Corruption et menaces contre la liberté d’expression en hausse - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 20 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
21
2018

Baromètre politique d’EMRHOD Consulting pour le compte de Dar Assabah (Février 2018)

Corruption et menaces contre la liberté d’expression en hausse

Jeudi 15 Février 2018
نسخة للطباعة
64,2% des personnes interrogées pensent que la corruption est en train d’évoluer Youssef Chahed reste en tête des intentions de vote pour la présidentielle avec 11,4%, alors que Béji Caïd Essebsi remonte la pente

Le cabinet de sondage EMRHOD Consulting a réalisé une nouvelle enquête intitulée «Le Baromètre politique d’Emrhod Consulting/ février 2018» exclusivement pour le compte du groupe de presse Dar Assabah.

Cette enquête est le fruit d’un accord de partenariat conclu entre EMRHOD Consulting, qui est un membre des prestigieux réseaux de  cabinets  d’étude de marché ESOMAR et WiN, et notre groupe.

Pour cette nouvelle vague, EMRHOD a interrogé 987  personnes, par téléphone dans les 24 gouvernorats (zones urbaines et rurales).

La marge d’erreur est de +/- 3%

 

Voici les résultats détaillés de l’enquête  réalisée entre le 6 et le 8 février auprès d’un échantillon représentatif de la population Tunisienne en âge de voter (18 ans et plus) :

 

 

Evaluation du travail du président de la République

Question: Comment jugez vous le travail du Président de la République, vous êtes très satisfait, plutôt satisfait, plutôt insatisfait ou pas du tout satisfait ?

Entre le 6 et le 8 février, 32,7% des personnes sondées se sont déclarées satisfaites ou plutôt satisfaites du travail président de la République contre 31,5% en janvier, 32% en novembre, 36% en septembre et 39,5% en juillet.

Le président de la République  gagne ainsi 1,2 point par rapport au mois de janvier dernier. Selon les observateurs, cette  hausse s’expliquerait par l’intense activité de Béji Caïd Essebsi ces dernières semaines ainsi que par ses talents de pacificateur et d’habile négociateur. Après avoir reçu le président français Emmanuel Macron, le locataire du Palais de Carthage a notamment reçu l’imam de la Grande Mosquée de la Mecque et les membres du Bureau exécutif du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) auxquels il a réitéré son engagement à protéger la liberté d’expression. Le président de la République a également reçu le penseur et l’islamologue Youssef Seddik, qui a été la cible d'une campagne de dénigrement en raison de ses déclarations aux médias à propos de la Codification du Saint Coran. M. Caïd Essebsi a dénoncé, à cette occasion, les accusations d'apostasie ciblant Youssef Seddik, insistant sur le droit à la différence d'opinion, à la liberté de pensée et à l'effort de réflexion.

 

Evaluation du travail du Chef du gouvernement

Question: Comment jugez vous le travail du chef du Gouvernement, vous êtes très satisfait, plutôt satisfait, plutôt insatisfait ou pas du tout satisfait ?

48,3% des sondés se déclarent très satisfaits ou satisfaits du travail de Youssef Chahed en février 2018 contre  48,6%  en janvier dernier, 49,4% en novembre 2017, 48,2% en septembre, 54,4%  en juin. Le Chef du gouvernement perd ainsi 0,3 point comparativement au mois de janvier. Le quadragénaire continue toujours de récolter les dividendes de  la guerre contre la corruption qu’il a lancée fin mai 2017. Il subit encore cependant les effets néfastes de la mauvaise conjoncture économique, de la hausse des prix de plusieurs produits de consommation et des retenues sur les salaires prévues dans la loi des finances 2018. 

 

Popularité des leaders et des partis politiques

Question 1: Selon vous, si les élections présidentielles se tiendraient demain, pour qui voteriez vous (en spontané) ?

Le Chef du gouvernement Youssef Youssef Chahed reste en tête des intentions de vote pour la présidentielle, avec 11,4% en ce mois de févier 2018 contre 12,2% en janvier 2018, 12,8% en novembre 2017, 10,40% en septembre et 7,7% en juillet. M. Chahed continue à surfer sur la vague de la campagne anti-corruption qui a touché récemment la Banque centrale de Tunisie (BCT) et plusieurs ministères, dont ceux des domaines de l’Etat et de la Santé publique.

En deuxième position, le président de la République Béji Caïd Essebsi remonte un peu la pente en récoltant 7,6% des intentions de vote contre 6,2% en janvier dernier, 8,1% en novembre  2017 et 11% en septembre. Le Chef de l’Etat se place toujours devant son rival au deuxième tour de la présidentielle de 2014, Moncef Marzouki qui récolte 5,4% des intentions de vote en ce mois de février contre 5,6% janvier  et7% en novembre dernier.

Avec 4,2% des intentions de vote, Safi Saïd occupe la quatrième place, devant Samia Abbou  et Hamma Hammami qui arrivent ex-æquo  avec 4,1% des intentions de vote. Viennent ensuite Mohamed Abbou (3,6%), Rached Ghannouchi (2%), Mehdi Jomâa (1,8%) Mohsen Marzouk (1,8%), Néji Jalloul (1,6%) et Slim Riahi (1%).

 

Question 2: Pour quel parti politique voteriez-vous si des élections se tiendraient demain ?

Non réalisé en raison de l’entrée du pays en période électorale, les élections municipales étant prévues pour le 6 mai prochain. Durant la période de pré-campagne électorale qui s’étend du 13 février au 13 avril, il est en effet interdit de distribuer des documents, de diffuser des slogans ou des discours liés à la propagande électorale ou au référendum, et ce, quelle que soit sa forme ou sa nature.

 

Indice de la menace terroriste

Question : A votre avis, la menace du terrorisme en Tunisie est très élevée, élevée, faible ou très faible ?

Le pourcentage cumulé des personnes qui trouvent la menace terroriste très élevée ou élevée s’est établi à 17,9% en ce mois de février 2018 contre 22,6% en janvier, 29,2%  en novembre 2017 et 21% en septembre. La baisse de l’indice  de la menace terroriste s’explique par les récentes arrestations de plusieurs terroristes et le démantèlement de nombreuses cellules de soutien logistique aux groupes terroristes dans diverses régions du pays.

 

Indice de l’espoir économique

Question : Vous pensez que la situation économique du pays est en train de s’améliorer ou de se dégrader ?

En ce mois de février 2018, 27,6% des personnes sondées estiment que la situation économique du pays est en train de s’améliorer contre 22,2%  en janvier, 24,4% novembre  et en septembre et 26,5% en juillet.

64% des personnes interrogées pensent que la situation économique du pays est en train de se dégrader en ce mois février contre 66,3% en janvier dernier, 65,7% en novembre,  64% en septembre et 63% en juillet. Cela s’explique essentiellement par les signes de reprise économiques enregistrés dans certains secteurs d’activité économique, dont le tourisme.

 

Indice de la liberté d’expression

Question: L’un des grands acquis de la révolution est la liberté d’expression. Pensez-vous, que cette liberté d’expression est aujourd’hui fortement menacée, relativement menacée ou n’est pas menacée ?

39% des sondés trouvent que la liberté d’expression est menacée en ce mois de février 2018 contre 37,1%  en janvier dernier, 47,8%  en novembre dernier, 38,8% en septembre, 33,8% en juillet et 37,7% en mai. Des cadres et des agents du ministère de l’Intérieur ont adressé récemment des menaces et commis des actes d’intimidation contre les journalistes, ce qui a poussé le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) à décréter une journée de colère dans le secteur. Le mouvement Ennahdha a également menacé récemment de traduire en justice les entreprises médiatiques et les personnes qui s’inscrivent contre des campagnes de dénigrement contre le parti. Ces menaces ont été considérées par le SNJT et Reporters Sans Frontières comme une tentative de musellement de la presse.

 

Indice de la perception de la corruption

Question: Vous pensez que le phénomène de la corruption est en train d’évoluer, de régresser ou de se stabiliser ?

64,2% des personnes interrogées pensent que la corruption est en train d’évoluer en ce mois de février 2018 contre 59,7% en janvier dernier, 63,3%  en novembre et 62,3% en septembre.  Il s’agit du plus haut taux enregistré depuis septembre 2017. La hausse s’expliquerait par la multiplication des scandales de corruption impliquant des hauts responsables ainsi que par l'inclusion de la Tunisie dans la liste noire de l'UE des pays tiers susceptibles d'être fortement exposés au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme.

9,5% des sondés estiment dans ce même chapitre que la corruption est en train de régresser en ce mois de  février contre 16,3 % en janvier, 11,1% en novembre et 16% en septembre.

 

Optimisme & pessimisme des Tunisiens

Question: Etes vous plutôt optimiste ou pessimiste pour les prochains jours?

57% des personnes interrogées se déclarent optimistes pour les prochains jours en ce mois de février 2018 contre 53,2%  en janvier, 56,8% en novembre, 56,4% en septembre et 79,4% en juillet. La hausse du  taux d’optimisme s’expliquerait principalement par la stabilisation des prix des produits de consommation courante après une flambée au cours des derniers mois et les signes de reprise économique.

36,4% des sondés se disent pessimistes pour les prochains jours entre le 6 et le 8 février 2018 contre 39,8% en janvier dernier, 39,3% en novembre 29,9% en septembre, 15,8%  en juillet et 29,7% en mai.

 Compte rendu de Walid KHEFIFI