Ligue 1 (20ème J): L’EST, à quelques encablures du sacre - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 20 Juin 2018

Suivez-nous

Jun.
21
2018

Ligue 1

Ligue 1 (20ème J): L’EST, à quelques encablures du sacre

Dimanche 4 Mars 2018
نسخة للطباعة
• USBG, COM et ESZ ; de mal en pis
Ligue 1 (20ème J): L’EST, à quelques encablures du sacre

Une 20ème journée qui, hormis la nette victoire du Club Africain et celle moins nette de la JS. Kairouan, a vu les cinq autres rencontres se  terminer sur de maigres 1 à 0. C’est qu’à ce stade du championnat, tout est permis pour s’en sortir à bon compte. Il n’empêche. Nous voyons, malgré tout,S plus clair dans le classement en haut comme en bas du classement général.

En effet, les trois points ramenés de Monastir par l’Espérance ST lui permettent de voir venir sans moins de pression la suite de la compétition. L’Etoile et le Club Africain vont se disputer, sauf accident impévu, le deuxième billet menant à la ligue africaine. Bien que vaincus, le CS. Sfaxien et l’US. Monastir restent en course pour  aller en coupe de la Confédération.

La situation est, par contre, beaucoup plus claire dans le bas du tableau où  sauf miracle, l’US. Ben Guerdane, le CO. Mednine et l’ES. Zazis vont faire en sorte d’éviter la relégation automatique en ligue 2.  

 

Et de six pour le CA

Parmi les quatre prétendants aux compétitions africaines inter clubs, l’Espérance ST et l’Etoile SS ont réalisé les meilleures affaires de cette 20ème journée. Les « Sang et Or » en allant prendre le meilleur sur l’US. Monastir dans des conditions exceptionnelles (match arrêté à quatre minutes de son terme) et avec un effectif diminué par plusieurs absences. Le but de l’inévitable Khénissi en fin de première période a suffi aux joueurs de Khaled Ben Yahia de conforter leur avance sur leurs suivants immédiats et un fauteuil de leader qui ne sera pas facile à céder le 9 mai prochain. Et une découverte, celle du jeune Béninois Chamseddine Chaouna dans l’axe de la défense « sang et or », un qui a « crevé l’écran » tout au long de la rencontre. 

L’Etoile SS vainqueur, en déplacement là également, du CS. Sfaxien, ce dernier ayant réalisé la plus mauvaise affaire de la journée parmi les équipes du groupe de tête. Un but marqué en début de seconde mi-temps contre le cours du jeu à la suite d’un mauvais placement de la défense locale a donné trois précieux points à l’Etoile  qui n’attend plus que la venue du Club Africain pour conforter ses chances de terminer à la 2ème place. 

Sauf qu’il faudra bel et bien compter avec cette équipe de Bab Jédid invaincue en six matches, les trois derniers,  depuis sa dernière défaite  de la 14ème journée devant l’AS. Gabès. Et un total de 16 buts parqués dont quatre samedi dernier face à l’ES. Zarzis contre trois concédés. 

 

Intrigante équipe de la JSK

Bien plus bas dans le classement général, les jeux sont déjà faits ou presque. En effet, il ne restera plus qu’à connaître les deux équipes appelées à gagner automatiquement la ligue 2 et celle devant jouer les barrages soit pour le maintien soit pour la descende en division inférieure.

L’US. Ben Guerdane, le CO. Mednine et l’ES. Zarzis sont les trois équipes visées par cette descente aux enfers après leurs faux pas contre respectivement la JS. Kairouannaise, le Stade Tunisien et le Club Africain en déplacement faut-il le signaler. Une situation qui risque de perdurer dans la mesure où nous les voyons pas en mesure de remonter les sept et huit points qui les séparent du CA. Bizertin et du Stade Gabésien.

Les Cabistes qui ont vu leur capital points diminué de six points ont perdu leur match contre ces mêmes Gabésiens du Stade dans le temps de récupération grâce à un penalty réussi par Amine Nefzi. Et bouffée d’oxygène  pour l’ES. Métlaoui et son nouvel entraîneur Afouane Gharbi vainqueurs de l’autre équipe gabésienne, la « Zliza ». Terminons avec les Stadistes du Bardo qui grâce à un joli tir d’Akrémi gangnent deux places au classement général. Et avec cette intrigante équipe de la JS. Kairouan qui ne gagne qu’après  avoir observé une grève de quelques jours.

Rafik BEN ARFA

Mots-clés: