La dernière chance… avant 2019 ! - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Sep.
21
2019

Mémoire du temps présent.. Vers un nouveau « pacte économique » à Carthage

La dernière chance… avant 2019 !

Mercredi 4 Avril 2018
نسخة للطباعة

Par Khaled Guezmir

Qu’est-ce qui peut rationaliser  la classe politique, le réseau syndical  et le champ religieux pour faire comprendre  à tous ces acteurs  de la mobilisation intense  que nous vivons depuis 7 ans, que le pays est à bout de souffle   et que les Tunisiens  sont fatigués par autant  d’irresponsabilités  et tous  ces niveaux de délabrement du pays !

A-t-on idée de paralyser le seul port fonctionnel de la capitale, celui de Radès et créer autant de dommages directes et collatéraux majeurs à l’économie nationale déjà en panne ? Ce port est devenu depuis belle lurette l’exemple type de la mauvaise gestion au niveau de la célérité et du traitement  des marchandises à quai. Certains doigts accusateurs désignent le « monopole » de la STAM comme principal responsable de cette stagnation dans la médiocrité des services,  de la nonchalance et du  « je m’en-foutisme » des agents et cadres.

D’autres se rabattent sur l’institution elle-même du port totalement encombrée et plus que dépassée  par les exigences de la modernisation et de la remise  à niveau. Tout cela arrosé par la bureaucratie  tentaculaire tunisienne certifiée « leader » de par le monde, et vous comprendrez pourquoi ce port bloque et n’arrive  à se mettre à niveau des standards européens et mondiaux.

J’ouvre ce matin ma petite télé, à mon bureau, et je vois à l’autre bout de la Méditerranée-nord, les grèves des transports ferroviaires en France avec ce carnaval « hebdomadaire » des marches syndicales  entre Bastille et République et je dis, oh mon Dieu pourquoi avons-nous été colonisés par la France ! Certes, on a hérité  de la bonne culture  française, humaniste  et fraternelle, mais que de gâchis au niveau des rapports sociaux presque toujours conflictuels. Résultat, nous sommes les deux pays les plus « syndiqués » du monde méditerranéen, avec la palme d’or à la Tunisie (le festival  de Cannes est pour bientôt), puisque nous avons atteint des pics « mondiaux » de plus de 800 grèves et sit-in en 2015 !!

Tout cela au moment où plus de 1000 visiteurs-décideurs de très haut niveau, de la finance mondiale et islamique se réunissent en congrès (le 43ème) de la Banque Islamique, à Tunis, pour donner un message fort aux Tunisiens et au reste du monde sur leur soutien au pays, son relèvement économique et sa croissance. Tout ce beau monde ne désespère pas encore de la Tunisie et n’a pas jeté l’éponge. Ils croient tous dur comme fer que la Tunisie n’est pas morte et que son avenir de relance et de prospérité est devant elle.

Malheureusement,  face à cette ténacité du monde financier mondial sur la viabilité du pays, la classe politique et les syndicats répondent par un comportement irresponsable et insensé qui risque de le mettre à genoux encore plus tout comme son économie chancelante.

Le Président de la République, très préoccupé par ce climat de détresse économique et sociale a pris son courage  à deux mains  pour tenter une sortie définitive  de ce magma  conflictuel irrespirable. Il a convoqué un nouveau « round »  du pacte de Carthage  pour un acte de relance économique avec une nouvelle définition des priorités, en présence des parties concernées spécialement l’UGTT et l’UTICA. Cette « haute commission » réussira-t-elle, là où le gouvernement a calé, à savoir élaborer un vrai nouveau « contrat social » lié spécialement  cette fois-ci à la nécessité de dynamiser le climat de l’investissement et favoriser la relance économique et la croissance pour assurer la paix sociale durable ?!

Beaucoup d’observateurs  sont sceptiques car le rapport de force a trop trainé, pour donner un volume de plus en plus pesant à l’UGTT, avec toutes les conséquences d’un déséquilibre flagrant entre les promoteurs économiques, le gouvernement et les syndicats. Le Secrétaire général de la centrale ouvrière aura-t-il le courage  et la volonté d’apaiser  ses troupes qui ont été habituées depuis 7 ans, à faire la pluie  et le beau temps dans le pays ?! Difficile de répondre, car le leader syndical doit aussi savoir  « arrêter » les grèves comme le disaient Jean Jaurès et son successeur Léon Blum, en France.

La situation est plus que tendue avouons-le… mais,  l’impossible  n’est pas tunisien. Alors, espérons la réussite de cette commission et croisons les mains pour une prière envers Dieu afin que les Tunisiens, tous les Tunisiens, reviennent au bon sen et tournent les pages de la discorde !

Le « pacte économique » de Carthage…Une idée merveilleuse, pourvu que les bonnes volontés se conjuguent pour sauver le pays et son économie, éprouvés au plus haut point par des grèves à répétition qui se comptent par milliers depuis 2011.

Aux Tunisiens d’apprendre aussi, comme J. Jaurès et L.Blum, en France, à stopper les grèves. Tout le monde y gagnera !

K.G