Des parlementaires le pointent du doigt: Suspicion de mauvaise gestion et de corruption à l’INS - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 16 Décembre 2018

Suivez-nous

Dec.
17
2018

Des parlementaires

Des parlementaires le pointent du doigt: Suspicion de mauvaise gestion et de corruption à l’INS

Dimanche 25 Février 2018
نسخة للطباعة
Des parlementaires le pointent du doigt: Suspicion de mauvaise gestion et de corruption à l’INS

Des parlementaires de l’ARP ont pointé, hier, lors d’une séance d’audition des ministres du Commerce et de la Coopération internationale, des disfonctionnements de gestion des finances et «des soupçons de corruptions» au sein de l’Institut National de la Statistique (INS), structure d’une importance majeure, d’après eux, dans la mesure où elle approvisionne d’autres organismes nationaux de données statistiques et aussi contribue à la mise en place de stratégies dans tous les secteurs.

Le député Haykel Belgacem a indiqué que des agents de représentations régionales de l’INS ont contacté l’ARP concernant des dépassements et des soupçons de corruption planent autour d’un concours interne sur dossiers en 2016, auquel 517 agents ont été candidats sur un total de 1000 agents et cadres de l’institut.

Selon Belgacem, les agents de l’INS qui ont contacté le parlement ont évoqué l’absence de transparence, de neutralité et d’objectivité dans les critères sur la base desquels ont été choisis les candidats, faisant état de «menaces à l’encontre de ces lanceurs d’alertes».

Le député a aussi évoqué, en se référant au dernier rapport de la Cour des Comptes, des soupçons de corruption concernant les critères d’octroi des missions à l’étranger et l’absence d’évaluation de ces missions pour l’amélioration de l’activité de l’Institut.

En réponse à l’intervention du député, Zied Laâdhari, ministre du Développement, de l’investissement et de la coopération internationale, a indiqué que le concours évoqué s’est déroulé sous le contrôle d’une commission regroupant «des compétences et des experts de grand calibre» et que cette commission a défini des critères précis pour la sélection des candidats et pris en considération des propositions du Syndicat de base de l»INS (placé sous la tutelle du Ministère du Développement et de la Coopération).

Il a tenu à préciser que l’administration de l’INS et le ministère n’interviennent pas dans les critères adoptés dans ce concours. 

Sur un autre plan, Laâdhari a demandé des preuves concernant les menaces à l’encontre des agents «lanceurs d’alerte», relevant que «les mesures nécessaires seront prises à ce sujet».

«Notre département prend au sérieux tous les soupçons de corruption et nous allons lancer les enquêtes nécessaires concernant l’égalité des chances et la justice entre les agents de l’Institut», a conclu le ministre.