Bruits et chuchotements - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 19 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
19
2018

Bruits

Bruits et chuchotements

Dimanche 15 Avril 2018
نسخة للطباعة

Projection de " L’ombre de la Terre " en hommage à la mémoire de Taieb Louhichi à Paris

L’association "Cinéma tunisien" a rendu hommage jeudi soir à la mémoire du cinéaste Taieb Louhichi, en projetant son premier long-métrage " L’ombre de la terre " au cinéma La Clef à Paris. Décédé le 21 février 2018, Taieb Louhichi a réalisé son premier long-métrage au début des années 80, une période marquée par la transformation de la société tunisienne.

Dans " L’ombre de la terre ", le cinéaste retrace le quotidien des nomades dans le désert du pays. Il a également mis la lumière sur deux phénomènes qui ont distingué la société à cette époque : l’exode rural et l’exil en plus du rôle qu’occupe la femme dans une famille nomade.

La projection du film a été suivie par un débat. Pour certains, Taieb Louhichi a mis le doigt sur un problème d’une génération qui a subi l’exil. " En fixant, à la fin du film, la caméra sur un cercueil suspendu au milieu du port de marchandises de Radès, le réalisateur met le projecteur sur la non réussite des migrants qui rentrent dans leur pays à la fin de leur vie dans un cercueil ".

Taieb Louhichi est l’un des premiers cinéastes tunisiens. Victime d’un accident de la route en 2006, le réalisateur perd l’usage de ses membres. Toutefois, il n’a pas arrêté de réaliser des documentaires ou des films. Son dernier long métrage produit en 2017 " La rumeur de l’eau " a été projeté en posthume.

Il a tourné en 2011 le documentaire, " Les gens de l’étincelle ", et " L’enfant du soleil " en 2013.

 

3ème édition du Festival des jeunes créateurs de mode: "Sur les pas de Azzedine Alaïa"

La 3ème édition du Festival des jeunes créateurs de mode: "Sur les pas de Azzedine Alaïa" sera organisée, le 4 mai 2018, à Gammarth, par le Groupement professionnel de la confection et de l’habillement relevant de la Conect, "dans le cadre de ses efforts pour stimuler le textile tunisien et son potentiel créatif".

Au programme de cette troisième édition, un concours de design et de stylisme au profit des jeunes créateurs de mode tunisiens et des défilés de mode des nouvelles marques tunisiennes et internationales. Des prix seront décernés, à la clôture du festival, aux meilleurs jeunes stylistes, créateur de bijoux et mannequins.

En marge de ce festival, une conférence sera organisée sur les mécanismes de développement du modèle tunisien en matière de textile. Cette conférence réunira des experts, des professionnels et des chefs d’entreprise tunisiens et étrangers pour mieux mettre l’accent sur les perspectives et les moyens pour impulser l’investissement dans ce secteur.

Une table ronde sera aussi organisée sur " la contribution du secteur du transport dans la promotion à l’international du textile tunisien ".

Le Groupement professionnel de la confection qui vise à encourager davantage les jeunes à la création et à l’innovation, a souligné que "Azzedine Alaïa était singulier et unique et il a su porter haut le drapeau de la Tunisie dans le domaine mode, ce qui explique le choix du thème de cette troisième édition.

 

Troisième édition du festival du film de Gabès

Après deux éditions réussies, le festival du film de Gabès revient du 20 au 26 avril 2018 dans une troisième édition avec une compétition officielle, une nouvelle section intitulée " Cinéma Monde ", et un nouveau concours " caméra jeune " destiné à encourager les futurs réalisateurs.

La compétition officielle regroupe 4 sections réparties comme suit:

- Compétition officielle Longs Métrages fiction (9 films dont deux tunisiens)

- Compétition officielle Longs Métrages Documentaires (8 films dont un tunisien)

- Compétition officielle Courts Métrages (8 films dont 2 tunisiens)

- Compétition officielle films Ecoles de cinéma (8 films dont un tunisien)

En plus des trophées (Or, Argent, Bronze) signés par l'artiste urbain originaire de Gabès El Seed, les lauréats des trois compétitions (Longs Métrages, Longs métrages Documentaires, Courts Métrages) auront une récompense financière. Le montant du premier prix pour les longs métrages fiction est de 15 mille dinars, pour les longs métrages documentaires, 10 mille dinars et pour les courts métrages, 5 mille dinars.

Tout en rappelant l’objectif initial du festival " faire de la culture une locomotive pour la région et raviver la culture cinématographique à Gabès ", le président du festival du Film de Gabès, Mahmoud Jemni a expliqué que la troisième édition est marquée par une nouvelle orientation tournée vers la Rive Nord d’où le changement du nom initial du festival arabe de Gabès pour devenir festival du film de Gabès. Ce changement d’orientation s’illustre par la création d’une nouvelle section parallèle intitulée " Cinéma Monde " avec au programme un cycle de projection de 7 films européens.

Parmi les nouveautés figure également un concours visant à appuyer les futurs jeunes cinéastes. Dans ce sens, dix scénarios d’étudiants en cinéma - 4 scénarios en français et 6 en arabe- ont été sélectionnés. Un atelier de scénario sera organisé au cours du festival. Il sera dirigé par le scénariste belge Mathieu Reynaert et l’égyptien Waleed Sayfeddine. Les deux lauréats de cet atelier auront un prix "caméra jeune" qui sera décerné par TV5 monde. Les gagnants poursuivront aussi leurs aventures dans l’atelier Sud écriture de la productrice tunisienne Dora Bouchoucha dans le but de réaliser leurs premiers films.

Les directeurs artistiques du festival Fatma Cherif et Sami Tlili ont souligné dans leurs interventions que le critère principal dans le choix des films sélectionnés est l’approche artistique des réalisateurs.

Le directeur de l'espace culturel l'Agora Gabes, Mohamed Ali Okbi a indiqué que ce nouveau lieu de culture de proximité sera ouvert à l’occasion du festival. Il sera ensuite fermé pour des travaux d'élargissement en vue de mettre en place un centre culturel dynamique regroupant un espace d’exposition, un café culturel et une salle de spectacle multifonctionnelle.

Des hommages seront rendus, lors de cette troisième édition, au cinéaste syrien Omar Amiralay, le chef opérateur tunisien Ali Ben Abdallah et les réalisateurs tunisiens Omar Khlifi et Taieb Louhichi.

L’équipe du festival a choisi pour l’ouverture le film " Looking for Oum Kulthum " de l’iranienne Shirin Neshat, un film sur la diva égyptienne Oum Khalthoum.

Parmi les stars qui seront présents lors de cette édition la marraine et présidente d’honneur du festival Hend Sabri, la star égyptienne Khaled Abol Naga, et le réalisateur syrien Mohamed Malas.

 

Un méga-spectacle aura lieu en juillet prochain à la cité de la Culture sur le thème " Les Nations Unies sur la route de la soie "

Un méga-spectacle sera organisé en juillet prochain à la cité de la culture sur le thème " Les Nations Unies sur la route de la soie ", a annoncé l’ancien ministre espagnol des Affaires étrangères et président de la Fondation ONUART, Miguel Angel Moratinos, lors de son entretien jeudi au palais de Carthage avec le président de la République, Béji Caïd Essebsi.

" Le choix de la Tunisie pour organiser cette manifestation revient principalement au climat de stabilité qui prévaut dans le pays et au grand potentiel touristique dont il dispose ", a précisé Moratinos en marge de sa participation les 10 et 11 avril 2018 à Tunis à une conférence internationale sur le thème " la route de la soie : la Chine et la mer Méditerranéenne ".

Selon lui, cette conférence internationale a offert l’occasion d’examiner les opportunités de coopération entre les pays du bassin méditerranéen et la Chine.

Tout en saluant le rôle central que joue la Tunisie dans la région méditerranéenne, Moratinos jugé indispensable pour les pays de la région d’unifier leurs positions au sujet des perspectives de la coopération sino-méditerranéenne.

De son côté, le chef de l’Etat a salué le rôle que jouent les experts et hautes compétences méditerranéens dans la consolidation de la coopération entre les pays des deux rives de la méditerranée ainsi que dans le règlement des questions régionales, mettant l’accent sur l’importance qu’attache la Tunisie à l’intégration méditerranéenne et à la contribution à sa stabilité et à son développement.