Egypte: Le Noël copte placé sous haute sécurité - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 20 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
21
2018

Egypte

Egypte: Le Noël copte placé sous haute sécurité

Dimanche 7 Janvier 2018
نسخة للطباعة
Egypte-Emigration clandestine: Adoption de mesures draconiennes
Egypte: Le Noël copte placé sous haute sécurité

Les Coptes d’Egypte s’apprêtent à fêter le Noël orthodoxe dans un climat très tendu et des mesures de sécurité sans précèdent. En effet, de décembre 2016 à décembre 2017, quatre églises ont été visées par des attentats du groupe Etat islamique qui ont fait plus de cent morts. L’aspect le plus spectaculaire des exactions que subissent beaucoup de Coptes au quotidien.

2017 a été une année où la province du Nord-Sinaï a été complètement vidée de ses chrétiens. Une épuration religieuse perpétrée par l’Etat islamique qui a commencé, en février à systématiquement égorger des Coptes dans leurs maisons.

Des centaines de familles chrétiennes ont alors fui la province où les autorités, déjà confrontées à une guérilla, n’étaient pas en mesure de sécuriser. Mais les exactions contre les Coptes se déroulent aussi dans la vallée du Nil. De nombreux lieux de culte ont été attaqués par une foule de villageois fanatisés par des cheikhs salafistes.

Ces derniers ne se contentent plus de prêches incendiaires à la mosquée. Ils utilisent les médias sociaux pour mobiliser contre ceux qu’ils considèrent comme des mécréants.

Et puis il y a la ségrégation insidieuse au quotidien. Un climat qui pousse beaucoup de Coptes à chercher à émigrer.

 

 

Egypte-Emigration clandestineAdoption de mesures draconiennes

L’Egypte a commencé à appliquer des mesures draconiennes pour lutter contre l’émigration clandestine. Cinq passeurs viennent d’être condamnés à la prison à perpétuité par la cour d’assises d’Alexandrie. Des peines sans précèdent. Par le passé, ces dernières ne dépassaient pas les sept ans de prison.

Aujourd’hui, l’accusation pour les passeurs en Egypte comprend le trafic d’êtres humains et la mise en danger de la vie d’autrui. Un durcissement des peines visant à les dissuader d’utiliser l’Egypte comme point de départ vers l’Europe.

Le phénomène avait commencé à prendre des dimensions alarmantes depuis 2011, après les désordres politiques qui ont suivi le soulèvement contre l’ex-président Hosni Moubarak et l'insécurité en Libye. En plus des Egyptiens qui cherchaient à rejoindre « l’Eldorado européen », des milliers de personnes venues de la Corne de l’Afrique et du sud du Sahara affluaient vers l’Egypte.

 

Modernisation et achats

Une situation jugée dangereuse pour la sécurité du pays après l’arrivée au pouvoir en 2014 du président Abdel Fattah al-Sissi. Aussi, des mesures concrètes sont désormais prises pour lutter contre l’émigration clandestine.

La marine égyptienne a intensifié ses patrouilles le long des 1 000 kilomètres de côtes méditerranéennes. Ses moyens ont été renforcés grâce à l'achat de bâtiments de France, d’Allemagne et des Etats-Unis, parallèlement à la modernisation du vieux matériel russe. L’aviation a augmenté les avions et hélicoptères de reconnaissance aérienne au-dessus des eaux territoriales. La police, soutenue par l’armée, s’est attaquée aux fiefs des passeurs et contrebandiers sur les grands lacs de la côte égyptienne.

 

Coopération avec l’Europe

Les efforts ont drastiquement réduit l’émigration clandestine, sans pour autant l’éradiquer. En 2017, les garde-côtes ont empêché 239 tentatives d’émigration, qui comptaient plus de 6 000 clandestins égyptiens, syriens mais aussi d’Afrique de l’Est et subsaharienne. Il y a une coopération avec les pays du nord de la Méditerranée dans ce domaine. La chancelière allemande Angela Merkel a accordé à l’Egypte une aide de 500 millions d’euros pour faire face à l’émigration clandestine. Des accords de coopération ont aussi été conclus avec la France et la Grèce. Et les relations, qui étaient tendues entre l’Italie et l’Egypte après le meurtre au Caire du doctorant Giulio Regeni début 2016, ont été normalisées en 2017 grâce notamment à la coopération des deux pays dans la lutte contre l’émigration clandestine jugée vitale par Rome.

Mots-clés: