Du côté du prétoire - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 23 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
24
2018

Du côté

Du côté du prétoire

Dimanche 15 Avril 2018
نسخة للطباعة
Au Palais de justice: L’informatique en marche, mais…

Au Palais de justice: L’informatique en marche, mais…
Quiconque voudrait savoir s’il fait l’objet d’un  jugement par défaut , afin de régulariser sa situation , pourrait  s’adresser au guichet de l’informatique au palais de justice, boulevard Bab Bénat.  Seulement, l’affaire met du temps à être enregistrée  sur le réseau informatique, et  celui qui désire faire opposition à un jugement par défaut doit s’armer de patiente afin de pourvoir agir à temps, et ne pas être surpris lors d’une rafle ou d’un contrôle d’identité. C’est qu’il n’y a pas encore suffisamment de coordination sur le réseau informatique entre les services de police, de justice et pénitentiaire.
Par ailleurs, le justiciable n’a pas encore compris comment il faut faire pour demander la réhabilitation, une fois avoir purgé sa peine et passé  les délais légaux pour en bénéficier. Aux services du ministère de la justice, on  répond au requérant que la réhabilitation est automatique, passé un certain nombre d’années, cependant qu’il ne trouve pas le  même écho aux services de police. 

Au tribunal  administratif régional de Sousse:Une procédure de L’UGTT contre le doyen de la faculté de droit de Sousse
L’histoire a commencé par la décision de fermeture de la faculté de droit de Sousse   prise dernièrement par son  doyen  Montassar El Ouardi , décision estimée illégale par le représentant régional de l’UGTT qui a déposé  illico, une demande en annulation de la décision  en question, pour abus de pouvoir,  devant le tribunal administratif  régional de Sousse.
Le doyen a avancé que cette décision vient suite aux troubles qui ont eu lieu au sein de ladite faculté, à cause de la rétention des notes par les professeurs.
Le syndicat a rétorqué que d’une part  il n’a pas eu vent de ces troubles, et que de toutes les manières, le doyen n’avait qualité pour prendre une telle décision, sans requérir au préalable, l’avis du conseil scientifique.
S’agit-t-il d’un abus de  pouvoir, l’avis dudit conseil n’étant que consultatif et non limitatif ?  C’est au tribunal administratif qu’il  revient de trancher.

AMT et doléances des juges
L’association des magistrats tunisiens(AMT) transmet les doléances des juges , dont entre autres,  les demandes de mutations, au Conseil supérieur de la magistrature. Elle joue le rôle de syndicat, alors qu’on n’entend plus beaucoup d’échos de la part du syndicat des magistrats tunisiens (SMT)  depuis le départ de Raoudha Laâbidi, son ancienne présidente. A se demander si l’AMT n’a pas fini par l’emporter, après  la rivalité et la divergence   sur beaucoup de points qui ont  sévi pendant un moment entre ces deux organisations.
En attendant, pas un mot ni de la part de l’AMT, ni de la part de la part du SMT sur le sort qui a été réservé aux magistrats impliqués dans certaines affaires de corruption et dont l’un d’eux a fait l’objet d’un mandat d’amener, resté jusqu’à présent infructueux.  Nous avons  confiance en la justice,  et nous voudrions  bien, être renseignés à ce sujet, afin que nous ayons le cœur net.

Ces nobles figures qui  s’en vont
L’ avocat qui vient de tirer sa révérence , lundi dernier,   a laissé un grand vide parmi ses confrères, surtout à Gafsa,   où il a exercé pendant plus de dix ans et a été membre du conseil régional dans cette ville.
Maître Chawki Amid, avocat à la Cour de cassation
Originaire de Tozeur, a rejoint le Barreau en 1980,  et il avait nourri, tout au long de sa carrière, de très bonnes  relations confraternelles et a été réputé pour sérieux , son affabilité ,  son amour  pour la profession et son respect  de la justice, et des justiciables.
Paix à son âme.  

Nous avons appris le décès :
-Du père  de Me Oussama Bouoûni, avocat  à Tunis
Le défunt a été inhumé le 12  avril dernier au cimetière de Radès.
Puisse Dieu Le Tout Puissant leur accorder Son infinie Miséricorde et les accueillir en Son Eternel Paradis.
Ahmed NEMLAGHI

Mots-clés: