Les métamorphoses du croissant - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 14 Octobre 2018

Suivez-nous

Oct.
16
2018

Arts plastiques "Lunes et lignes" de Mounyr Ben Moussa

Les métamorphoses du croissant

Samedi 13 Janvier 2018
نسخة للطباعة

La dernière exposition de Mounyr Ben Moussa instaure une vision plastique faite de ciels illuminés ou opaques, ponctués de réseaux indéchiffrables et d'astres omniprésents. Une collection surprenante que le public retrouvera de nouveau début février sur les cimaises de la galerie Médina...

 

La dernière exposition de Mounyr Ben Moussa a constitué un nouveau succès pour cet artiste très discret mais dont l'univers plastique s'est affirmé de plus en plus. A la galerie Médina, Ben Moussa a ainsi offert une belle perspective sur son oeuvre en présentant une vaste collection qui retrace son parcours et permet de mesurer ses choix et mutations.

 

Formes mouvantes et géométries chromatiques

 

En effet, l'oeuvre de Moussa est multiple, plurielle, caractérisée par d'incessantes recherches. On retrouve à travers le catalogue de cette exposition toutes les grandes périodes par lesquelles est passé cet artiste. Tel un métronome, depuis le tout début des années 1990, Mounyr Ben Moussa expose ses oeuvres au club Tahar Haddad. A chaque rendez-vous, ce sont de nouvelles quêtes qu'il vient partager et de nouveaux horizons qu'il investit. Passant de l'abstraction la plus pure à des techniques figuratives marquées par une touche personnelle inimitable, Ben Moussa navigue à la confluence de plusieurs univers et parvient toujours à convaincre public et critiques.

Sa dernière exposition est intitulée "Lune et lignes" et il y fait le choix d'une certaine géométrie, d'un monde où le cercle et ses déclinaisons sont juxtaposées à des réseaux intenses de droites et de courbes. Recréant une dynamique dépouillée, l'artiste cherche à transcender toutes ces formes mouvantes par la couleur. Fondant une chromatique dans laquelle se déploient ses lignes aberrantes, Ben Moussa cherche ainsi d'improbables conjonctions entre des signes en mouvement. Sur l'espace de la toile, il laisse comme une liberté à ces fragments tourmentés ou ces lueurs inachevées.

 

La dialectique du cercle et de la droite

De fait, il établit une dialectique entre le cercle et la droite et joue avec les formes qu'ils peuvent prendre. A partir de ce propos de fond, il décline les tentations et les propositions. On voit alors apparaître des successions de lignes colorées qui font penser aux mergoums de la tradition comme on voit poindre des lunes gibbeuses ou en pleine maturité. A ce titre, ce travail sur la lune prend une dimension métaphorique et s'inscrit dans une réflexion plus vaste sur un signe profondément culturel. Nous le savons, depuis les Phéniciens, la lune et le croissant sont des composantes essentielles de notre esthétique. On les retrouve sur de nombreuses stèles et dans d'autres représentations. De même, le croissant demeure un symbole culturel par excellence et se prête dans le propos de Ben Moussa à un traitement esthétique inédit. Ces métamorphoses de la lune et le jeu continu entre les quartiers de l'astre sont au coeur de la démarche de Ben Moussa qui instaure de véritables allégories plastiques à partir de simples formes mouvantes qu'il sublime par la couleur et les halos de lumière.

 

Entre clair de lune et profondeurs abyssales

 

Indéfinissables, insaisissables, ces halos nimbent de mystère les tableaux de Ben Moussa, suggèrent un ailleurs palpable mais impossible à atteindre,car caché par des mondes nébuleux. Selon les oeuvres, nous passons de l'obscurité la plus complète, seulement atténuée par un quartier de lune blafarde à une résurrection des couleurs et de la lumière. Etranges, erratiques et foisonnantes, ces lunes égarées deviennent un véritable argument plastique. L'artiste joue avec tailles, textures et auras pour instiller un mouvement global dans sa collection qui évolue entre clair de lune et profondeurs abyssales. Une démarche raisonnée qui démontre que du traitement des signes peuvent naître toutes les symboliques alors que les variations sur un seul thème peuvent ouvrir des perspectives infinies.

Bonne nouvelle! Après sa dernière exposition, Mounyr Ben Moussa revient en février à la galerie Médina pour exposer de nouveau ses recherches et partager la profondeur de sa réflexion sur la lune, les lignes et les échappées belles.

 

Hatem BOURIAL