Le mystère persiste autour des circonstances - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 14 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
14
2018

L’ingénieur tunisien libéré au Cameroun, se porte bien

Le mystère persiste autour des circonstances

Vendredi 23 Mars 2018
نسخة للطباعة

L’enlèvement des deux employés tunisiens au Cameroun ne cesse d’alimenter la polémique, surtout que chacun y va de sa version, sans qu’aucun ne cherche à rendre hommage à ces deux martyrs qui sont l’image du sacrifice et de l’abnégation pour hisser haut le drapeau de la Tunisie, malgré les aléas et les dangers qu’ils encourent.

Les versions se sont multipliées concernant les deux otages enlevés au Cameroun et personne n’a rapporté les véritables circonstances de l’enlèvement, de la libération ou de la fuite des deux hommes de leurs ravisseurs, alors que les accusations fusent de partout contre le ministère des Affaires étrangères et de l’entreprise qui les emploie.

Certaines chaînes radio sont allées, même, jusqu’à accuser cette entreprise d’avoir évacué tous ses cadres, pour ne laisser sur-place que deux simples travailleurs qui ont été kidnappés, ce qui est une aberration.

Pourtant, l’otage libéré est un ingénieur, soit un cadre. Cet ingénieur tunisien,MehrezAouadi, libéré lors de l’opération militaire menée par l’armée camerounaise, se porte bien et il sera bientôt de retour après avoir reçu les soins nécessaires, a souligné sa mère, MoniaAouadi, au Kef, dans une déclaration aux médias.

Il a été blessé à la main lors de son enlèvement par un groupe armé, jeudi 15 mars, dans la région ouest du Cameroun.

Elle a indiqué que son fils a été kidnappé par un homme armé à moto avant que les forces camerounaises interviennent pour le libérer.

Les ravisseurs, a ajouté Monia, ont demandé à la société pour laquelle il travaillait une première rançon en échange de Mehrez et de son collège tunisien, qu’elle a dû payer, puis une autre somme, avant de décider de les tuer.

La mère a, par ailleurs, affirmé être en contact permanent avec son fils.

Le ministère des Affaires étrangères avait indiqué, mardi, que l’autre tunisien Khaled Tinsa, originaire de Tebourba, a été tué lors de l’opération militaire menée par l’armée camerounaise pour libérer les deux otages.

Le retour de MehrezAouadi sera assuré dès que son état de santé s’améliore, affirme la même source. Le Tunisien a été hospitalisé à Yaoundé.

Dans un pays en pleine crise, il est nécessaire de ne pas monter les choses en épingle, pour on ne sait quel objectif, et de laisser la famille de défunt faire son deuil et celle de l’otage libéré exprimer sa joie pour le retour de leur enfant rescapé.