Un coup de cœur pour une diva - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 17 Juillet 2018

Suivez-nous

Jul.
18
2018

Cinéma/ « L’étoile filante » de Radhia Zouioueche

Un coup de cœur pour une diva

Samedi 30 Décembre 2017
نسخة للطباعة

Le documentaire « L’étoile filante » de la réalisatrice tunisienne Radhia Zouioueche, qui vient de sortir sur nos écrans, raconte en 52 minutes la vie de la chanteuse tunisienne Dhikra disparue tragiquement au Caire, en 2003. Ce film n’est pas seulement une évocation d’une femme et d’une voix exceptionnelle, autant qu’il lui rend hommage, quatorze années après.

 

Cela frappe d’emblée, car ce film a été réalisé en 2006, soit trois années après la mort de Dhikra. Et on ne sait pas trop pourquoi il nous était parvenu plus de dix années après. La chose urgeait à l’époque, d’autant plus que la réalisatrice, qui a travaillé à la Télévision française, est une grande amie de la jeune chanteuse disparue. Les témoignages ne manquent pas du tout dans ce documentaire avec ceux d’artistes et d’auteurs tunisiens, libyens, égyptiens et même français. Dhikra a souvent été comparée à une étoile filante, celle qui passe tel un météore et provoque une trainée de lumière. La comparaison, voire l’image colle parfaitement avec la carrière trop courte certes de notre grande chanteuse qui avait enchanté l’auditoire de plusieurs pays arabes là où elle était passée et ébloui les grands compositeurs. La voix de Dhikra a été souvent comparée à celle d’Oum Kalthoum. Son voyage avec la chanson pourrait être comparé à une tragédie grecque. Le film nous prend pour une évocation douloureuse de la vie et de l’œuvre de Dhikra dont les chemins étaient trop durs à prendre. Au summum de la gloire qu’elle avait acquise durement, elle était assassinée par son propre mari dans la capitale égyptienne où elle vivait. Une absurdité qui avait provoqué un tollé général dans le monde artistique arabe. Une voix off parle à Dhikra par intermittence durant le film. Ce dernier se limite à la passion inconditionnelle du chant chez cette artiste qui chantait depuis son enfance. « L’étoile filante » est un coup de cœur pour Dhikra, une autre trace qui ne doit point disparaitre et qui servira pour les nouvelles générations. Ce film a été réalisé en 2006, rappelons-le. Il n’apporte pas de nouveaux détails et autres révélations sur l’assassinat de Dhikra resté énigmatique à ce jour. Faut-il aujourd’hui rouvrir ce dossier à travers une enquête d’investigation, étant donné qu’à l’époque, personne ne pouvait en savoir plus.

                                                                         Lotfi BEN KHELIFA