Un déficit de 7 millions de dinars et une dette cumulée de 46 millions de dinars ! - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 22 Avril 2018

Suivez-nous

Apr.
23
2018

ESS.. Une A.G. évaluative sous le signe de la morosité financière

Un déficit de 7 millions de dinars et une dette cumulée de 46 millions de dinars !

Mercredi 27 Décembre 2017
نسخة للطباعة
• Ridha Charfeddine : «On ne peut pas continuer avec le même train de vie, tout en comptant sur une seule personne» • «L’ESS n’est pas ma propriété privée, tout le monde doit venir à son secours !»

Quatre  vingt deuxième du genre, l’assemblée  générale  ordinaire  du club sahélien   s’est tenue  avant-hier  en vue d’approuver  le rapport  moral et financier  portant sur la  période  allant  du 1/07/2016 au 30/06/2017. Prévue  à  17h, les  débuts des travaux  n’ont commencé  qu’une heure  après, faute de quorum à la  première  séance, ce qui  fait  dire  au président  Charfeddine «qu’il est  difficile d’engager l’avenir du  club  alors que les adhérents  rechignent  à faire  le déplacement  pour une assemblée   générale évaluative ». Des anciens présidents du club  seuls  Othmane Jenayeh et Me Abdejelil Bouraoui  ont daigné faire le déplacement, ce qui est  peu  compte-tenu du potentiel   économique que peut  représenter  certains  hommes d’affaires de la région. Quand aux  anciens responsables, en tournant le  dos à l’un des leurs, en réalité ils ont tourné le dos  à l’ESS.  Il n’empêche  que si la  lecture du  rapport  moral  fait état d’une  situation  de plus en plus  compliquée  pour le club sur le plan  financier,  le  rapport financier, plus explicite, est  venu  confirmer   cette  tendance  qui  commence  à peser sérieusement  sur  la vie du  club sahélien. En effet,   avec  un déficit  abyssal de  - 7 182 835 DT  et un  cumul de dettes  situé à hauteur de 46 192 459 DT, réellement  le club phare du Sahel  risque, si d’ici  là aucune  solution n’est  envisagée,  de connaitre  des jours  encore  plus difficile. Comment peut-il en être autrement  quand,  pour la  même  période,   les produits (16 324 460 DT) ne couvrent qu’à peine  62% du total des  charges (dépenses)  atteignant le chiffre de 23 507 295 DT ? Comment peut-il   en être autrement  quand que sur  le total de  cette  dette  cumulée (46 192 459 DT),  un seul homme, en l’occurrence Ridha Charfeddine, supporte  le poids  à hauteur de  29 899 879 DT (sans compter en plus  les 9 000 000 DT  correspondant à la période allant  de fin juin 2017 au 31/12/2017). Difficile  dans  ce cas  d’envisager même   l’avenir du  club  dira  Charfeddine «de parler de l’avenir immédiat et lointain de l’ESS quand  le public  persiste  à  insulter  les dirigeants  et  les  hypothétiques   donateurs tournent carrément  le dos, l’ESS n’est pas ma propriété  personnelle, elle appartient à son public ». 

Revenir  à des choix  plus  «sportivement judicieux.»

Quelles sont  les solutions dans  ce cas ? Pour le  président  démissionnaire, «ce n’est pas  sorcier, on ne peut pas  continuer  à mener un train de vie et à dépenser  plus que nos  rentrés d’argent. Donc  il faut  savoir  rationnaliser  nos dépenses et  opter  pour une  politique  qui diversifie   nos  sources de financement » Comment  faire ? «Revenir  à  des  choix  sportifs plus  raisonnables  qui n’obèrent pas  nos maigres ressources, telle que la formation des jeunes et  vivre de  leurs   transferts  à côté d’autres   solutions qui  peuvent aider  les dirigeants  à  gérer décemment  le club ».

Interpellé  sur  beaucoup  de questions  qui tournent essentiellement sur les injustices arbitrales, sur le marché  parallèle des  ventes de billets d’accès au stade, sur les  relations de l’ESS avec les autres  clubs etc..

Le président de l’ESS  prenant  la parole n’a pas  été  de main  morte  pour «relever  l’assistance   fort réduite  donc de manque  manifeste d’intérêt  des adhérents  alors qu’ils  poursuivent  leur  campagne de dénigrement, d’insultes  vis-à-vis du BD  qui  s’investit  en  temps et en argent  pour  tenir  intacte  l’activité  du club ». Il dira  à ce propos  qu’il est   déçu  voire  blessé  de ces campagnes d’insultes  en me taxant  de  voleur, de profiteur  etc… ». Sur  un ton pathétique mais  néanmoins  sincère  que le moment  est  venu pour chacun  qui  prétend  être  amoureux  de son club de mettre la main dans la poche, « Ridha Charfeddine  n’est  pas éternel  pensez à  votre club  mais de grâce  ne m’insultez pas, surtout  quand  j’ai  accompli  ma mission  assumer mes  devoirs vis-à-vis de mon club » finira par lâcher. 

A propos  du club dans  ses relations   avec les  autres  clubs, il dira « qu’il est  déçu après  avoir compris  que  l’on nous prenne pour  ce que l’on n’est pas» «Que voulez-vous  poursuivra-t-il, certains  rechignent  à  reconnaitre  l’histoire, la dimension de notre club  en  cherchant  à nous mettre les bâtons dans les  roues. Faut-il  leur  répondre  de la  même manière ? Sans le  moindre  non ». 

En conclusion  et revenant à  de meilleurs sentiments, le président  Charfeddine  n’hésitera pas  à exhorter le public de l’ESS  « a  se souder, se montrer  unis  et solidaires  pour  pouvoir  entamer  un nouveau  cycle  de reconstruction  du club ». Est-ce une prémonition  pour  une  troisième  candidature  pour sa propre succession ? Ou simplement  pour  préparer  l’opinion à son éventuel  départ ?  Nul ne  le saura  sauf  Ridha Charfeddine lui-même.

Avant  la  levée de la séance, il a été procédé à l’approbation  des deux  rapports ainsi qu’à la poursuite de la mission des commissaires aux  comptes  pour la période  courante du 1/07/2017  jusqu’à la prochaine  AG  élective prévue  vers la  fin du mois de janvier  2018

Sadok SLIMANE

Mots-clés: