7 axes de réformes "nécessaires et urgentes" - Le Temps Tunisie
Tunis Samedi 17 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
18
2018

Chahed au Forum sur les grandes réformes

7 axes de réformes "nécessaires et urgentes"

Jeudi 12 Avril 2018
نسخة للطباعة

Le forum national sur les grandes réformes n'est pas une alternative au processus de dialogue entre les parties signataires de du Document de Carthage, a tenu à préciser, hier, le chef du gouvernement, Youssef Chahed.

Chahed, qui intervenait à l'ouverture de ce forum, tenu hier à Gammarth en l'absence de l'UGTT qui avait annoncé son boycott de la manifestation, a souligné l'attachement du gouvernement au document de Carthage, estimant que les réformes sont un choix et une nécessité et aussi une solution pour rétablir la finance publique. 

Le secrétaire général de l'UGTT, Noureddine Taboubi, a annoncé, dans une déclaration aux médias, mardi, que l'UGTT boycotte les travaux de ce forum, estimant qu'il (le forum) "perturbe le bon déroulement du pacte de Carthage".

"La Tunisie a besoin aujourd'hui de mettre en œuvre et sans aucune hésitation de grandes réformes", a insisté le chef du gouvernement, imputant l'augmentation du déficit des caisses sociales et de la masse des salaires ainsi que la hausse du budget des subventions, à l'absence de ces réformes.

Il a évoqué 7 axes de réformes "nécessaires et urgentes", dont le système fiscal, le système de financement de l'économie, le financement des subventions et de la fonction publique, des entreprises et institutions publiques, les caisses sociales et la modernisation de l'administration.

En ce qui concerne la réforme fiscale, Chahed a estimé que "l'évasion fiscale est la plus dangereuses des corruptions. Elle menace la sécurité du climat des affaires dans le pays et représente un danger pour les budgets et la vie sociale et politique".

Il a fait remarquer que la justice sociale est une nécessité absolue dans la réforme et que l'absence de la stabilité fiscale a un impact négatif sur le climat de l'investissement. "La réforme fiscale dans la période à venir sera basée sur deux objectifs : la justice fiscale garantissant la contribution de toutes les parties aux recettes fiscales d'une manière équitable alors que le deuxième est de garantir la stabilité fiscale en vue d'améliorer la visibilité et le climat d'affaires au profit des investisseurs.

A propos de la réforme du système de subventions, Chahed a indiqué que ce système "connait une grande corruption étant donné qu'il ne profite pas aux bénéficiaires ciblés", indiquant que le gouvernement n'a pas l'intention de l'annuler mais de le réformer.

D'après Chahed, le budget de subventions a atteint en 2018, environ 1570 millions de dinars contre 321 MD en 2006. 30% des subventions ne bénéficient pas aux familles défavorisées ou de la classe moyenne, a-t-il dit.

En ce qui concerne les entreprises publiques, le chef du gouvernement a indiqué que le gouvernement "n'a pas l'intention de céder les entreprises publiques". 

"Toutes les informations relayées sur la cession dans le secteur public sont erronées" a-t-il tenu à préciser, faisant remarquer que l'approche du gouvernement est basée sur le diagnostic profond de la situation des entreprises publiques.

"Il y a une différence entre les entreprises publiques opérant dans les secteurs compétitifs et les autres entreprises publiques offrant des services de base au citoyen", a déclaré Chahed, ajoutant que la Poste, les chemins de fer, la santé, l'enseignement, la STEG, la SONEDE et d'autres institutions publiques ne figurent pas parmi les secteurs compétitifs ciblés par la cession.

"Pour certaines entreprises publiques, les financements alloués par l'Etat auraient pu être destinées à la réduction du déficit, à l'appui du budget de développement, à la construction de logements sociaux et à l'impulsion des systèmes de la santé, de l'enseignement, de la formation professionnelle et aux régions intérieures", a-t-il dit.

"Le programme de réforme des entreprises publiques est basé sur une vision cohérente de restructuration qui garantit les droits des employés et en même temps organise les entreprises afin de développer leur rentabilité financière".

Par ailleurs, le chef du gouvernement a indiqué que la cession de certaines entreprises dont l'intervention de l'Etat n'est pas justifiée, pourrait renforcer la finance publique et contribuer au financement des investissements nationaux, de l'infrastructure ou le développement régional. 

Le chef du gouvernement a déclaré, aussi, que "le régime de sécurité sociale en Tunisie est en danger et la situation des caisses sociales est plus que critique", ce qui nécessite, selon lui, des réformes urgentes. Il a souligné que cette situation est due au déficit structurel de la caisse nationale de retraite et de prévoyance sociale (CNRPS) et de la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).

Cela, a-t-il dit, nécessite d'injecter à ces deux caisses 100 millions de dinars par mois pour couvrir ce déficit, soulignant que les pensions de retraite pourraient ne pas être versées à cause de cette situation.

Selon lui, cette crise s'est négativement répercutée sur les prestations fournies par les caisses et sur le système sanitaire, ajoutant que les difficultés que rencontre, actuellement, la pharmacie centrale sont en partie dues au déficit des caisses sociales.