Le ST et la JSK sur la voie du salut - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 22 Avril 2018

Suivez-nous

Apr.
23
2018

En marge de la 14 ème journée

Le ST et la JSK sur la voie du salut

Samedi 30 Décembre 2017
نسخة للطباعة

• L’ESM de mal en pis

Dix buts en trois matches mercredi dernier, dix autres le lendemain compte tenu du but réalisé avant l’arrêt de la rencontre entre l’ES. Zarzis et l’l’US. Ben Guerdane, cela donne un total de vingt buts soit le même total que celui réalisé lors de la 3ème journée de la phase aller. Une seconde phase de la 14ème journée au terme de laquelle le rendez-vous de Zarzis n’a pu aller au-delà de la 44ème minute, Aymen Chandoul continuant à faire la pluie et le beau temps.

Un scénario, du reste attendu, dans la mesure où la partie zarzissienne a brandi la menace du forfait en cas de maintien de l’arbitre Bouali pour diriger la rencontre devant l’US. Ben Guerdane. Il reste à présent à la ligue nationale du football professionnel de plancher sur le sort du match.

 

Coup d’arrêt pour le CA

C’est la cas de l’écrire pour le Club Africain pourtant bien parti depuis que Bertrand Marchand a débarqué au complexe Mounir Kébaïli. L’équipe de Bab Jedid qui restait sur une courbe ascendante a fait les frais de la bonne santé du moment de l’AS. Gabès qui n’a plus perdu depuis sa 5ème défaite concédée contre l’US. Ben Guerdane le 29 novembre dernier (0 à 2).

La visite du Club Africain est venue confirmer les bonnes dispositions du moment des joueurs de la « Zliza » et  la qualité du travail entrepris par Mahmoud Morsi qui a succédé à Montassar Louhichi. Le but réalisé par Lamjed Ameur dans le premier quart d’heure du match s’est finalement avéré suffisant permettant à son équipe de prendre sa revanche du match aller sur un Club Africain diminué par plusieurs absences et visiblement mentalement mal au point. Les Clubistes continuent à camper à une 6ème place loin de satisfaire leur entourage avec déjà cinq défaites à leur bilan.

 

La délivrance pour Mohamed Kouki et ses joueurs

La meilleure performance de cette 14ème journée est à mettre à l’actif du Stade Tunisien qui a mis fin à cette « guigne » qui le poursuivait sur la pelouse du stade Hédi Enneïfer. Sans Boulaabi suspendu, les Stadistes du Bardo ont commencé par concéder deux buts aux trente premières minutes de la rencontre :  doublé du Minier  F. Maaouani avec la complicité du gardien Ben Thabet visiblement dans un mauvais jour. Remonter un tel retard devenait possible avec la réduction du score par Fouzaï six minutes plus tard. Il fallait, néanmoins y croire et le but d’égalisation œuvre de Bessan est venu le confirmer.

Il était clair que rien ne pouvait empêcher les joueurs de Mohamed Kouki d’aller au bout de leurs intentions : mettre un terme à une mauvaise passe qui n’a fait que trop durer. D’autant plus qu’en face, les visiteurs ont baissé curieusement les bras laissant une totale liberté d’action à leurs vis-à-vis stadistes qui n’en demandaient pas tant. Deux autres buts ont clôturé une seconde période de jeu bouclée sur les chapeaux de roue par l’équipe du Bardo. Une véritable délivrance pour l’entraîneur Mohamed Kouki qui se trouvait  sur un siège éjectable trente minutes apès le coup d’envoi.

 

La «Staïda» n’en finit pas de décevoir

L’autre équipe stadiste, en l’occurrence le Stade Gabésien, n’a plus gagné depuis sa victoire, la troisième de la saison, un certain 28 octobre. Ont suivi trois parités et autant de défaites dont celle de jeudi contre la JS. Kairouan en déplacement. Des « Aghlabites » logés à la même enseigne car n’ayant plus gagné depuis la même période.  Le genre de match à six points pour deux équipes qui restaient sous la menace d’une 12ème place synonyme de barrage.

Les protégés de Jalel Kadri, visiblement mentalement au point après avoir bénéficié du règlement d’une partie de leurs salaires, ont remis les pendules à l’heure en engrangeant trois précieux points au terme d’un match au cours duquel ils ont allié résultat et manière. Kalaï et ses co-équipiers sautent leur adversaire de la 14ème  journée au classement général. Une équipe du Stade Gabésien victime d’une gestion plus qu’approximative du son quotidien.

Rafik BEN ARFA