Le réalisme étoilé a prévalu - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 16 Décembre 2018

Suivez-nous

Dec.
16
2018

CSS - ESS (0-1)

Le réalisme étoilé a prévalu

Vendredi 2 Mars 2018
نسخة للطباعة

Synopsis :

Stade Taïeb Mhiri de Sfax.

Temps printanier. 

Pelouse en bon état.

Assistance estimée à 7500 spectateurs 

(Abonnés uniquement). 

Arbitrage de Youssef Sraïri.

Joueurs avertis: Aouadhi, côté sfaxien

Bangoura Chermiti, Methnani Ben Fredj, côté étoilé

But de: Jmal (55’) pour l’ESS

Formation des équipes:

CSS: Jridi, Methlouthi, Zouaghi, Hnid, Meriah, Aouadhi, Hedhli (Karoui), Hanachi, Ben Al (Hamdouni), Ndoye (Eduwo), Marzouki

ESS: Krir, Bedoui, Ghazi (Ben Fradj), Brigui, Jmal, Trabelsi,Lahmar, Methnani,Msakni, Bangoura (Al Amri), Chermiti (Maraï)

Le clasico contre l’ Etoile du Sahel est venu dans la foulée du match des huitièmes de finale de la coupe face à lUS Monastir est venu constituer un deuxième examen sérieux pour Ghazi Ghraïri depuis qu’il a succédé il y a une dizaine de jours à son prédécesseur, Lassâd Dridi. Un examen que l’ensemble sfaxien qui restait sur une série de contre performances qui lui a fait perdre de précieux points, il n’en a récolté que six  sur 18 possibles lors de six dernières journées, se devait d  ( réussir en  renouant avec la victoire afin de préserver ainsi ses chances de terminer la saison à la deuxième place au classement général qui lui donne le droit de disputer la prochaine édition de la Ligue des Champions. C’est aussi le mot d’ordre pour l’Etoile du Sahel qui ambitionne le même objectif. Le match dont on soulignera jamais assez qu’elle se sont déroulés dans le cadre du respect total de l’éthique sportive, s’est achevé sur une victoire de l’ Etoile plus disciplinée tactiquement et mieux appliquée au niveau de l’organisation défensive. Quant au CSS il continue de broyer du noir puisqu’il en est à son 7ème matches de suite en championnat sans la moindre victoire..

Une terne première mi-temps

Partant de l’importance de l’enjeu, les débats ont été abordés avec prudence par les deux protagonistes et c’est pour cette raison qu’il nous a fallu attendre la 10ème minute pour voir se dessiner la première sérieuse occasion de but au profit du CSS consécutif à un corner qui fut repris légèrement à côté par Aouadhi. Mais alors que s’attendait à ce que cette chaude alerte devant la cage de Krir  allait libérer les deux équipes c›est tout le contraire qui se produisit puisque le jeu fut dominé par les considérations d›ordre tactique avec cependant quelaques actions sporadiques de part et d’autre dont notamment celle qui s’offrit à Ndoye qui reprit de la tête eu dessus de le transversale un limpide centrage de Ben Ali (30’)  et celle qui se présenta à l’ Etoile du Sahel à la 38» lorsque suite à une mauvaise remise de Meriah, Bangoura réussit à s’emparer du ballon et de percer sur le couloir droit où il se déjoua de Hedhli avant d’effectuer une remise latérale repoussée in extremis par Hnid devant Chermiti, sauvant ainsi un but tout fait.

Les changements tadifs de Ghraïri

Durant cette première mi-temps, l’Etoile a misé sur le renforcement de sa défense procédant une fois en possession de la balle par des contres rapides axés principalement sur la pair Bangoura-Chermiti. Face à ce dispositif le CSS n’a pas été suffisamment performant sur le plan de la relance et de l’animation offensive à cause du faible rendement de Hanachi et surtout Hedhli et qui a multiplié les passes à l’adversaire et qu’il fallait le replacer à l’entame de la  seconde période ce qui n’a pas été fait malgré le d'but en force de l’ESS qui, suite à une mauvaise remise du même Hedhli, a failli ouvrir la marque à la 52’ par chermiti qui se présenta seul devant jridi mais celui-ci parvint à repousser la balle du  pied à une mauvaise remise du même hedhli. Mais ce n’était que partie remise pour l’Etoile qui allait marquer le but de la victoire par Jmal avec la contribution de Meriah qui détourna le ballon dans ses propres filets (55’).Et c e n’est qu’après avoir encaissé le but que les changement nécessaires ont été opérés par Ghraïri qui a fait entrer Hamdouni qui donna plus de relief au jeu sfaxien. Maiset en dépit de ses essais désordonnés pour la plupart il faudrait le souligner, le score demeura inchangé, la défense étoilée ayant réussi à tenir bon jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre Youssef Sraïri.

 Ameur KERKENNI