Débordements irréfléchis, voire injustifiés des supporters ! - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 17 Août 2018

Suivez-nous

Aug.
18
2018

EST: Première séance d’entraînement de Khaled Ben Yahia

Débordements irréfléchis, voire injustifiés des supporters !

Jeudi 8 Février 2018
نسخة للطباعة

 Ce qui s’est passé  hier après-midi au stade Chédly Zouiten n’est pas à la mesure de l’envergure de l’Espérance ST, une équipe qui s’apprête à fêter dans moins d’une année son centenaire. Ce fut à l’occasion de la première séance d’entraînement de l’équipe professionnelle sous la conduite de son nouvel (ancien) entraîneur Khaled Ben Yahia.

Une absence énigmatique :  Où sont passés les responsables ?

14h00 tapantes : coup d’envoi de la séance ou plutôt de la remise en condition des joueurs sous l’œil de son nouveau timonier aux côtés duquel se trouvaient Moïne Chaabani, l’entraîneur des gardoins de but et le médecin de l’équipe. Mais sans la présence du moindre responsable et notamment de ceux qui avaient l’habitude d’assister à chaque séance d’entraînement. Riadh Bannour a certes fait acte de présence mais pour s’éclipser trois minutes après. Des absences intrigantes et qui suscitent moult interrogations.

Entretemps, les supporters ont commencé par prendre place sur les gradins, ils étaient une centaine arborant une longue banderole sur laquelle on pouvait lire en noir sur blanc : « Nous sommes les vrais joueurs…vous êtes les faux », allusion à leurs joueurs. Ceci outre des vertes et des pas mûres à leur intention.

Envahissement de la pelouse puis… retour au calme

Les choses ne vont pas s’arrêter à ce stade dans la mesure où ces supporters ou supposés tels vont sauter le grillage pour aller s’en prendre verbalement, faut-il le préciser, aux joueurs qui ont vite fait de prendre place sur les bancs des remplaçants se limitant à laisser faire sans la moindre réaction.

Pas moins de vingt minutes de propos désobligeants à leur envers avant que par miracle, le langage a totalement pris une autre tournure. Le calme après la tempête en quelque sorte : scandant tout haut que « l’Espérance est et restera la meilleure du pays et dans le monde, nous sommes prêts à tous les sacrifices pour elle » A un supporter à qui j’ai demandé le pourquoi de ce changement de discours après ce qui s’est passé quelques minutes plus tôt, réponse : « nous avions un message à passer à nos joueurs, c’est à présent chose faite ». Et comme par enchantement, ces mêmes supporters ont vite fait de regagner les gradins qu’ils occupaient auparavant permettant au staff technique de conduire sans problème la séance d’entraînement. Et rien que des encouragements jusqu’à la fin de la séance.

Où sont passés, entretemps, les agents de la sécurité ? me diriez-vous. Pas moins de dix fourgonnettes de la police nationale avaient, en effet, pris place derrière le stade évitant toute intervention et tout contact avec les supporters. Bien vu du moins jusqu’à la fin de la séance d’entraînement.

 

Khaled Ben Yahia :

« Je suis plus que conscient de la mauvaise passe que traverse l’équipe »

Retrouvailles de Khaled Ben Yahia avec l’Espérance ST, il a dirigé, hier en début d’après-midi, sa première séance d’entraînement de l’équipe professionnelle sur la pelouse du stade Chédly Zouiten. Des retrouvailles venues trois années après l’avoir quittée pour laisser sa place à un certain Do Moraïes. A titre de rappel, Khaled Ben Yahia a déjà pris en main l’équipe de Ban Souika au cours de la saison 1996 – 1997 avec pour bilan la coupe de Tunisie et 2006-2007 avec à l’arrivée un doublé : championnat et coupe de Tunisie.

Trois rendez-vous décisifs

    Le choix porté sur cet enfant du club l’a été dans la mesure où on était plus que convaincu que ce sera l’homme de la situation pour remettre l’équipe à flot à la veille des trois importants rendez-vous qui attendent l’Espérance ST dans les deux prochaines semaines : la double confrontation en ligue africaine des clubs champions contre les Mauritaniens de l’Asac Concorde, le classique de jeudi prochain devant l’Etoile SS et le derby de la capitale quelques jours après.

    Un véritable défi pour Hamdi Meddeb qui a misé, de nouveau, sur Khamed Ben Yahia et une véritable loterie pour ce dernier qui a accepté de prendre en main une Espérance ST en plein dans le doute. Première réaction :  « Je ne pouvais rejeter l’offre émanant de mon club et de si Hamdi. L’Espérance étant en quelque sorte une partie de moi-même,  je n’ai pas hésité un moment à l’accepter. Je suis plus que conscient de la mauvaise passe que traverse l’équipe, conscient également que nous sommes en mesure de  nous en sortir partant du fait que ladite situation n’est pas aussi grave qu’on le pense. Ensemble, nous parviendrons à l’amener à bon port »

     Khaled Ben Yahia n’a pas manqué de remercier les responsables du Stade Gabésien et notamment le président du club pour avoir répondu sans hésitation à la demande de l’Espérance ST.      

A  Nouakchott sans Khénissi, Blaïli et Moncer 

       Ceci dit, il y avait du monde hier après-midi au stade Chédly Zouiten venu suivre cette première prise en main de l’équipe, séance marquée par des débordements injustifiés. Les « Sang et Or » effectueront une seconde séance d’entraînement ce matin et mettront le cap sur Nouakchott à 17h00 avec un effectif composé des joueurs suivants :

*Gardiens :

Moez Ben Chérifia, Ali Jmel et Wassim Karoui

*Défenseurs :

 Sameh Derbali, Mohamed Amine Meskini, Khalil Chemmam,  Houcine  Rabii, Ali Machani, Montassar Talbi, Chemseddine Dhaouadi

*Milieux :

Fousseny Coulibaly, Franck Kom, Ghilane Chaalali, Anice Ben Hatira, Saad Bguir

*Attaquants:

Haïthem Jouini, Maher Besseghaïer, Adem Rejeïbi, Anice Badri, Bilel Majeri

       Le doute a continué à persister quant au rétablissement de Taha Khénissi.  Il a continué, hier, à effectuer des tours de piste, il ne sera donc pas opérationnel pour le match de samedi contre les Mauritaniens et ne fera pas partie du déplacement de Nouakchott. Mohamed Ali Moncer tout comme Youssef Blaïli ne sont pas qualifiés pour jouer cette première entrée en matière en ligue africaine. Ils le seront à partir du second tour.  

Rafik BEN ARFA

Mots-clés: