Terrains en matière synthétique: Y a-t-il un danger ? - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 16 Décembre 2018

Suivez-nous

Dec.
16
2018

Terrains

Terrains en matière synthétique: Y a-t-il un danger ?

Dimanche 25 Février 2018
نسخة للطباعة
Terrains en matière synthétique: Y a-t-il un danger ?

Comme chaque jeudi, la chaîne France 2 aborde, par le biais de sa rubrique « Envoyé spécial », des enquêtes touchant différents  sujets inhérents à moult événements vécus dans le monde des affaires, de la culture, de la politique, de la médecine, du sport…

Parmi les sujets traités jeudi dernier, pendant plus de soixante minutes, figurait un long reportage sur les terrains en matière synthétique utilisés en football un peu partout à travers le monde. Une enquête menée par les envoyés spéciaux de la chaîne aux USA et en France. Pourquoi aux USA ? Pour une raison bien simple : ladite matière a été expérimentée dans le pays de l’oncle Sam avant de couvrir le monde du football mondial.

Substances cancéreuses: difficile d’y croire

Restons aux USA pour ajouter que le nombre de  footballeurs mais surtout les plus jeunes d’entre eux admis dans les hôpitaux n’a fait qu’augmenter aux lendemains de plusieurs rencontres sur de semblables surfaces. Facteur qui a entraîné le recours à des analyses approfondies sur des prélèvements en forme de billes et de boules de gomme effectués sur les semelles des chaussures et les cheveux des joueurs à la fin des quelques rencontres.

Analyses qui ont abouti à la présence  de substances toxiques contenues dans les matières à partir desquelles  ont été été conçues lesdites surfaces à savoir l’utilisation des vieux pneus de voitures.  De là à évoquer de graves maladies dont le cancer, un pas que certains n’ont pas manqué de ne pas le taire.

Toujours est-il que Lilian Thuram l’ex-international de l’équipe de France, présent sur le plateau de France 2, a tenu à calmer le jeu non sans omettre de conseiller aux joueurs et notamment les plus jeunes d’entre eux de bien se laver après chaque entraînement ou de chaque rencontre.

Rafik BEN ARFA

Mots-clés: