Sur le vif: Après l’agression des élèves par des aiguilles à Korba.. Faut-il doter les établissements scolaires de caméras? - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 20 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
21
2018

Korba

Sur le vif: Après l’agression des élèves par des aiguilles à Korba.. Faut-il doter les établissements scolaires de caméras?

Dimanche 15 Avril 2018
نسخة للطباعة
Sur le vif: Après l’agression des élèves par des aiguilles à Korba.. Faut-il doter les établissements scolaires de caméras?

La violence en milieu scolaire n’est pas un fait récent. Toutefois, c’est devenu un problème social d’une importance croissante. Le phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur. La violence en milieu scolaire est un phénomène universel qui ne date pas d’hier et dont aucun pays n’est à l’abri. Elle ne cesse d’évoluer, de prendre toutes les formes et de toucher toutes les catégories de la société.
Cependant, son ampleur, sa complexité ainsi que le degré de gravité de ses répercussions dépendent des spécificités socioculturelles, économiques et des choix politiques de chaque pays. Ce phénomène qui se réduisait auparavant à des cas de «petites» violences entre élèves, cède la place aujourd’hui à des faits bien plus graves.
C’est le cas des piqures des élèves par des aiguilles, comme l’a affirmé le secrétaire général du Syndicat de l’enseignement secondaire à Korba, Hichem Dardouri, à Radio Med, En effet  trois élèves de l’école préparatoire Avenue Habib Bourguiba à Korba ont été piquées avec  une aiguille par des inconnus.
Les trois lycéennes ont été évacuées aux centres de santé de base pour recevoir les soins, en  attendant les résultats de leurs analyses de sang. Le directeur de l’enseignement préparatoire et secondaire à la direction régionale de l’éducation à Nabeul, Bouhdid Guembri a souligné  que les élèves poursuivent leurs cours normalement. Ils  sont en bonne santé.
Face à ces agressions, certains parents appellent à doter les établissements  d’un système de vidéo protection, afin d’assurer la prévention dans les collèges et à leurs abords
Kamel Bouaouina

Mots-clés: