Sauve qui peut ! - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 20 Février 2018

Suivez-nous

Feb.
21
2018

ESM – JSK

Sauve qui peut !

Dimanche 21 Janvier 2018
نسخة للطباعة

nt aux prises les clubs du bas du tableau après celui de «COM-SG». Miniers et Aghlabides ne menant point large et encore sous la menace des affres et des sueurs froides de la fin de saison qu’ils veulent éviter à tout prix. Deux petites marches à l’avantage des locaux vis-à-vis de leurs hôtes. C’est vous dire l’intensité des débats en perspective dans cette lutte fratricide à six points.

Ascendant psychologique
Au Hamda Laouani le 20 août dernier, les protégés de Ghrairi sont allés damner le pion aux Kairouanais dans leur propre fief et devant leur imposante galerie (0-2). Cet après-midi, forts de cet avantage moral, ils tenteront de remettre ça sur leur pelouse ou ce qu’on continue à appeler pompeusement comme telle. Car au fait, son état est tellement dégradé qu’elle constitue un danger réel pour tous ceux qui s’aventurent à la fouler. Le parcours mitigé des miniers n’a pas été à la hauteur des attentes : Cinq victoires, trois parités et six défaites ont contraint les protégés de Ghraïri à patauger dans les eaux troubles des profondeurs. Il est grand temps que les choses reprennent leur cours normal nous rappelant cette fringante machine de l’exercice écoulée balayant tout sur son passage que ce soit à la maison ou en déplacement. C’est du moins le souhait de tous les inconditionnels du bassin minier et la ferme intention de tout le groupe.

L’empreinte de Jalel Kadri
Les Aghlabides ont sans le moindre doute battu le record des débrayages en cette première moitié de la compétition avec tenez-vous bien (8) grèves sans compter leur refus de rallier Djerba pour y effectuer un stage de 10 jours. Laquelle mise au vert n’ayant eu lieu qu’après un retard de 48h au prix de discussions –promesses marathon. Cet état des lieux s’est fatalement déteint sur la marche du groupe avec cinq victoires, une parité et huit revers. Avec (16 points) à leur actif, les Kairouanais sont dans l’œil du cyclone et leur avenir n’est guère assuré d’autant que l’ambiance générale prévalant au sein du groupe se caractérise par de la morosité et la… suspicion pour ne pas dire manque de confiance en les promesses du président de tout éponger sous peu. Certes ils sont partis à Tozeur 48h à l’avance en mini-stage histoire bien se concentrer sur leur objectif car avec l’avènement de cette seconde phase, le moindre point vendangé vaudra son pesant en or. La victoire ou à moindre mal uniquement la parité sont dans le viseur de la bande de Jalel Kadri car une défaite aurait des conséquences des plus fâcheuses sur l’avenir du club.

M.S.R