Papas en Tunisie: pour plus d’implication et d’éducation positive - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 14 Juin 2018

Suivez-nous

Jun.
19
2018

Famille et enfance

Papas en Tunisie: pour plus d’implication et d’éducation positive

Mardi 20 Février 2018
نسخة للطباعة

Parce que les papas sont sacrés et qu’ils représentent l’un des piliers essentiels de la famille, une initiative collective a été lancée par le ministère de la Femme et l’UNICEF en partenariat avec les ambassades de Finlande et de Suède. Intitulée «Papas en Tunisie», elle vise à mettre en valeur la paternité positive et à encourager les pères et à s’impliquer plus dans l’éducation de leurs enfants et à mieux contribuer à leur épanouissement.

L’initiative «Papas en Tunisie» s’inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale multisectorielle de développement de la petite enfance qui vise à valoriser et appuyer le rôle des parents dans l’émergence d’une nouvelle génération mieux équilibrée et épanouie. Cette initiative mise principalement sur la parentalité positive et à instaurer une culture familiale basée sur un partage équitable et égalitaire des rôles entre les parents. 

Elle inclut des actions et des campagnes de sensibilisation à travers tout le pays. Et parce qu’une photo vaut parfois mille mots pour véhiculer un message, un concours a été organisé et les pères de Tunisie ont été invités à se prendre en photo avec leurs enfants pour valoriser les liens privilégiés qui les unissent. 

Plus de 600 clichés ont été soumis mais seuls trois gagnants ont été primés, selon les votes d’internautes sur les réseaux sociaux. D’autres photos ont été prises dans les régions par un photographe professionnel dans des hôpitaux, des centres de soins ou encore dans des établissements scolaires, immortalisant sur papier glacé des moments de tendresse et de complicité entre des pères et leurs enfants. 

Par ailleurs, un concours dessin a également été lancé dans les structures de l’enfance pour recueillir la perception des enfants d’un père idéal. Un exercice intéressant pour un rendu très émouvant qui regorge d’innocence et d’amour et qui témoigne de la place privilégiée du père dans la vie de son enfant.

Le reflet de sa société

Les enfants sont l’avenir du pays mais aussi le reflet de sa société. Accorder une grande importance à leur bien-être physique et mental et ce, dès leurs premiers jours, est donc primordial. Malheureusement, les chiffres concernant la petite enfance ne sont pas rassurants en Tunisie, malgré des efforts colossaux assure-t-on du côté du ministère. 

Selon les récentes statistiques, 14% des enfants en bas âge souffrent de surcharge pondérale et 28,3% d’anémie ferriprive. Par ailleurs, 33% des signalements d’abus et de négligence concernent des enfants âgés de 0 à 5 ans. Dans ce même contexte, la violence à l’encontre des enfants demeure une pratique courante et tolérée voire même parfois encouragée. 

Ainsi, 93% des enfants âgés de 2 à 14 ans ont été soumis au moins une fois dans leur vie à une forme voire plus de punition psychologique ou physiques par leurs parents. Pire encore, environ 32% des enfants ont été soumis à de sévères punitions physiques. Mais ce qui est le plus révoltant dans ces statistiques, c’est que 43,6% des parents en charge des enfants pensent que les punitions physiques contribuent à la bonne éducation des enfants. Peuvent-ils comprendre que ces agissements sont de la maltraitance punie par la loi ? Assurément non !

De nombreux problèmes

Si elle semble en apparence soudée, aimante et solidaire, la famille tunisienne couve bien souvent de nombreux problèmes dus principalement au vécu des parents et aux valeurs qu’ils portent, mais aussi aux difficultés économiques au quotidien. En témoignent les chiffres de divorce mais aussi de violence au sein des foyers. 

Bien souvent et selon des statistiques avérées, le père est à l’origine des actes de violence infligés aux autres membres. C’est ce qu’affirme Nizar Fares, expert de la petite enfance et coordinateur général du réseau Amen Tunisie, ayant collaboré à la mise en place de la Stratégie nationale de développement de la petite enfance. Il déclare à ce propos: « Selon les chiffres inquiétants qui nous ont été transmis par les délégués de protection de l’enfance, la violence est très présente au sein des familles et les pères sont tout particulièrement impliqués.

Il faut donc repenser pourquoi il y a-t-il autant de violence parentale ? Parmi les causes évoquées, le manque d’initiation du couple à la parentalité. Aussitôt mariés, ils sont très souvent aussitôt confrontés à la paternité ou la maternité dont ils ignorent tout jusque là. L’enfant réveille en eux plusieurs systèmes dont celui de l’attachement qui peut provoquer un certain déséquilibre. C’est une transition qui ne se fait pas en douceur et surtout sans les codes pour bien la maîtriser c’est ce qui explique certains dérapages. 

Aujourd’hui, parler d’éducation ou de paternité positive n’a aucun sens, si nous n’apprenons pas aux jeunes à devenir parents et à fonder une famille. La préparation à la parentalité et l’éducation familiale est indispensable et cette initiation doit débuter dès l’adolescence». Il ajoute: «Il faut parer à toute forme de maltraitance au sein des familles et pas seulement à celles d’ordre physique. 

La négligence aussi est une forme de maltraitance d’où l’importance pour les parents de mieux être à l’écoute des besoins affectifs et psychologiques de leurs enfants et d’accorder plus d’importance à leur santé et leur éducation».

Toutefois et malgré des chiffres actuels qui ne rassurent pas vraiment, il est possible d’espérer une amélioration de la situation à moyen et long terme surtout avec l’émergence d’une nouvelle génération de jeunes parents et notamment de papas plus proches de leurs enfants et plus impliqués dans leur éducation, même si, selon les experts, des disparités régionales persisteront toujours. Mais la présence à elle seule n’est pas suffisante car pour Lila Pieters, représentante de l’UNICEF en Tunisie, s’occuper d’un enfant ne signifie pas regarder la télévision avec lui, mais, plutôt, jouer et interagir avec lui, lui apprendre des choses et avoir la patience de prendre soin de lui au quotidien. 

Rym BENAROUS