Envoi des jeunes dans les zones de conflit: L’enquête marque le pas avec des députés aux abonnés absents - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 20 Juin 2018

Suivez-nous

Jun.
20
2018

Les zones de conflit

Envoi des jeunes dans les zones de conflit: L’enquête marque le pas avec des députés aux abonnés absents

Dimanche 24 Décembre 2017
نسخة للطباعة
• Sur un total de 22 députés, trois élus seulement ont assisté à la réunion de la commission
Envoi des jeunes dans les zones de conflit: L’enquête marque le pas avec des députés aux abonnés absents

Le Temps - L’affaire est très claire et les instigateurs des envois des jeunes tunisiens dans les zones de conflit sont bien connus, mais l’enquête de l’Assemblée des représentants du peuple traine en longueur, surtout avec une commission de 22 membres parmi les députés dont trois seulement ont daigné faire le déplacement, pour assister aux travaux.

La réunion de la commission d’enquête parlementaire sur l'envoi des jeunes dans les zones de conflit a été reportée, a annoncé, Hela Omrane, présidente de la commission.

Le bureau de la commission d'enquête a décidé de reporter la séance d'audition de AbdelkarimLaâbidi, ancien cadre sécuritaire à l'aéroport de Tunis-Carthage et de Hichem Meddeb, colonel-major en raison de l'absence de la majorité des membres de la commission", a-t-elle justifié dans une déclaration vendredi aux médias.

Et d’ajouter : sur un total de 22 députés, trois élus seulement ont assisté à la réunion de la commission prévue vendredi à 9h30.

Composé des députés Mongi Rahoui (bloc Front populaire), Farida Laâbidi (bloc Ennahdha) et Héla Omrane (bloc Nidaa Tounès), le bureau de la commission a été contraint de repousser la séance en raison de l'absence d'un équilibre politique dans la commission.

L'ancien responsable sécuritaire AbdelkarimLaâbidi avait demandé lui-même d'être entendu par la commission d’enquête après le témoignage du président de l'Organisation tunisienne de la sécurité et de la citoyenneté, IssamDardouri sur les réseaux d'envoi des jeunes dans les zones de conflit.

Pour sa part, la rapporteuse adjointe de la commission, Leila Chattaoui (bloc Al-Horra), a indiqué que la présidente de la commission avait, délibérément, retardé la séance d'audition "par crainte de la gravité des informations qui seront délivrées par l'ancien responsable sécuritaire AbdelkarimLaâbidi.

" Les déclarations de AbdelkarimLaâbidi à ce sujet risquent d’attiser davantage la tension entre les partis Ennahdha et Nidaa Tounès", a-t-elle affirmé.

Lors de son audition, le 20 novembre dernier, à l’hémicycle du Bardo, IssamDardouri avait affirmé détenir d’importants documents et informations sur les réseaux d'envoi des jeunes aux zones de conflit.

L’ancien sécuritaire, IssamDardouri, avait également indiqué avoir en sa possession des documents "attestant l'implication de parties officielles turques dans la falsification de passeports pour le retour des terroristes tunisiens en provenance de Syrie où ils combattaient".