• L’EST porte son avance à 9 points • Le CA monte en puissance • Le bout du tunnel pour l’ESZ et l’USBG, n'est pas pour demain - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 20 Février 2018

Suivez-nous

Feb.
21
2018

Ligue 1

• L’EST porte son avance à 9 points • Le CA monte en puissance • Le bout du tunnel pour l’ESZ et l’USBG, n'est pas pour demain

Mardi 30 Janvier 2018
نسخة للطباعة

Trois courtes victoires dont deux en déplacement et quatre parités dont trois sur des scores sans le moindre but avec résultat des courses un total de 9 buts, la plus maigre moisson en buts depuis le coup d’envoi du championnat en ligue 1 : à peine plus d’un but par rencontre.

Seizième journée favorable à l’Espérance ST qui voit son avance sur ses suivants immédiats portée à neuf et dix points. Et par voie de conséquence  beaucoup moins favorable par voie pour le  CS. Sfaxien,  surpris à Kairouan et l’Etoile SS, tenue en échec à Sousse dans le derby du Sahel.

Journée marquée par le saut qualitatif du Club Africain qui revient très fort dans la course au quatuor de tête du tableau et légèrement encourageante pour les trois équipes du bas du classement dont la situation reste, néanmoins, préoccupante.

Le CSS  victime de son excès de confiance

Les «Sang et Or» de Tunis avec une équipe rentrante amputée de pas moins de quatre joueurs incontournables (Mbarki, F. Sassi, Khénissi, Ben Youssef) et à un degré moindre Besseghaïer a fait l’essentiel en l’emportant de justesse grâce à l’unique but de la rencontre réalisé par Jouini en première mi-temps. Devant une attachante équipe du CA. Bizertin qui a évolué sans complexe aucun loupant de peu l’égalisation à deux reprises dont ce ballon de Habassi détourné miraculeusement  en corner par Ben Chérifia.

Une victoire qui a coïncidé avec la défaite du CS. Sfaxien lui permettant de porter son avance à neuf points. Les « Noir et Blanc » ont pourtant bien entamé leur match contre les Kairouannais de Jalel Kadri en ouvrant la marque par l’inévitable Marzouki, meilleur buteur du championnat.  Une équipe sfaxienne qui est tombée dans la facilité avec des joueurs croyant, à tort, en  leurs moyens. Il n’en fallait pas plus pour voir l’équipe aghlabite, non seulement égaliser, mais prendre l’avantage par le biais de M. Sassi bien qu’en infériorité numérique après l’expulsion de Bouguerra cinq minutes après avoir remplacé Laaouichi. Une JS. Kairouannaise qui comptait, déjà, à son tableau de chasse le Club Africain et l’Etoile SS.  

Erreurs défensives fatales au ST

L’Etoile SS qui restait sur trois victoires depuis l’arrivée de lentraîneur algérien Mahdoui n’a pu se défaire de l’US. Monastir dans le derby du Sahel. Et ce, en dépit d’une domination sans partage se faisant piéger plus d’une fois dans l’hors jeu piège d’une équipe monastirienne visiblement bien préparée tactiquement par Skander Kasri. Et sans ce but refusé aux visiteurs  pour un hors jeu peu évident les co-équipiers de Hamza Lahmer auraient passé un sale parès-midi samedi dernier à même Sousse.

Et revoilà le Club Africain revenu aux avant postes du classement général en allant au stade Hédi Enneïefer surprendre le Stade Tunisien  confortant par la même occasion sa large victoire de la 15ème journée. Deux buts œuvres de Saber Khalifa (un par mi-temps) sur deux fautes de placement de la défense stadiste. Contre un de Fouzaï à un quart d’heure du coup de sifflet final. L’équipe du Bardo passant de peu à côté d’une égalisation méritée au vu de sa bonne seconde mi-temps. Trois précieux points à l’actif des Clubistes de Bab Jedidi qui rejoigent l’US. Monastir à la 4ème place et à trois longueurs de l’Etoile SS.

 

Des parités apparemment sans lendemain

Et trois rencontres sans vainqueurs dont celui qui a mis aux prises le CO. Mednine et l’US. Ben Guerdane sur le terrain du premier nommé. Deux équipes qui restent, malgré tout, sous la menace d’une descente en ligue 2 d’autant plus que le point récolté de part et d’autre n’arrange les affaires d’aucun des deux protagonistes de dimanche dernier.

Même raisonnement pour l’ES. Zarzis qui a accueilli son l’AS. Gabès à Jerba. Un 0 à 0 au terme d’un match insipide au cours duquel rares ont été les actions qui méritent d’être citées. Le même scénario ou presque entre le Stade Gabésien et l’ES. Métlaoui et un point qui semble avoir satisfait les deux entraîneurs Khaled Ben Yahia et Ghazi Gheraïri.

Rafik BEN ARFA

Mots-clés: