Un nul précieux certes, mais les «Sang et Or» méritaient mieux - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 22 Juin 2018

Suivez-nous

Jun.
25
2018

CAF.. Gor Mahia – EST (0-0)

Un nul précieux certes, mais les «Sang et Or» méritaient mieux

Jeudi 8 Mars 2018
نسخة للطباعة

Synopsis

*Stade de Machakos

*Temps printanier !!!

*Pelouse en bien mauvaise état

*Public évalué à 6000 spectateurs

*Arbitrage de M. Ghehad Grisha (Egypte) assisté de MM. Rached Achik (Maroc) et Waleed Ahmed Ali (Soudan)

*Gor Mahia – Espérance ST  0 à 0

*Formation des deux équipes

*Gor Mahia :

Kouaté – Francis – Medica – Adonbo – Kartéré – Kassinguer  (Kahata) – Ondo – Adouba – Haroun – Sashaka – Ondiak (Ontana)

*Espérance ST :

Ben Chérifia – S. Derbali – Rabii – Dhaouadi – Chemmam – Coulibaly – Franck Kom – Badri – Blaïli (Moncer 46’) – Khénissi (Majeri 49’) – Jouini (Besseghaïer 68’)

Un nul blanc ramené du Kenya, il s’agit d’un résultat à mettre à l’actif d’une Espérance ST dont les joueurs ont sorti un match héroïque  au cours duquel ils ont tout donné en dépit d’un jeu à la limite de l’agressivité venant de l’adversaire d’en face avec pour principales victimes Khénissi et Jouini acculés à se faire remplacer en seconde période de jeu.

Ceci dit, les mauvaises conditions atmosphériques de la veille de la rencontre ont  totalement changé le jour du match coïncidant avec un temps printanier. Il n’empêche. Les pluies torrentielles qui se sont abattues quelques heures plus tôt ont rendu la pelouse du stade de Machakos à la limite du praticable. Facteur qui a avantagé des joueurs adverses habitués à ce genre de situation.

Et surprise à l’annonce de la composition de la formation de l’Espérance ST à partir du moment où l’entraîneur Khaled Ben Yahia a opté, d’entrée en jeu, pour un onze à tempérament offensif porté sur quatre défenseurs, quatre demis et deux attaquants Khénissi et Jouini, un 4-4-2 inattendu dans un match qui se joue en terre kenyane. Une tactique qui finira par donner raison au coach « sang et or ».

Penalty indiscutable refusé à Badri 

Une bonne entame de match de la part de l’Espérance de Tunis qui, tout au long d’un bon quart d’heure, a mis une forte pression sur les défenseurs de Gor Mahia sans pour autant se créer de véritables opportunités de scorer. Le temps de permettre aux Kenyans de reprendre leurs esprits et prendre en main le cours du match. Un tir tendu d’Ondo a percuté le poteau droit des buts gardés par Ben Chérifia avant de voir ce dernier sauver deux ballons qui semblaient finir leurs courses au fond de ses filets aux 34ème  et 38ème minutes.

Côté « sang et or », l’occasion la plus sérieuse va s’offrir à Badri à la 42ème minute à Blaïli qui se fait carrément descendre en pleine surface de réparation sans la moindre réaction de l’arbitre Grisha qui fermera les yeux une minute plus tard sur une charge fort irrégulière sur Khénissi à la limite de la surface de réparation des buts de Gor Mahia. Toujours est-il que l’équipe tunisienne s’en est sortie sans encaisser de but.

Des « Sang et Or» totalement retrouvés  

Total changement de décor à la reprise de jeu avec une Espérance ST totalement portée vers l’avant. Et dire que Khaled Ben Yahia a du remplacer à son corps défendant Khénissi qui a payé les frais de la charge évoquée plus haut. Entrée en jeu de Bilel Majeri à la 49ème minute après le premier changement effectué à l’entame de la reprise avec le remplacement de Blaïli par Moncer. Les « Sang et Or » totalement retrouvés vont prendre le jeu à leur compte se créant moult occasions d’ouvrir la marque mais pour se contenter trois corners tirés sans résultat.

Et nouveau remplacement contraignant à l’Espérance, Jouini victime d’une blessure laissera sa place à Besseghaïer qui, d’entrée en jeu sera l’auteur d’une percée qui a failli porter ses fruits sans l’intervention du latéral droit de Gor Mahia qui sauvera en corner. Il a fallu attendre les dernières dix minutes de jeu pour voir réagir les joueurs kenyans. Encore une fois, Ben Chérifia va se mettre en évidence sauvant un ballon qui semblait faire mouche sur un tir appuyé du rentrant Ontana. Ce fut la dernière alerte du match et un nul blanc plus que mérité ramené de Machakos.

Rafik BEN ARFA