Selon le ministre de la Santé: Accord avec les jeunes médecins - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 16 Décembre 2018

Suivez-nous

Dec.
16
2018

Jeunes médecins

Selon le ministre de la Santé: Accord avec les jeunes médecins

Dimanche 25 Février 2018
نسخة للطباعة
Selon le ministre de la Santé: Accord avec les jeunes médecins

Le ministre de la Santé, Imed Hammami a annoncé, hier, qu’un accord a été trouvé avec les jeunes médecins, estimant que la grève des internes et résidents sera levée au début de la semaine prochaine. 

En réponse à une question posée par la députée Hajer Ben Cheikh Ahmed lors d’une séance plénière à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), le ministre a indiqué qu’un accord a été conclu avec les jeunes médecins sur les différentes questions.

Il a cité notamment le statut de base des médecins internes et résidents, les salaires des médecins étrangers, les conditions d’exemption du service militaire, précisant que les différents points seront inscrits dans le procès verbal qui sera par la suite présenté aux affiliés de l’organisation. 

Il a, par ailleurs, fait remarquer que tout travail non effectué ne sera pas rémunéra conformément à ce que prévoit la loi, ajoutant que les stages des étudiants externes sont menacées, ce qui peut porter atteinte à l’efficacité de la formation. 

Le ministre a déclaré que son département est résolu à honorer ses engagements, précisant que le statut de base sera publié en mars prochain.

Et d’ajouter que 500 postes de travail seront crées en faveur des médecins résidents, annonçant la création de quatre commissions chargées de la réforme du système sanitaire dans les facultés de médecine de Tunis, Sfax, Sousse et Monastir.

«Les jeunes médecins seront représentés dans ces commissions», a-t-il indiqué. 

Il a, par ailleurs, fait savoir que tous les établissements sanitaires ainsi que les institutions académiques en formation sanitaire seront accrédités à l’horizon 2023. 

Depuis le 6 février dernier, les affiliés de l’Organisation des Jeunes médecins observent une grève générale en signe de protestation contre le non respect de leurs revendications.

Mots-clés: