Quand les citoyens prêtent le flanc… - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 23 Octobre 2018

Suivez-nous

Oct.
24
2018

En prévision du renchérissement général en 2018

Quand les citoyens prêtent le flanc…

Mercredi 3 Janvier 2018
نسخة للطباعة

Doit-on se plaindre d’une augmentation de 50 millimes sur le prix du litre de l’essence quand on vient de dépenser, l’espace d’une nuit, des centaines de dinars, à l’occasion du réveillon du nouvel an.

La logique, cynique sûrement, est pourtant invoquée, à haute voix et à voix basse, à maintes reprises, par les officiels et autres, par le passé et de nos jours, pour justifier les hausses de prix, notamment officielles.

Cependant, interrogés sur le renchérissement général devant marquer l’année 2018, certains citoyens nous ont dit que par certains aspects de leurs comportements, les tunisiens prêtent effectivement le flan à tous les coups tordus, en matière des prix. Un citoyen a signalé l’exemple des prétendus salons de thé où, a-t-il fait remarquer, le café crème est vendu à 3 dinars et 4 dinars et qui, toutefois, ne désemplissent pas.

« Regardez, encore, la grande affluence dans les supers et hypermarchés et les établissements tout autour,  tout au long de la semaine et à toutes les heures de la journée, a-t-il ajouté, avec des parkings pleins de voitures et des chariots surchargés de marchandises utiles et inutiles. Que l’on veuille ou non, il y a, chez nous, des phénomènes évidents de surconsommation, de gaspillage et d’inconscience face à la cupidité des profiteurs de tout bord,  qui les encouragent à exploiter sans cesse les consommateurs formés en majorité de simples citoyens. »

Un autre citoyen a dit ne pas comprendre la politique du gouvernement qui, sous couvert de l’instauration de la justice fiscale, semble jouer le jeu des profiteurs, en augmentant la TVA et autres taxes spécifiques, tout en sachant que le coût de ces ajustements fiscaux va être répercuté, au double, par les producteurs et les commerçants, sur les prix de consommation, sous prétexte d’amortissement.

En vertu des ajustements fiscaux stipulés dans le cadre de la Loi de finances 2018, tous les commentateurs ont averti qu’il va y avoir une réaction en chaine au niveau des prix des divers produits, de sorte qu’il faut s’attendre à un renchérissement général qui a déjà commencé, d’ailleurs, par des augmentations anarchiques des prix de plusieurs produits libres, parallèlement à celles décidées par le gouvernement au niveau des prix administrativement contrôlés, notamment celui de l’essence (50 millimes le litre) et les bouteilles de gaz domestique (300 millimes la bouteille). Des augmentations avaient été décidées sur les prix des cigarettes en juillet 2017.

Comme l’a noté un commentateur, la fuite en avant mène toujours à l’impasse. D’autant qu’il y a, dans l’air, des prémices de sècheresse qui émoussent les espoirs fondés sur l’agriculture.

Salah Ben Hamadi

Mots-clés: