La spontanéité libérée - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 15 Août 2018

Suivez-nous

Aug.
15
2018

Exposition.. «Ré-Evolution» de Naima Zoghlami Chehata à l’espace «Artistes-Artisans»

La spontanéité libérée

Mardi 6 Février 2018
نسخة للطباعة

Sa nouvelle exposition personnelle qu’elle intitule : « Ré-Evolution » et qui se tient jusqu’à la fin février 2018 à l’Espace « Artistes-Artisans » à la cité Ennasr,  regorge d’inventivité, de liberté à créer son propre univers et son expression spécifique. La plasticienne Naima Zoghlami Chehata, alias NA.ZO.CHE, repart sur une nouvelle quête qui se veut évolutive, refusant la stagnation et le déjà vu. Une révolution à deux temps.

Diplômée de langue et littérature française, elle a choisi d’allier son amour de la langue de Molière à sa passion du 3è art –la peinture- pour en créer son univers, celui de NA.ZO.CHE. Et mieux encore, NA.ZO.CHE, nous fait découvrir des bribes de sa poésie, là où l’expression poétique se confond et accompagne la palette de l’artiste. En effet, il est un tableau où elle insère son poème : « Et la parole fut. » Ce même poème est accroché à côté d’autres poèmes dans la galerie. La peinture à l’huile n’occupe pas d’ailleurs à elle seule les cimaises de l’espace, car l’artiste plasticienne a opté cette fois-ci pour l’usage de l’acrylique. « Ré-Evolution, nous dit NA.ZO.CHE, révèle le Retour du/au verbe et de la Parole accompagné(e) d’un acte pictural dans une forme « Evolutive » suggérée par un imaginaire un peu plus libéré car longtemps étouffé  par le souci des lignes du sujet et de sa symbolique. » Naima Zoghlami Chehata nous rappelle,  d’un autre côté, que Nicolas Boileau, célèbre écrivain du dix septième siècle a dit un jour : « Chaque passion parle un différent langage. » Pour NA.ZO.CHE, son langage est celui de l’art dans son entièreté. Sa passion pour la peinture et la poésie, elle l’explique ainsi : « Sans pour autant mettre de côté les interrogations fondamentales de la vie, mon souci majeur serait dans quelles formes et quelles couleurs vais-je puiser pour me créer un univers où ma spontanéité serait libérée, ma pensée serait symbolisée, mes visions seraient exprimées. » Elle ajoute dans ce sens : « Me créer une émotion vivifiante, palpitante qui me griserait jusqu’à un demain pictural que j’espère meilleur où tout « Abandonner dans l’espoir de me retrouver. » Tel est mon sempiternel combat. » Notre artiste peintre vient d’ailleurs de prendre part au mois de décembre 2017 au Master Class de l’International Painting Symposium du Club of UNESCO of Art and Letters à la seconde édition du Paris Art Fair. Elle y a reçu un diplôme d’honneur et un certificat. Bon vent à NA.ZO.CHE !

 Lotfi BEN KHELIFA