Amalgame, mauvais goût et dérapages - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 23 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
24
2018

Au 3e jour de la campagne pour les Municipales

Amalgame, mauvais goût et dérapages

Mardi 17 Avril 2018
نسخة للطباعة

Prévues pour le 6 mai prochain, les élections municipales, ou du moins leur campagne, a démarré samedi 14 avril. Les listes partisanes ainsi que les indépendantes ont choisi, pour leur majorité, de se lancer dans cette campagne avec des points de presse où les programmes ainsi que les slogans et affiches officiels ont été dévoilés.

Pendant que certains étaient occupés avec leur conférence, d’autres listes ont préféré débuter leur campagne par des portes à portes dans les quartiers qui les concernent. Comme prévu, le folklore était à l’honneur lors de ces visites de terrain accompagnées, dans leur grande majorité, par des musiciens du folklore tunisien. Nidaa Tounes, qui excelle dans la matière, a même cru bon de publier une vidéo de l’ambiance interne de sa liste de l’Ariana où l’on voit l’ancien ministre du Transport, Anis Ghedira, entouré par des jeunes qui chantent, avec beaucoup d’enthousiasme, ‘Pip pip, Anis Ghedira est dans l’équipe’. Récupérée sur les réseaux sociaux, cette vidéo a donné beaucoup de matières à l’ironie des internautes qui ont tourné en dérision l’ancien ministre et la tête de liste de Nidaa Tounes à l’Ariana. Mais en politique comme en marketing, une mauvaise publicité est forcément une bonne publicité et cela risque de devenir le slogan des quelques jours qui nous séparent du 6 mai.

Pour présenter l’un de ses candidats, le mouvement d’Ennahdha a cru bon de mentionner que l’intéressé est un très bon chasseur. Après les deux blondes portant fièrement des jeans moulants et des tee-shirts très loin de ce que portent habituellement les femmes du mouvement islamiste, les photos des candidats hommes d’Ennahdha n’ont pas manqué de créer la polémique : entre celui qui s’est pris en photo, officielle, en train de refaire des mouvements de karaté et celui qui se vante de ses mérites de chasseurs, Ennahdha a vite fait de rejoindre son allié le Nidaa dans les plus grandes cibles des moqueries des internautes.

Le Front populaire n’a pas été mieux, même si sa communication a tenté, tant bien que mal, de se statuer sur la sobriété et le sérieux. Toutefois, l’une des listes de la coalition de la Gauche (celle de Monastir) a commis une grave erreur en présentant l’un des candidats en tant qu’handicapé alors que les autres membres ont été présentés par leur profession ou leurs diplômes. Une erreur fatale qui a fait le tour des réseaux sociaux entre ceux qui ont ciré au scandale et ceux qui ont expliqué que les politiques tunisiens se permettent de tout pour faire vendre leur liste.

L’autre tendance des élections municipales est la montée des listes indépendantes. Si certaines sont presque impeccables de part leur formation et leur campagne, d’autres ont vite fait de marquer les esprits. Pour ne pas trop nous étaler, nous en citerons deux qui ont fait ravage sur les réseaux sociaux. La première est nommée Al iiqlaa (le décollage) et la seconde Al shumukh (la fierté). Pour la seconde liste, qui se présente à l’Ariana, l’une de ses candidates a été prise en photo, sur l’affiche officielle, portant un tee-shirt d’une très célèbre marque de boisson alcoolisée et la première a choisi de masquer les photos de toutes les femmes en dévoilant uniquement leurs noms et leurs professions…

Les premiers jours de la campagne ont présenté des amalgames, du mauvais goût et des dérapages. Si les candidats indépendants et les partis politiques ne remédiaient pas rapidement à ces grands défauts, cela risquerait de creuser le taux d’absentéisme qui s’annonce déjà catastrophique pour ces importantes élections.

Salma BOURAOUI