« I plastri della terra », un message de paix de Mimmo Palmizi - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 16 Décembre 2018

Suivez-nous

Dec.
17
2018

Echange culturel entre l’Association Art Attitude de Hammamet et le Centre de Formation aux Métiers d’Art de Nabeul

« I plastri della terra », un message de paix de Mimmo Palmizi

Mardi 27 Février 2018
نسخة للطباعة

Le Centre de Formation aux Métiers d’Art de Nabeul, a abrité le jeudi 22 février, la clôture du workshop qui a eu lieu en mai 2017, dans le cadre des journées méditerranéennes des arts visuels de Hammamet. Il s’agit du projet « i plastri della terra », (les colonnes de la terre), de l’artiste italien, Mimmo Palmizi, en collaboration avec les formateurs du Centre, (Saida Dridi, Issam Karray, Samira Cherni et Zied Turki), et dont la réalisation a été confiée aux élèves du Centre.

Selon Ali Batrouni, président de l’association Art Attitude, il y a une continuité de l’action, dans la mesure où le dit projet a perduré,  et le Centre de formation aux métiers d’art de Nabeul a réussi à en assurer le suivi,  en invitant Mimmo Palmizi,  à honorer de sa présence, la clôture du workshop qui a drainé en ce jour glacial, tous les participants, à leur tête, le directeur du Centre, Mohamed Belaid.

Les colonnes de la terre, ont été créées avec des briques à construire comme support à une œuvre d’art, pour mettre en valeur le livre et son rôle dans la société. Comment sauvegarder l’œuvre pour plus tard ? L’une des colonnes, nous précise-t-on, sera installée dans une place publique de la région ; l’autre restera au Centre pour symboliser ainsi le fruit d’un travail collectif entre différents partenaires. 

« Bahrouna » ou « Mare Nostrum »

Maitrise en architecture, l’artiste Mimmo Palmizi possède un riche C.V. dont la restauration du  Théâtre de Marsala en Italie, en collaboration avec Filippo Pansecra. Il a participé à des expositions collectives à Milan, Bologne, Helsinki, Paris et New York, pour ne citer que ces villes.

Avec la naissance en 2007 du projet «  Oversize »,   l’architecte   tend à « sur dimentionner »  les proportions d’un objet commun, pour le rendre  étrange et en même temps,  nouveau. L’objet sort du périmètre prévisible pour acquérir force, pouvoir et visibilité. En 2011, il participe au festival d’arts plastiques de Maharès  et   en 2017,  aux journées méditerranéennes d’arts visuels,  avec l’œuvre « Bahrouna », (Mare Nostrum) ; une très belle sculpture de  quatre mètres cinquante,  qui a été installée sur la Scala de Nabeul. Un espace devenu désormais cher à Mimmo,  qu’il revisite à chaque fois quand il est de passage dans la région.

Ouverture sur le monde extérieur

Selon, Mohamed Belaid, le projet ne pourrait que valoriser davantage le Centre et lui permettre ainsi de s’ouvrir sur le monde extérieur.

Classé le premier des arts du feu en Afrique,  le Centre sectoriel des métiers d’art de Nabeul offre  quatre filières : (céramique, verre, ferronnerie d’art, fonderie), assurées par une trentaine de formateurs des plus compétents dans le pays, chargés  d’une centaine d’élèves dans quinze spécialités.

Ceux-ci dispensent d’une formation de deux ans gratuite, sanctionnée par un diplôme, tout en bénéficiant de l’hébergement et de la restauration et d’une bourse pour les plus nécessiteux.

L’école a été créée en 1999 suite à un projet financé par l’Agence Française de développement. Des perspectives de coopération avec la Belgique dans le cadre de jumelage entre la ville de Nabeul et la province de Hainaut et avec la France, dans le cadre du partenariat, Nabeul- limoges, dans le domaine de la céramique.

Outre la formation, précise le directeur, il y a un espace « Tremplin » pour accompagner l’apprenant à créer son propre projet et lui inculquer la culture d’initiative.

Sayda BEN ZINEB