Tourisme: 450 voyagistes russes et ukrainiens en éclaireurs - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 18 Octobre 2018

Suivez-nous

Oct.
19
2018

Tourisme

Tourisme: 450 voyagistes russes et ukrainiens en éclaireurs

Dimanche 13 Mai 2018
نسخة للطباعة
Tourisme: 450 voyagistes russes et ukrainiens en éclaireurs

 

La reprise sur le marché russe se confirme croissante comme en témoigne les TO russes qui  mettent actuellement  le turbo sur le marché  tunisien. C›est dans ce cadre que s›inscrit la grande opération de promotion effectuée par le  T.O Russe PegasTouristik, qui organise sur la période du 10 au 31 mai 2018 des voyages de familiarisation (Eductours) en Tunisie pour 450 représentants d’agences de voyage en Russie et Ukraine en vue de leur faire découvrir le charme de la Tunisie et ses principaux attraits touristiques, et par conséquent mieux les proposer ensuite à leurs clients. Par groupes de 20 à 50, 300 représentants d’agences de voyage dans 18 villes de Russie et d’Ukraine seront accueillis à Monastir et 150 autres invités de 9 villes en Russie seront accueillis à Djerba. Le programme de ces voyages de familiarisation comprend des visites à l’ensemble des unités hôtelières et circuits touristiques, du Nord au Sud, dans le but d’apporter aux professionnels, au-delà de tous les arguments promotionnels, une connaissance factuelle des atouts touristiques de la Tunisie. Ces éductours permettront  d’accroître la notoriété de la destination, d’avoir une idée réelle du marché touristique  tunisien  et d’évaluer la demande.Cette visite  offrira une occasion unique pour les professionnels tunisiens  de trouver de nouveaux partenaires commerciaux et  d›étudier les offres commerciales de la majorité des entreprises présentes, tout en explorant les opportunités sur le marché du tourisme russe qui  est en train de bouger depuis janvier 2018.

Cette performance de la Tunisie est due à plusieurs facteurs dont la diversification du produit, les efforts promotionnels et publicitaires, l’engagement des TO russes stimulés par l’aide et l’assistance logistique de l’ONTT et le bon rapport qualité-prix. L’exemption de visa d’entrée et les prix bas, en raison de la chute du dinar, expliquent également cette popularité de la destination Tunisie parmi les vacanciers russes. L’on serait même tenté de dire que les arrangements all-inclusive offerts défient toute concurrence. Les touristes russes qui avaient passé leurs vacances parmi nous avaient exprimé leur large satisfaction quant aux conditions sécuritaires tout en mettant l’accent sur l’accueil chaleureux qui leur avait été réservé par les tunisiens partout à travers le pays. «Nous attendons à un très bon cru cette saison malgré une conjoncture internationale difficile. Nous sommes confiants sur la reprise du marché russe cette saison sur la Tunisie.» Commentaire plutôt optimiste d’un hôtelier à Hammamet qui croit en cette destination touristique.

Pour booster le marché tunisien, le tour russe PegasTouristik a inauguré le 27 avril 2018 ses vols charters de la saison au départ de la Russie et de l’Ukraine sur les aéroports Monastir Habib Bourguiba et Djerba-Zarzis. Le programme des vols s’étalera du 27 avril au 28 octobre 2018 et sera assuré par 503 vols à raison d’un à trois vols par jour en provenance de 21 villes de Russie et d’Ukraine. Le nombre estimé de touristes qui seront transportés dépassera les 140.000. Il est vrai que 40 millions de Russes partent à l’étranger chaque année. Le soleil, les plages et le bien être constituent le type de vacances le plus prisé par les russes qui  préfèrent les hôtels quatre étoiles et plus et dépensent environ 150 dollars par jour soit le double du touriste classique. Ils voyagent autant l’été que l’hiver. Ils sont portés sur la thalasso, le golf et le shopping. Les périodes de vacances les plus populaires sont le Nouvel An et  le Noël puis les mois de juillet et août et les vacances scolaires  qui s’étendent de fin décembre à début janvier, fin mars, début mai (environ du 1er au 10) ainsi que les mois d’été (juin, juillet et août) et la première semaine de novembre.

Kamel Bouaouina

Mots-clés: