Un adversaire nigérian, à prendre au sérieux - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 17 Juillet 2018

Suivez-nous

Jul.
18
2018

ESS – Plateau UFC

Un adversaire nigérian, à prendre au sérieux

Mardi 6 Mars 2018
نسخة للطباعة

Guère plus  de quatre  jours  après  un classique (CSS-ESS) remporté d’ailleurs par  l’Etoile, la bande à Kheireddine Madhoui  retrouve cet après-midi  la compétition  continentale  en  offrant  l’hospitalité, pour le  compte  des seizièmes de finale de la  LC, les  nigérians  du Plateau United FC, une  équipe  inconnue jusque-là à l’échelle   africaine. En effet,  si  les  étoilés  sont  à leur  vingt cinquième  année  de présence  à l’échelle du  continent,  force  est  de reconnaitre  que son  adversaire  ne fait  qu’entamer pour la  première fois de son histoire, l’aventure   africaine. De fait, Plateau United  doit  sa première participation en compétition  africaine  à  son titre de Champion du Nigéria  acquis  en 2017, d’ailleurs  le  palmarès du club  se limite  à ce dernier. Faut-il pour autant  conclure   que le  rapport   de forces  entre  les  deux protagonistes  pencherait du   côté  tunisien (ESS, avec un palmarès éloquent))  au détriment  d’un  adversaire  totalement  novice dans  cette compétition ?  Il ne faut pas  se méprendre. Plateau United   qui occupe actuellement  la pôle-position  dans le championnat local nigérian. 

L’enjeu 

Pour  les  Etoilés, éliminés  lors  de la précédente  édition  en  demi-finale  face au Ahly d’Egypte, il s’agit désormais  de  prendre  une  revanche  sur l’histoire. La manière  avec laquelle l’équipe  sahélienne  fut  poussée à la sortie, laisse  peu  de doute quand  à la place  qu’accorde  toute la  famille  sahélienne à cette  compétition. Viser, pourquoi pas, le podium  devient  l’objectif  majeur   pour  les  étoilés. Il faut  dire que  l’enjeu est  de taille. Mais  avant  d’y parvenir  encore  faut-il  passer  une à une  les  étapes de  ce  parcours  difficile. En effet, la Ligue  des Champions des  Champions est  une épreuve  exigeante  à plus d’un titre  qui nécessite  une  préparation  bien  adaptée. De  tout  cela, le président du club Ridha Charfeddine en est parfaitement  conscient. Dés le lendemain  du match  de Borj el Arab, il a pris  les  choses   en mains (propres) opérant  « une révolution  de palais »  en déposant plus d’un dirigeant, en changeant  tout le staff technique et  surtout  se  séparer  de quelques  éléments  qui étaient  importants dans le  dispositif de l’équipe.

L’ossature est presque la même 

Par rapport à l’équipe  qui a disputé la précédente  édition  de la Ligue des Champions, celle  qui  se présentera  tout à l’heure  pour affronter  les  nigérians  du Plateau United, ne sera pas  foncièrement  différente. En effet,  combien  même quatre  éléments  ont quitté  (provisoirement : Ben Amor ou définitivement : Acosta, Belbouli, Naggez)  le club,  l’ossature  générale de l’équipe  est restée  presque la  même. En effet, Les Maraî, Chermiti, Ben Ouannés, Amri (en attaque), Methnani, Baâyou ( à l’entrejeu), Omrani, Ben fredj (en défense)  sont  venus consolider l’équipe. La particularité du groupe  actuel,  c’est  cette volonté manifeste des dirigeants et du staff technique  de vouloir  rajeunir autant que faire se peut, l’effectif (plus de sept  joueurs sur  un  total  de 25 ont moins de vingt ans). C’est dire  si  diu côté du club de Boujaâfar  on pense déjà  à demain. Mais  demain  c’est  aujourd’hui déjà et l’objectif  premier  cet après-midi  c’est  de remporter  une  victoire  qui puisse concilier  à la  fois  le score et la manière. La manière ? C’est  assurément  pour  confirmer  la dynamique des victoires  au regard des compétitions  continentales. Le score ? C’est  de se  prémunir et prendre  une  avance  avant le  match retour  qui s’annonce  somme  toute  difficile  en terre hostile, le Nigéria.  

Bref, l’Etoile  n’a pas  beaucoup le choix  tout à l’heure face à l’équipe du Plateau United. Le mot  d’ordre ne peut être que  la  victoire  pour espérer  faire  au moins  la moitié du chemin  avant le match retour dans  dix jours à Abuja. La qualification  à la phase des poules  passe inéluctablement  par  le match  de cet  après-midi  sur la pelouse du stade olympique de Sousse. L’obligation de gagner  est  bien  réelle. 

Sadok SLIMANE

Mots-clés: