Les fruits d’une préparation rondement menée et de la qualité du staff et des joueurs - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 16 Octobre 2018

Suivez-nous

Oct.
17
2018

Hand-ball.. EN : 10ème sacre africain

Les fruits d’une préparation rondement menée et de la qualité du staff et des joueurs

Mardi 30 Janvier 2018
نسخة للطباعة

Inutile de revenir sur le sacre de l’équipe nationale de handball dans la mesure où tout a été dit et écrit, un événement vécu sur leur petit écran par tous les  Tunisiens toutes tendances politiques et sportives confondues. Nous laissons aux techniciens le soin de revenir sur la prestation de nos joueurs dans ses moindres détails technico-tactiques : croisements, changements défensifs, attaque placée…Et ils seront nombreux sur les plateaux de la télévision.

En dépit de la campagne de dénigrement

Abordons plutôt les étapes franchies tout le long  de la préparation de notre sélection représentative ayant abouti au sacre de samedi dernier depuis sa prise en mai par Antonio Gerona et son assistant Amor Khédhira. En commençant par rappeler les difficultés rencontrées par Mourad Mestiri, le président de la fédération tunisienne de handball pour obtenir l’accord de la Tutelle.   

Le choix porté sur le technicien espagnol l’a été après mûres réflexions parmi plusieurs entraîneurs étrangers et tunisiens. Et ce, en dépit de la campagne de dénigrement dont  a été victime ce même Mourad Mestiri à des desseins inavoués. Un recrutement qui a mis plusieurs semaines pour se concrétiser pour un problème de salaires des deux entraîneurs sus mentionnées.

Un programme de préparation avec les moyens du bord   

Sitôt arrivé à Tunis, Antonio Gerona a vite fait de prendre les choses en main partant du fait que quelques petits mois séparaient la Tunisie de la CAN du Gabon. Commençant par assister à quelques rencontres de la compétition nationale avant d’élaborer un programme de préparation ambitieux à mettre en application. Un nombre important de rassemblements accompagnés de quelques tests pour mieux connaître la qualité de l’effectif et faire le tri approprié.

Suivit l’organisation de stages de trois jours à Tunis, Sousse, Nabeul, Aïn Draham, stages auxquels prirent part une cinquantaine de joueurs dont plusieurs jeunes issus de l’équipe nationale junior vainqueur de la dernière CAN. Vingt puis dix huit joueurs furent finalement retenus compte tenu de nos joueurs expatriés qu’Antonio Gerona est allé superviser en France. Une préparation menée avec les moyens financiers à la portée du bureau fédéral.

La culture de l’effort et de la gagne

Les problèmes ne manqueront pas pour le staff technique qui ne sera en mesure de compter sur les services de Boughanmi suspendu, de Wael Jellouz, Sanii et Ben Salah blessés. Gerona et son équipe vont continue, malgré tout, à croire dans les qualités des jeunes Bacha, Hamza, Zaïed, Maaref et l’expérience des Jaziri, Missaoui, Boukadida  outre l’apport des expatriés Bannour, Alouini, Toumi…

La qualité est donc omniprésente à laquelle le technicien espagnol  va apporter encore plus en inculquant à ses joueurs la culture de la persévérance dans l’effort, de la gagne, d’une hygiène de vie sans reproches. Le résultat ne s’est pas fait attendre avec la reconquête du titre africain au terme d’un parcours sans faute.

Les Jeux olympiques  de Toyio en point de mire

Joueurs, staff technique et membres fédéraux ont, à présent, d’autres enjeux à gagner : une rassurante participation au prochain Mondial d’Allemagne et du Danemark, la conservation du sacre ramené de Libreville au terme d’une 24ème édition qui se déroulera à Tunis en 2020 et qualificative aux Jeux Olympiques de Tokyo de cette même année 2020.

Ne terminons pas sans renouveler nos félicitations à cette équipe nationale qui a porté haut les couleurs tunisiennes, à toutes les composantes du staff technique : entraîneurs nationaux, entraîneur des gardiens de but, le précieux apport de Yacine Arfa le directeur technique national. Et celui aussi précieux du staff médical composé du professeur Mondher Mbarek et du psychothérapeute Naïm Hammami. Un sacre auquel  nous avons été les premiers à y croire : voir notre parution de samedi dernier avec ce titre : un sacre à la portée de nos joueurs. 

Et un grand coup de chapeau à Mourad Mestiri qui a présidé la délégation à Libreville aux côtés du membre fédéral Moadh Ben Zaïed. Deux présences qui ont sérieusement contribué à cette réussite car veillant à résoudre tout problème en mesure de déconcentrer la sélection nationale. Sans omettre d’ajouter la qualité des précieuses informations émanant de Walid Ouji l’attaché de presse de presse de la fédération tunisienne de handball. 

Rafik BEN ARFA