement, à la promotion des synergies industrielles et agricoles ».
Des études d’impact pour les secteurs économiques les plus sensibles
Les responsables de l’UTICA ont également, soulevé les questions relatives aux règles d’origine, à la question des quotas notamment pour l’huile d’olive et à la mobilité des personnes dans les deux sens.
 Ils ont souligné la nécessité de lancer des études d’impact de l’accord ALECA pour les secteurs économiques les plus sensibles et affirmé que ces études d’impact devraient se faire par filière.
Les deux parties ont souligné que l’accord pourrait offrir des opportunités nouvelles pour les opérateurs économiques tunisiens et européens.
Abordant la problématique que pose l’ALECA pour l’agriculture et l’agro-industrie tunisienne, les représentants de l’UTICA ont relevé la nécessité de prendre en considération les reformes nécessaires pour promouvoir ce secteur notamment celles touchant les circuits de distribution, la logistique, la fiscalité, le transfert de technologie, les normes sanitaires et phytosanitaire etc.
Les négociations politiques qui précéderont les discussions techniques et sectorielles devraient contribuer à créer un dynamisme et une synergie de nature à faciliter l’accès du marché européens aux produits tunisiens et à faciliter le flux d’investissements vers la Tunisie.